28/02/2019 17h:37 CET | Actualisé 28/02/2019 17h:37 CET

El Othmani demande à ses ministres d'être plus attentifs aux entrepreneurs et investisseurs

Rappel à l'ordre.

Chef du gouvernement/Facebook

RAPPEL A L’ORDRE -  Il a durci le ton. Le chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, veut que son équipe soit plus impliquée dans l’amélioration du climat des affaires, à commencer par une écoute attentive des entrepreneurs et  investisseurs. Il en a fait le message d’ouverture du conseil de gouvernement qu’il a présidé ce jeudi 28 février, appelant tous les ministres à être au service de l’entreprise.  Ils doivent “faciliter sa vie, répondre à ses besoins et traiter ses réclamations”, indique un communiqué de la Primature, partagé par El Othmani sur sa page Facebook.

Dans son appel, El Othmani a exigé de son équipe d’être non seulement interactive avec les entrepreneurs et investisseurs, mais surtout de leur apporter “des réponses convaincantes”. “Si vous cela n’est pas possible auprès d’une administration, il faut s’adresser à une autre également concernée, ou faire appel à la primature pour faciliter sa mission”. 

Si le chef du gouvernement y tient tant, c’est parce qu’il se dit convaincu que cette manifestation d’intérêt relève “du devoir de l’administration” envers les investisseurs. Et d’estimer que ces derniers représentent, pour le Maroc, un levier économique et un promoteur d’emplois et de richesses. Ce qui, pour le chef du gouvernement, impose à l’administration aussi la nécessité d’être efficace dans son écoute en interagissant avec l’entreprise “dans les temps et délais fixés”.

Administration efficace mais aussi citoyenne, c’est l’ambition que cherche à réaliser le chef du gouvernement. Il compte ainsi tisser une relation de confiance entre les deux parties: administration et entreprise. Et cette relation a besoin de “crédibilité, de respect et de sérieux” pour ”éviter les doutes et le non respect de la loi”, précise-t-il. Un autre défi que se lance El Othmani. 

Cette sortie n’est pas le premier rappel à l’ordre du chef du gouvernement. En décembre dernier, il en avait lancé un autre à ses ministres les appelant à être plus assidus au Parlement.  Estimant que l’absence des ministres des séances plénières et autres des deux chambres, représente un “manque de respect”, le chef du gouvernement avait été clair: “Je veux que tous les ministres soient présents aux séances parlementaires, qu’elles portent sur les questions orales, les réunions des commissions ou les sessions plénières”, avait-il insisté au conseil de gouvernement du jeudi 13 décembre.