TUNISIE
16/05/2019 15h:41 CET

Élections 2019: 910.000 nouveaux inscrits sur le registre électoral, l'ISIE espère dépasser le million

Le 22 mai 2019 sera le dernier délai pour s'inscrire sur le registre électoral

Le président de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE) Nabil Baffoun a affirmé, jeudi, que 910.000 nouveaux inscrits sur le registre électoral ont été enregistrés jusqu’à la matinée du 16 mai 2019, dont 13.000 de la part de Tunisiens résidents à l’étranger.

Débutée il y a 36 jours, la campagne d’inscription sur le registre électoral se poursuivra jusqu’au 22 mai pour pouvoir voter lors de l’élection législative.

“Nous avons 3,5 millions de personnes non inscrites. Nous espérons pouvoir dépasser le million de nouveaux inscrits, cela sera un bon chiffre” a estimé Nabil Baffoun.

Sur les 910.000 nouveaux inscrits, l’on retrouve 70% de jeunes âgés entre 18 et 35 ans, parmi lesquels 30% sont des étudiants ayant entre 18 et 25 ans.

55% des nouveaux inscrits sur le registre électoral sont des femmes.Nabil Baffoun

Interrogé sur les griefs portés contre l’ISIE, notamment par le parti Ennahdha, sur le fait que certaines personnes se sont retrouvées déjà inscrites sur le registre électoral alors qu’elles n’avaient jamais entamé la procédure auparavant, Nabil Baffoun explique qu’il s’agit seulement d’une quinzaine de cas: “Ce sont des inscriptions via des tiers, comme par exemple un membre de la famille peut inscrire ses enfants, ou encore une erreur au niveau de la retranscription du numéro de la Carte d’identité” décrit-il.

Concernant les accusations “d’amplification du nombre d’inscrits” par l’ISIE, pointé du doigt également par Ennahdha, Nabil Baffoun dément: “Il ne faut pas s’étonner de voir 910.000 nouveaux inscrits. Je rappelle que c’est la première fois que l’Instance mobilise 3000 agents d’inscription, sans compter les 350 coordinateurs locaux. En moyenne, chaque agent réalise 8 inscriptions par jour sur le registre électoral. C’est un chiffre normal”.

Pour lui, la stratégie opérationnelle de l’ISIE adoptée cette année a permis d’atteindre ces chiffres: “C’est ce qui a changé par rapport à 2014. Si notre stratégie opérationnelle a été fructueuse, c’est parce qu’on est allé dans les endroits où l’on savait que les gens ne s’étaient pas inscrits” affirme-t-il citant par exemple, les lycées, les facultés, les foyers universitaires, les campagnes, les grandes industries ou encore les maisons de retraite.

Plus compliqué pour les TRE

Interrogé sur le faible nombre de nouveaux inscrits à l’étranger -seulement 13.000-, le président de l’ISIE affirme que ”ça ne se passe pas de la même façon en Tunisie et à l’étranger. Il ne faut pas oublier que quand l’on fait les inscriptions dans un autre pays, nous sommes soumis à ses lois, à sa souveraineté...” explique-t-il avant d’ajouter: “Nous avons ouvert 69 bureaux dans nos différentes ambassades et consulats. Au départ, le ministère des Affaires étrangères a mis à notre disposition des agents pour réaliser les inscriptions mais depuis hier, nos agents ont repris ces postes dans les différents consulats”.

Mais malgré cela le nombre de nouveaux inscrits reste relativement faible: “Il est certain que nous allons prolonger la durée de l’enregistrement sur le registre électoral pour les tunisiens de l’étranger” a-t-il conclu.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.