TUNISIE
07/09/2019 19h:09 CET | Actualisé 07/09/2019 23h:12 CET

Élection présidentielle: Revivez le premier débat entre les candidats

8 candidats prendront part à ce premier débat

Facebook/Télévision tunisienne
Vue du plateau où se déroulera le débat.

23h10: Rendez-vous demain 21h00 pour le deuxième débat. 

23h09: Fin du “débat”, tous les candidats disent être prêts à participer à un débat de l’entre deux tours s’ils passent au deuxième tour.

23h05: Mehdi Jomaa: “Nous voulons que cette étape soit celle de l’application de la loi et de la lutte contre l’anarchie (...) mais aussi continuer la lutte contre le terrorisme”

23h03: Néji Jalloul: “Ma promesse c’est l’éducation et la formation”.

“La question de la contrebande tue l’économie. Je promet de combattre l’économie informelle” assure-t-il.

23h01: Abid Briki: “Il faut un dialogue national sur le régime politique et le mode de scrutin”.

“Il faut ouvrir le dossier de la normalisation avec l’entité sioniste et je présenterai une initiative dans ce sens” dit-il.

23h00: Abir Moussi: “Ouvrir les dossiers pour faire éclater la vérité sur les assassinats politiques et l’envoie des jeunes en Syrie, ainsi que divulguer les partis politiques qui y ont contribué (...) Réformer le mode de scrutin et réformer la constitution”

22h58: Abdelfattah Mourou promet de libérer le pays des terroristes qui se trouvent dans les montagnes et de redonner sa considération à l’agriculteur tunisien. Il promet également de remettre au coeur du projet l’humain notamment en donnant plus de considération aux retraités.

22h56: Mohamed Abbou: “Mettre fin au chaos qui règne dans le pays et à la corruption (...) et ramener des investissements”

22h54: Moncef Marzouki: “Mettre fin à l’hémorragie” des dettes et de l’argent qui ne rentrent pas dans les caisses de l’Etat”, et la lutte “contre les corrompus”.

22h54: Passage aux promesses électorales

22h51: Mehdi Jomaa sur la situation des femmes rurales: “Il faut leur créer une caisse d’assurance contre les catastrophes, une caisse pour leur accorder des retraites”

22h50: Néji Jalloul sur la mise en place de la Cour constitutionnelle: “Il faut sortir cette question de l’ARP, et la mettre devant des experts en droit, qui pourraient trouver une solution”

22h47: Abid Briki sur la réforme des entreprises publiques et de l’administration: “Notre administration est bâtie sur l’absence de confiance. Il faut numériser l’administration”

“Les entreprises publiques doivent être réformées dans le cadre d’un dialogue sociale mais ne doivent jamais être vendues” dit-il.

22h46: Abir Moussi sur l’immigration clandestine des jeunes tunisiens: “Nous prendrons en charge ces jeunes” dit-elle affirmant qu’il faudra multiplier les maisons de jeunes, en axant sur la formation professionnelle et en protégeant plus les frontières maritimes “contre les passeurs qui jouent avec la vie de nos enfants”

22h44: Abdelfattah Mourou sur la publication de la liste des martyrs et blessés de la révolution: “Je m’engage à prendre l’initiative de la publier afin de rendre la considération qui est due à ces personnes. Ne pas publier cette liste ne fait que pourrir la situation et augmenter les tensions”.

22h40: Moncef Marzouki sur le changement du modèle de développement: ”Il faut le changer (...) Il faut donner un rôle important à l’agriculture et aux agriculteurs et replacer notre croissance économique sur notre agriculture, nos énergies renouvelables et l’économie sociale et solidaire”.

22h37: Les internautes s’interrogent sur la participation d’Amor Mansour au débat. Le candidat n’a pratiquement répondu à aucune question.

 

22h35: Néji Jalloul: “En combattant la pauvreté, on laissera les citoyens penser à la culture, au cinéma...(...) Aujourd’hui, il faut des lois pour défendre toutes les minorités”

22h32: Abir Moussi sur la protection des données personnelles: “Chaque tunisien a le droit à la protection de ses données personnelles (...) Nous devons même la renforcer en appliquant la loi, parce que la loi existe mais il ne faut pas qu’elle reste simplement de l’encre sur une feuille, ce qui est le cas aujourd’hui”.

22h30: Abdelfattah Mourou sur l’appui à l’Etat de droit et au respect des lois: “Il faudra que le respect des lois et de l’Etat de droit soit étudié à tous les niveaux au sein de l’école (...) Il faut également protéger le pouvoir judiciaire” 

22h28: Mohamed Abbou sur la peine de mort: “Je ne peux pas être pour la peine de mort. Les études montrent que la peine de mort de fait pas baisser la criminalité (...)”

22h27: Moncef Marzouki interrogé les initiatives législatives sur les droits et libertés: “Il faut mettre fin à l’évasion fiscale (...) Je ferai une initiative législative pour réformer le code des douanes (...) Je mettrai tout en place pour m’attaquer à la lutte contre les corrompus”

22h26: Passage aux Questions générales

22h23: Mehdi Jomaa: “Il faut un président de la République actif, qui bouge, qui sait comment parler aux autres pays étrangers pour chercher des investissements et qu’il soit capable de négocier pour garder notre souveraineté”.

22h22: Néji Jalloul: “Le président de la République doit être cultivé. Quand il va voir la reine d’Angleterre, il doit être capable de lui parler de Dickens”

22h20: Abid Briki: “Je suis pour l’égalité homme-femme. Le temps est venu que des femmes représentent la diplomatie tunisienne dans les pays du Golfe”.

“Il faut que l’on sorte de notre attachement à un seul pole. Il faut s’ouvrir aux autres” affirme-t-il. 

22h18: Abir Moussi: “Il faudra appliquer les principes issus de la Tunisie post-indépendance à savoir, la non ingérence dans les affaires des autres pays, le principe de réciprocité (...)”

“Le président de la République doit avoir un rôle à jouer dans la diplomatie économique. C’est lui qui aller chercher les investissements” dit-elle.

22h16: Abdelfattah Mourou: “Nous interviendrons positivement en étant un intermédiaire entre les deux parties libyens. Arrêtons la neutralité négative pour de la neutralité positive. Je nommerai un émissaire spécial chargé de négocier avec les deux parties libyennes”

22h15: Mohamed Abbou: “Je redonnerai l’image que la Tunisie a connu à l’international en 2011 et début 2012 (...) Je mettrai en place une diplomatie économique, cela ne peut se faire qu’à travers des compétences”.

22h13: Passage aux tribunes libres sur la politique étrangère

22h11: Amor Mansour sur les Tunisiens qui résident en Syrie: “C’est eux qui ont choisi de vivre là-bas. Quels sont leurs problèmes? Il faut qu’il y ait un dialogue avec eux pour voir ce dont ils ont besoin et comment on peut les aider. Bien sûr il ne faut pas que cela concerne des affaires du terrorisme”

22h10: Mehdi Jomaa sur l’ALECA: “L’ALECA est une chance de négocier. Pour certains secteurs c’est une chance, pour d’autres une menace. Il faudrait négocier secteur par secteur”.

22h07: Comme remarquée par un internaute, le “débat” n’en est pas un. Les candidats répondent aux questions sans être relancés par les animateurs, sans être repris par les autres candidats. Cela manque de rythme.

 

22h05: Abir Moussi sur les relations avec la Chine et la Turquie: "Pour retrouver les équilibres financiers, nous étudieront nos relations avec ces pays. Et si cela touche négativement nos échanges commerciaux, nous discuterons avec eux de cela"

"Nous devons avoir des relations mais pas que cela ait un impact négatif sur notre balance commerciale" dit-elle.

22h03: Abdelfattah Mourou sur l'avenir des relations franco-tunisiennes: "Nous pouvons faire évoluer cette relation en montrant à la France ce que nous lui apportons à travers les plus d'un million de tunisiens qui vivent là-bas"

22h01: Mohamed Abbou sur la situation au Soudan: "Le Soudan a dépassé la situation critique (...) Ils sont parvenu à une entente. Nous ne pouvons que les féliciter. Maintenant, nous devons ouvrir nos relations économiques avec le Soudan"

21h59: Moncef Marzouki sur le rôle de la Tunisie au Conseil de sécurité: "La Tunisie a un rôle central pour défendre la question palestinienne, le retour à la paix au Yémen, en Syrie, en Libye et dans les pays africains en guerre".

21h57: Mehdi Jomaa : “Les diplomates doivent évoluer: ils doivent maintenant connaitre les questions économiques et technologiques (...) Nous allons donc axer sur la diplomatie économique”.

21h55: Néji Jalloul: ’Il faut que le ministère des Affaires étrangères revienne aux diplomates et pas aux politiciens. Il faut que l’on mette dans ces ambassades étrangères des compétences en économie, en anthropologie (...)”

Concernant la relance du Maghreb Arabe: “Le non Maghreb Arabe nous coûte 2 points de croissance (...) Il faut trouver une solution à la question du Sahara occidental qui handicape ce projet”

21h51: Abir Moussi sur l’endettement extérieur: “Dans mon programme, il y a la création d’un Haut Conseil pour la diplomatie qui aura pour mission (...) entre autre de négocier nos dettes vis-à-vis des autres pays”. 

“Il y a également la création de Tunisie Trésor, une agence dont le but est de rationaliser nos recours aux dettes, leurs taux, leur intérêts...”

21h49: Abdelfattah Mourou sur l’ouverture de nouvelles ambassades: “Notre diplomatie doit prendre en considération les nouvelles forces mondiales qui émergent, et principalement l’Afrique où nous avons seulement 15 représentations diplomatiques”

“Notre diplomatie reste traditionnelle en échangeant seulement des amabilités avec ces pays. Il faut être plus présent”

21h48: Mohamed Abbou sur la solution pour la guerre en Libye: “La Tunisie doit offrir à nos frères libyens un terrain favorable pour pouvoir négocier la paix”.

21h46: Moncef Marzouki interrogé sur la politique étrangère tunisienne: “Non, je ne changerai pas la politique étrangère adoptée par la Tunisie depuis des années”

“Je ne laisserai aucun pays interférer dans les affaires intérieures du pays (...) Je vois des pays étrangers entrer dans ces élections” dit-il.

21h45: Passage aux questions sur la politique étrangère 

21h42: Mehdi Jomaa propose de mettre la technologie au coeur du système sécuritaire et d’améliorer la situation sociale de forces de l’odre.

21h40: Néji Jalloul: “Les prochaines guerres seront celles de l’eau et du blé (...) le président de la République est aussi responsable de la culture (...) Si vous voulez combattre le terrorisme, c’est par la culture (...) Il faut qu’il déclare aussi la guerre à la pauvreté (...)”

“Celui qui a fin entré des OGM en Tunisie doit être trainé en Justice, cela fait partie de la sécurité alimentaire” a-t-il également commenté.

21h39:  Abid Briki: “Les dossiers politiques pendants doivent être traités. Il faut une volonté politique pour ouvrir ces dossiers”

21h37: Abir Moussi: “Nous proposons de mettre en place un document pour définir ensemble ce qu’est la sécurité nationale, ses acteurs, qui fait quoi”.

“Ces dossiers en lien avec le terrorisme et la corruption doivent être dévoilés (...) Ce n’est que comme ça que nous aurons atteint une forme de sécurité nationale” dit-elle.

21h36: Abdelfattah Mourou: “Le vol a augmenté, les braquages ont augmenté, les violences faites aux femmes aussi (...) Il faut renforcer l’Etat (...) Le président de la République doit réunir autour de lui afin de discuter et trouver des solutions à ce sujet”

21h33: Mohamed Abbou: “La sécurité nationale pour moi doit d’abord mettre un terme à la corruption (...) Je mettrai fin à la corruption politique où certains partis sont financés par l’argent étranger contre des contreparties”

21h31: Moncef Marzouki: “Ce qui menace aujourd’hui ce n’est pas le terrorisme, c’est les dangers intérieurs” affirme-t-il mettant en avant la poussée de la pauvreté qui explique une hausse des violences. “Pour moi la sécurité nationale doit se focaliser sur les générations futures”

21h31: Passage à la tribune libre sur le thème de la sécurité et de la défense pour chaque candidat

21h30: Amor Mansour interrogé sur la gouvernance de l’institution sécuritaire: “Il faut trouver la formule adéquate pour restructurer le ministère de l’Intérieur surtout pour que ses forces soient redirigées vers la lutte contre le terrorisme”.

21h28: Mehdi Jomaa interrogé sur les écoutes de citoyens dans un cadre sécuritaire: “Cela n’est pas normal, je vois aujourd’hui des responsables de l’Etat ne communiquer que sur Whatsapp (...) Il faut que ce soit fait dans le cadre de la loi et avec une autorisation judiciaire. Sans cela ce serait contrevenir à la loi”.

21h27: Néji Jalloul interrogé sur la modernisation du rôle de l’armée: “Le monde a changé, les choses ont changé et l’armée doit changer (...) Il faut d’abord enlever l’état d’urgence. Il faut que l’armée joue un rôle économique. L’armée doit jouer un rôle dans le renouveau de l’infrastructure et surtout qu’il ait un rôle dans la protection des catastrophes naturelles”

21h25: Interrogé sur le port du Niqab dans l’espace public Abid Briki se prononce contre. “Il y a eu des incidents à cause de ça, il faut l’interdire” dit-il. 

21h23: Abir Moussi est interrogée sur la collaboration entre le chef du gouvernement et le président en matière de sécurité nationale et de défense: “Le président de la République doit mettre en place la politique générale et doit collaborer avec le ministère de l’Intérieur. Celui-ci ne peut pas prendre des décisions sécuritaires qui ne sont pas dans le cadre de cette politique générale”.

21h22: Abdelafattah Mourou évoque la numérisation de l’administration. “L’administration nationale doit être prise en main en recyclant ses responsables (...) en mettant fin à la paperasse et numérisant les procédures”

21h20: Mohamed Abbou interrogé sur les accidents de la route: “Les questions qui touche aux accidents de la route ne font pas partie des prérogatives du président de la République mais du ministre de l’Intérieur (...) Il faudra être dissuasifs”

21h18: Passage à une deuxième question pour Moncef Marzouki dédiée à la sécurité énergétique: “Nous sommes menacés par le changement climatique (...) J’appellerai à une conférence nationale sur le changement climatique où un programme pour les 50 années à venir verra le jour. Ce sera l’une de mes priorités”

21h17:  Amor Mansour: “Il faut étudier chaque partie de la sécurité nationale indépendamment et mettre en place une stratégie pour chacune d’entre elle”

21h15: Mehdi Jomaa: “Nous avons une stratégie claire: La formation d’une équipe spécialisée pour nettoyer nos montagnes des terroristes dans les 6 ou 8 mois. Nous avons des hélicoptères d’attaques aujourd’hui, nous avons les moyens et les compétences pour réussir”

21h13: “Votre question est très difficile” lance Néji Jalloul à Elyes Gharbi, l’animateur de l’émission. “Les moyens de l’Etat ne permettent seuls de lutter contre le terrorisme. Il faut une stratégique Maghrébine contre le terrorisme, au niveau des frontières (...) Il faut que zones frontalières deviennent des zones de libres-échanges et sortent de la simple mainmise sécuritaire”

21h11: Abid Briki affirme qu’on ne peut pas parler de “sécurité nationale sans parler de sécurité alimentaire, de sécurité environnementale”. Il faut mettre en place des lois pour contrer la corruption, la contrebande et les nominations partisanes qui facilitent la corruption.

21h10: Abir Moussi affirme qu’il faut que le centre national du renseignement soit sous la tutelle de la présidence de la République pour être sous les ordres du Conseil National de Sécurité et qu’il voit ses prérogatives augmenter afin d’anticiper les potentielles futures attaques. “Tout est une question de volonté politique” dit-elle.

21h08: Abdelfattah Mourou considère qu’il faut une stratégie internationale pour lutter contre le terrorisme dans lequel la Tunisie doit être partie prenante. “Il faut mettre en place la quatrième armée, l’armée numérique (...) pour mettre fin aux recrutements faits sur les réseaux sociaux notamment depuis les pays du Golfe”

21h06: Moncef Marzouki prend en premier la parole suivi de Mohamed Abbou. Ce dernier a été interrogé sur le terrorisme numérique. Il propose de renforcer les services de renseignement en ce sens: “Il faut des compétences et beaucoup de moyens”.

21h05: 3 grand axes seront débattus: La défense et la sécurité, les affaires étrangères et les questions générales. Le débat commence par la défense et la sécurité.

21h03:  Un VTR est lancé présentant les différents candidats qui prendront part ce soir au débat. Est mentionné leurs noms, prénoms, âges, le parti qu’ils représentent et leur numéro sur le bulletin de vote.

21h00: Le débat débute, les animateurs prennent la parole.

20h59: Sublime entrée en matière avec une courte vidéo revenant sur les moments forts depuis la révolution jusqu’à ce jour en mode son le tout depuis la grande salle du Palais de Carthage.

20h55: Tous les candidats sont là depuis au moins une heure. Niveau vestimentaire, la majorité des candidats sont en costume noir et cravate rouge. Mehdi Jomaa a pour sa part choisi une cravate bleue. Abdelfattah Mourou est quant à lui arrivé en Djellaba parme. La seule femme présente, Abir Moussi, est quant à elle arrivée vêtue en chemise blanche.

20h44: Vous pouvez suivre le direct via le lien ci-dessous.

 

20h41: La retransmission commence sur la Télévision nationale. Les représentants de la HAICA, de la SNJT et de l’ISIE présentent le déroulé de ce débat.

Télévision Tunisienne
Image de la Télévision nationale

 

20h33: Sur les réseaux sociaux, les internautes sont déjà en mode “débat”. Plusieurs d’entre eux attendent déjà les débuts des festivités.

 

18h55: Pour rappel, le premier tour de l’élection présidentielle anticipée aura lieu le 15 septembre prochain. Initialement prévue pour novembre, l’élection présidentielle a été avancée après le décès du président de la République Béji Caid Essebsi, le 25 juillet dernier.

18h53: Le débat est annoncé dans plusieurs médias internationaux et sera suivi et épié dans plusieurs pays arabes, notamment en Algérie.

 

18h51: La prise d’antenne débutera à 20h30 à la Télévision nationale. Pendant 30 minutes, la première chaine diffusera les coulisses de l’émission avec l’arrivée des candidats, leur passage en loges...

18h48: Le candidat du parti “Au coeur de la Tunisie” Nabil Karoui devait prendre part à ce débat. Il sera cependant absent après son arrestation le 23 août dernier. Selon l’ISIE, seule la présence du candidat est tolérée, il ne peut donc pas envoyer quelqu’un pour le représenter.

18h46: Voici les candidats qui prendront part à ce premier débat: L’ancien ministre de la Justice Amor Mansour, le candidat d’Attayar Mohamed Abbou, la candidate du PDL Abir Moussi, l’ancien ministre de l’Éducation Néji Jalloul, l’ancien chef du gouvernement Mehdi Jomâa, l’ancien président de la République provisoire Moncef Marzouki, l’ancien ministre de la Fonction publique Abid Briki et le vice-président de l’ARP et candidat d’Ennahdha Abdelfattah Mourou. 

 

18h43: Voici une image du plateau où se déroulera le débat.

 

18h35: Pour ce premier débat, les deux animateurs seront Elyes Gharbi et Asma Taieb. Le premier est actuellement l’animateur de Midi Show sur Mosaïque FM, la seconde est présentatrice à la Wataniya 1. 

 

18h30: Le premier débat concernant l’élection présidentielle débute à 21h00 et sera diffusé notamment sur la Télévision Nationale 1 et la Radio Mosaïque Fm. La Télévision nationale 2 diffusera le débat en langage des signes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.