TUNISIE
08/09/2019 20h:44 CET | Actualisé 08/09/2019 23h:50 CET

Élection présidentielle: Revivez les meilleurs moments du deuxième débat entre les candidats

9 candidats prendront part à ce deuxième débat

Facebook/Munathara
Les candidats présents au débat ce soir

23h48: Fin du deuxième débat qui aura été plus animé que celui d’hier. Rendez-vous demain pour le troisième et dernier débat.

23h46: Une flopée de droits de réponse de la part des équipes de campagne des candidats. Sghayer Ennouri, Abdelkrim Zbidi et Hechmi Hamdi les refusent. 

23h44: Mongi Rahoui: “Je ne vous donnerai pas de promesses pour 90 jours, je vous donne une promesse pour un mandat de 5 ans, celui de changer le pays. Aux Tunisiens, je ne vous laisserai pas dans la situation dans laquelle vous êtes aujourd’hui”

23h42: Abdelkrim Zbidi: “Pour moi, il y a une question importante, celle des femmes. Je m’engage à nommer les femmes à des postes de responsabilité (...) J’ai aussi une proposition urgente pour les jeunes (...) il faudra enlever la prison pour les jeunes primo-consommateurs de cannabis au profit de travaux d’intérêts généraux, accorder un droit de grâce aux primo-consommateurs actuellement en prison et enfin nettoyer leurs bulletins n°3 de cette peine”

23h39: Elyes Fakhfakh: “Le président de la République doit donner un cap (....) Il faut qu’on mette en place les instances constitutionnelles, il faut que l’on pense à accélérer la gouvernance locale, il faut réformer l’administration (...), il faut remettre l’éducation et la santé au coeur du projet ainsi que le numérique”.

23h37: Hatem Boulabiar: “Je m’engage à faire baisser le nombre de ministères, je promet de mettre en place la Cour constitutionnelle, je m’engage à renforcer la diplomatie économie, je m’engage à mettre en place un impôt sur la fortune, je m’engage à fournir le FCR au profit de tous les Tunisiens”

23h32: Mohsen Marzouk: “Je serai un président moderne d’un Etat moderne, qui utilisera son droit d’aller devant le parlement, et pas qui reste assis. Je serai un président qui ira passer des jours dans les régions à l’intérieur du pays, proche des gens, comme le faisait Bourguiba. J’irai voir les jeunes, la société civile, les universités (...) Je m’engage à terminer la mise en place des instances constitutionnelles, à mettre les régions au coeur du projet (...)”

23h28: On passe aux promesses électorales. Lotfi Mraihi débute et attaque Abdelkrim Zbidi: “C’est maintenant que vous vous réveillez? Vous parlez d’argent sale dans les partis politiques? (...) Vous êtes autant responsable que le chef du gouvernement dans la politique gouvernementale, puisqu’un gouvernement est solidaire”.  Par ailleurs, il cite le premier ministre hongrois Viktor Orban comme exemple.

23h25: Mohsen Marzouk demande aussi un droit de réponse à Hatem Boulabiar qui a taclé Marzouk par rapport au nucléaire civil en évoquant le cas de Tchernobyl. Réponse cinglante de Marzouk: “Si Hatem Boulabiar commet un crime, on ne va pas mettre toutes les personnes dont le nom de famille est Boulabiar en prison. C’est pareil pour les centrales”.

23h22: Mongi Rahoui demande un droit de réponse au droit de réponse de Hechmi Hamdi, accordé par les animateurs.

 

23h19: Abdelkrim Zbidi interrogé sur la réforme de l’administration tunisienne: “Les gens ont été nommés selon leurs orientations partisanes et pas pour leurs compétences, cela a entrainé des problèmes au sein de l’administration, des problèmes d’efficacité et de corruption. Il faut revoir cela”

23h17: Elyes Fakhfakh: “Il n’y a plus de régions défavorisées et d’autres pas, toutes les régions sont en train de devenir défavorisées. Notre priorité est économique pour trouver des solutions au chômage et à la pauvreté (...) Il faut reconstruire notre modèle économique”

23h15: Hatem Boulabiar: “Certains essayent de remettre le discours identitaire au devant de la scène. Qu’on arrête. Aujourd’hui on a des priorités bien plus importantes comme l’économie et l’investissement”.

23h10: Hechmi Hamdi demande un droit de réponse à Mongi Rahoui: “Vous avez fait peur à Ennahdha, je ne sais pas comment, pour faire tomber notre proposition de faire de l’islam la source de la législation tunisienne. Mais pour nous le combat continue et j’appelle le peuple à combattre avec moi”.

23h07: Mohsen Marzouk et la justice transitionnelle: “Ce qu’on a fait en Tunisie n’était pas de la justice transitionnelle (...) Les objectifs n’ont pas été atteints (...) Nous continuons à vivre ensemble mais on ne s’est pas réconcilié. C’est le président de la République qui doit maintenant réconcilier tout le monde pour aller vers l’avenir”.

23h02: Mongi Rahoui sur la réforme code du statut personnel: Il propose d’y inscrire l’égalité dans l’héritage tout en taclant Hechmi Hamdi sur sa proposition de faire de la Chariaa la source des lois et insiste sur le fait que la Tunisie “est et restera un Etat civil”.

 

23h00: Abdelkrim Zbidi et le changement de mode de scrutin: “Oui, il faut mettre fin au tourisme parlementaire (...) Il faut moraliser la vie politique dans les actes mais surtout dans les financements (...) Il faut changer le seuil électoral: on ne peut plus avoir autant de partis morcelés. Cela permettra d’avoir une majorité forte”.

22h58: Elyes Fakhfakh sur la consommation de cannabis: “Nos prisons sont pleines de jeunes (...) Il faut arrêter de les mettre en prison (...) Par contre l’Etat doit être sans concession face aux dealers”

22h54: Hechmi Hamdi sur la civilité de l’Etat: “Je suis pour la civilité de l’Etat mais dans le cadre de l’Islam (...) Je suis pour l’ajout d’un article 2 à la constitution qui dit que la chariaa doit être la source de toutes les lois”.

 

22h52: Sghayer Ennouri et la liberté de conscience: “Nous sommes dans une situation difficile car nous sommes menacés par le terrorisme et la violence (...) Je suis pour l’économie du savoir, elle ne peut réussir sans conscience libre, sans culture libre, sans pensée libre (...) Malheureusement nous avons échoué à atteindre cela en Tunisie”

22h51: Mohsen Marzouk sur la liberté de la presse: “Le président de la République est le protecteur et le garant des libertés collectives et individuelles”

22h47: Lotfi Mraihi sur la protection des enfants: “Je n’ai pas d’initiative législative au profit de l’enfant. Durant les dernières années, plusieurs lois ont été prises au profit des enfants tunisiens. Ces lois ont affaibli la protection de l’enfance parce qu’elle a fait baisser le rôle du père. En le faisant baisser, elle fait éclater la famille”

22h46: Passage aux questions générales

22h44: Hamadi Jebali demande aussi un droit de réponse à Hatem Boulabiar concernant l’ALECA: “J’ai dis on doit redéfinir les accords de l’ALECA (...) Il en va de notre souveraineté”

22h41: Lotfi Mraihi demande un droit de réponse après avoir été cité par Hatem Boulabiar: “Nous souhaitons de bonnes relations avec tout le monde (...) Les gens qui sont venus ouvrir des sociétés ici, c’est parce qu’ils ont trouvé des opportunités ici, pas pour nos beaux yeux (...) Le jour où ils n’auront plus d’intérêts, ils s’en iront”

22h40: Mongi Rahoui: “Il faut une stratégie et des objectifs, celles-ci feront face à une évaluation. Il faut créer un ministère à l’Immigration pour organiser le retour des Tunisiens qui vivent à l’étranger. Il y a aussi la question de l’ALECA, il faut que celle-ci offre la réciprocité aux tunisiens en matière de visas”

22h38: Abdelkrim Zbidi: “Il faut avoir les moyens de sa politique, nos moyens sont ce qu’ils sont (...) La Tunisie doit faire preuve de neutralité positive (...) L’économie est aujourd’hui le nerfs de la guerre, on est en retard à ce sujet”

22h36: Elyes Fakhfakh: “La diplomatie tunisienne doit être économique. Il faut la formation au profit des diplomates dans ce sens. Il faut aussi s’appuyer sur notre société civile et la communauté tunisienne à l’étranger qui sont devenus aujourd’hui des acteurs diplomatiques”

22h34: Hatem Boulabiar: “Lotfi Mraihi appelle à rompre les accords de 1955 avec la France. La France est un butin de guerre pour la Tunisie. Il faut renforcer nos relations et en profiter. La Tunisie ne doit pas entrer en conflit avec la France”

22h31: Sghayer Ennouri: “La Tunisie doit être une plateforme euro-africaine avec des capitaux européens, des matières premières d’Afrique et la ressource humaine tunisienne”

22h30: Mohsen Marzouk: “La première chose que je ferai c’est relier les bureaux d’emplois européens et tunisiens (...) Il faut diversifier nos partenaires, cela demande une nouvelle diplomatie et une nouvelle génération de diplomates”

22h28: Reprise du débat avec Hamadi Jebali: “Il faut construire une économie forte. Notre politique étrangère et celle du président de la République doit être au travail de notre économie (...) Le mot de passe doit être l’exportation!”

22h26: Un huissier de justice entre sur le plateau pour prendre une copie de l’accord de 1955 de chez Lotfi Mraihi. Selon les règles fixées, il n’a pas le droit d’avoir un document avec lui sur le plateau. Idem pour le téléphone portable de Hatem Boulabiar. Le débat est interrompu.

 

22h24: Lotfi Mraihi: “C’est un crime de ne pas avoir les moyens de ses ambitions. Mon problème c’est les accords de 1955 et surtout les articles concernant les énergies. Aujourd’hui, notre souveraineté est amputée à cause de ces accords (...) Il faut reprendre nos richesse dans les plus brefs délais. Ce qui s’est passé durant les 60 dernières années est une aberration”

22h22: Mongi Rahoui après que Zbidi ait répondu à côté de la question:” Je pense que moi aussi je vais m’autoriser à ne pas répondre à votre question”.

22h20: Abdelkrim Zbidi interrogé sur les immigrés morts en mer répond sur les terroristes de retour des zones de conflit.

22h18: Elyes Fakhfakh: “Il faut avoir les moyens de sa politique (...) La Tunisie peut rentrer en force dans les domaines numériques, dans la 4ème révolution industrielle. Elle peut être une porte pour les Etats-Unis vers l’Afrique à travers son développement économique”

22h16: Hatem Boulabiar sur les moyens de ramener des investissements en Tunisie: “Une semaine après mon élection, j’irai à Abu Dhabi et en Arabie Saoudite et je ramènerai entre 2 et 3 milliards de dollars d’investissements par an”.

22h13: Sghayer Ennouri: “La Tunisie peut-être une plateforme euro-africaine en terme de santé, d’enseignement et d’industrie (...) Cela changera totalement la position de la Tunisie à l’international”

22h11: Mohsen Marzouk: “Ce que nous vivons aujourd’hui à l’international, ce n’est pas seulement à cause de notre économie, c’est à cause du terrorisme, et les Tunisiens savent qui se cache derrière”.

22h10: Hamadi Jebali: “Il faut défendre la dignité des Tunisiens à l’étranger (...) La dignité de notre communauté à l’étranger commence en Tunisie, il faut lui offrir tous les moyens pour qu’elle puisse revenir au pays, investir, acheter”.

22h07: Lotfi Mraihi sur la question des visas: “Cela représente la réalité de notre force diplomatique (...) Les Tunisiens sont en train d’être maltraités à cause des visas. Il faut renforcer notre pays (...) On ne nous respecte pas. Il faut se respecter soi-même, nous construire et puis on pourra être fier de notre passeport”

22h04: Abdelkrim Zbidi sur la construction du Maghreb Arabe: “Les relations bilatérales de la Tunisie envers tous les pays sont excellentes. Il faut aller plus loin encore, vers l’Afrique à travers la diplomatie économique. A travers l’Afrique, on pourra peut-être relancer la construction Maghrébine. Pour l’Afrique, il y a trois axes: Le renforcement des représentations diplomatiques, le renforcement des lignes aériennes et maritimes et la création d’une banque d’investissement dédiée”

22h03: Elyes Fakhfakh et la stratégie pour l’Afrique: “Nous devons attirer les élite des pays africains (...) Notre modèle de développement doit être basé du l’Afrique”.

22h01: Hatem Boulabiar sur le Maghreb Arabe: “Ma priorité sera de se rapprocher encore plus de l’Algérie. Il faut aller soutenir le mouvement populaire en Algérie. Si dans les 10 années on réussit à se rapprocher de l’Algérie, peut-être que l’on pourra se rapprocher du Maroc ou de la Libye. Aujourd’hui le Maghreb arabe avec l’Algérie et le Maroc est impossible”

21h59: Hechmi Hamdi: “Je demanderai à l’Algérie et la Libye d’ouvrir nos frontières pour les habitants des régions frontalières. Ce sera un exemple pour commencer une zone de libre échange avant de l’étendre à tous les habitants des trois pays”.

21h57: Sghayer Ennouri sur la crise libyenne: “La Tunisie, l’Algérie et la Libye sont un territoire commun, il faut créer un espace commun et enraciner le pouvoir local (...) Cela fera grandir la Tunisie et on pourra mieux négocier”

21h55: Mohsen Marzouk: “Je créerai un Conseil supérieur de la diplomatie tunisienne capable de faire des projections et d’aider la diplomatie tunisienne (...) La diplomatie doit prendre en compte l’équilibre des forces et notre géographie à savoir le Maghreb et l’Afrique. C’est pour ça qu’il nous faut une stratégie complète”.

21h53: Hamadi Jebali sur la politique étrangère de la Tunisie dans le monde arabe qui fait face à l’instabilité: “Notre politique étrangère vis-à-vis des pays arabes et africains, doit d’abord passer par la construction d’une économie forte”

21h52: Place à la politique étrangère. Lotfi Mraihi débute avec une question sur la politique étrangère de la Tunisie dans le bassin méditerranéen: “Nous n’avons rien pu faire pour le dossier libyen alors que dire des autres dossiers. La Tunisie doit être neutre. La Tunisie n’a pas d’amis, elle a des intérêts. Elle ne doit suivre personne et ne rentrer dans aucune coalition”

21h50: Mongi Rahoui: “La sécurité du pays concerne tous les domaines qui touchent à la paix sociale et la stabilité du pays. Il faut sortir de cette vision stricte”

21h49: Abdelkrim Zbidi: “Il faut se mettre d’accord sur ce qu’est la sécurité nationale. C’est une question sécuritaire au sens propre du terme (...) les autres problèmes peuvent faire partie de la sécurité nationale dans le cadre d’une collaboration entre le chef du gouvernement et le président de la République”.

21h47: Elyes Fakhfakh: “Il y a une mauvaise compréhension de ce qu’est la sécurité nationale” affirme-t-il estimant que le président de la République a des pouvoirs et le chef du gouvernement d’autres: “Tout mettre sous le chapeau de la sécurité nationale, on ne laisserait aucune prérogative au chef du gouvernement. Il faut que le président de la République et le chef du gouvernement travaillent la main dans la main” 

21h45: Hatem Boulabiar: “Je rejoins Hechmi Hamdi. La justice est la base de la sécurité (...) C’est pour ça que le président de la République doit présider tous les conseils ministériels liés à la sécurité”

21h43: Hechmi Hamdi: “La base de la sécurité c’est la justice, la justice dans le développement, dans  et dans la redistribution des richesses”

21h41: Sghayer Ennouri: “Il faut une économie forte, les nouvelles technologies, sur le pouvoir local, et l’application de la loi (...) le gouvernement actuel n’a fourni aucun de ces piliers à la sécurité nationale” 

21h40: Mohsen Marzouk: “Il faut élargir la base des pays amis pour avoir plus de moyens pour les institutions sécuritaires (...) La véritable sécurité c’est l’application de la loi, les Tunisiens se sentent en sécurité quand la loi est juste et est appliquée”

21h38: Hamadi Jebali: “Il faut sécuriser notre pays en produisant. C’est en sécurisant notre économie que nous sécuriserons notre pays”

21h37:  Place aux tribunes libres. Lotfi Mraihi commence: “Il faut remettre en place une économie capable de faire de la croissance pour pouvoir avoir les moyens de renforcer la sécurité et la défense parce que les moyens coûtent chers”

21h33: Abdelkrim Zbidi répond à Hechmi Hamdi: “16% du budget de l’Etat est consacré aux institutions militaires et sécuritaires, vous ne trouverez ça dans aucun autre pays”.

Interrogé sur les moyens pour préserver les institutions sécuritaires et militaires des tensions politiques, Zbidi affirme que “les institutions sécuritaires et militaires doivent être éloignées des partis politiques. Elles doivent être républicaines. A un moment donné, il y a eu beaucoup d’intrusions qui leurs ont fait du mal mais ça a changé”

21h31: Elyes Fakhfakh: “Il faut une approche inclusive, éducative, il faut créer de l’espoir pour les jeunes (...) Il faut arrêter l’approche sécuritaire. L’armée peut jouer un rôle pour former une génération de la deuxième chance”

21h28: Hechmi Hamdi tacle Abdelkrim Zbidi: “Il a dit que les moyens ont été donnés pour renforcer l’armée et les forces sécuritaires, c’est faux. J’ai été à Hydra et j’ai visité une caserne, rien que l’infrastructure est misérable” 

21h26: Sghayer Ennouri raillé sur les réseaux sociaux: 

 

21h24: Mohsen Marzouk sur la sécurité en matière d’accès à l’eau: “Je suis pour l’usage du nucléaire civil pour pouvoir extraire et traiter l’eau de mer. Il faut aussi voir avec la Libye sur comment utiliser ensemble le nappe phréatique qui se trouve à cheval entre nos deux pays”

21h22: Hamadi Jebali sur le changement structurel de l’appareil sécuritaire: “Il faut renforcer les forces de sécurité intérieure et les laisser loin des dissensions politiques. Il faut leur donner plus de moyens même si nous n’en avons pas beaucoup” 

21h21: Lotfi Mraihi interrogé sur la lutte contre la contrebande: “Tout est une question de volonté politique (...) C’est tout un réseau fait de grosses têtes et de barons et parfois même de personnes qui ont entre leurs mains l’économie réelle (...) Les contrebandiers ont remplacé les Trabelsi et sont protégés politiquement”

21h19: Mongi Rahoui interrogé sur le changement de monnaie pour contrer la contrebande et le terrorisme: “C’est une proposition qui a été débattue par les milieux financiers, et je partage cet avis. Il faut changer de monnaie.”

21h17: Abdelkrim Zbidi: “La stratégie existe en matière de lutte contre le terrorisme à travers une coordination entre l’armée et les forces de l’ordre au niveau régional et au niveau central (...) Cela a été possible grâce à l’appui  financier et humain donnés aux deux institutions”

21h15: Elyes Fakhfakh sur le renseignement: “Dans mon programme je propose la création d’une agence de renseignement sous la tutelle du Conseil de sécurité nationale qui a tous les moyens”

21h13: Hatem Boulabiar sur le renforcement de la police républicaine. Le candidat commence par prêter le serment présidentiel et propose d’enlever le ministère du Tourisme pour que son argent aille renforcer les moyens sécuritaires.

21h10: Sghayer Ennouri envoie les premiers tacles contre des adversaires dont Abdelkrim Zbidi présent sur le plateau sur une question concernant la sécurité nationale: “Tout le pouvoir se trouve dans la capitale et c’est la le problème (...) il faut décentraliser les institutions de l’Etat (...) Le ministre de la Défense n’aurait pas pensé à un Coup d’Etat contre la légitimité parlementaire et le chef du gouvernement ne penserait pas à s’accaparer le pouvoir, si le parlement se trouvait par exemple à Sidi Bouzid”

21h08: Mohsen Marzouk et le dossier des terroristes de retour des zones de conflit: ”Ce sont des gens qui ont pris les armes et ont combattu dans d’autres pays (...) Ces gens sont des terroristes, ils sont pour la plupart impliquer dans des crimes. Il faut leur appliquer la loi antiterroriste (...) Je suis contre le principe d’être moins sévère en essayant de comprendre les causes”

21h06: Hamadi Jebali et la lutte contre la corruption: “Il faut avoir une législation claire contre cela. Il faut punir les corrompus (...)”

21h05: Lotfi Mraihi débute par une question sur l’état d’urgence: “Il faut changer la loi sur l’état d’urgence (...) Son renouvellement dans le temps lui a fait perdre son sens”.

21h04: On commence par les questions relatives à la sécurité et la Défense.

21h02: Les internautes commencent déjà à troller Iheb Chaouech l’un des coanimateurs de la soirée.

 

21h00: Début du débat.

20h58: Côté vestimentaire, il y a plus de diversité dans le choix des cravates par rapport à hier. 

 

20h55: Les internautes s’interrogent déjà qui sera le “Amor Mansour” de ce soir, le candidat n’ayant pratiquement pas répondu aux questions qui lui étaient posées.

 

20h47: Si hier Abir Moussi a été la seule femme présente sur le plateau, ce soir ce sera un plateau exclusivement masculin. La seconde femme candidate à l’élection présidentielle Selma Elloumi Rekik participera au débat de demain.

20h46: Voici le direct à suivre sur la page Facebook de la Télévision nationale.

 

20h42: Le débat se passera probablement aussi sur les réseaux sociaux. Hier, les internautes s’en sont donné à coeur joie. Les hashtags à suivre #TnElec2019 et #TnElec.

20h40: Les 9 candidats présents ce soir sont: Hechmi Hamdi, Mohamed Sghayer Ennouri, Mohsen Marzouk, Hamadi Jebali, Lotfi Mraihi, Abdelkrim Zbidi, Hatem Boulabiar, Mongi Rahoui et Elyes Fakhfakh.

Facebook/Munathara
Les candidats présents au débat ce soir

 

20h39: Samedi, 8 candidats ont participé au premier débat. Si le moment a été jugé historique, le débat manquait cependant de rythme et de contradictoire.

20h37: Bienvenue à ce direct commenté du deuxième débat entre les candidats à l’élection présidentielle anticipée du 15 septembre prochain.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.