MAROC
25/05/2018 18h:27 CET

El Khalfi annonce les nouvelles mesures anti-triche au baccalauréat

440.000 candidats passeront le baccalauréat cette année, dont 100.000 candidats libres.

FADEL SENNA via Getty Images

BACCALAURÉAT - Le gouvernement sera plus strict avec les tricheurs. Prévu du 5 au 8 juin prochain, l’examen du baccalauréat (Terminal) verra, cette année, l’entrée en vigueur de six mesures anti-triche. Le porte-parole du gouvernement et ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, Mustapha El Khalfi, les a présentées au point de presse donné à l’issu du conseil de gouvernement tenu ce vendredi. Relayant la présentation faite à l’occasion par le ministre de l’Education nationale, El Khalfi a indiqué que la première mesure concerne la sensibilisation des candidats quant à la triche et leur mise en garde contre les sanctions auxquelles ils s’exposent.

La deuxième mesure engage le candidat au respect de la première mesure par la signature d’une déclaration attestant qu’il a pris connaissance des lois et sanctions prévues en cas de leur infraction. 

Assurer une meilleure sécurité quant au transport des épreuves est la troisième mesure. Cette dernière prévoit de réduire les distances entre les points de distribution et les centres d’examen et de mettre en place un dispositif de surveillance plus pointu. Quant à la quatrième mesure, elle concerne les espaces où seront conservées et/ou dupliquées les épreuves qui seront préservées de tout contact externe. Plus aucun moyen de communication par téléphone ne pourra donc à l’origine d’une fuite quelconque des sujets le jour J.  

La cinquième mesure, elle, concerne le maintien des unités mobiles locales et régionales de lutte contre la triche, qui seront dotés de moyens techniques devant leur permettre de détecter tout appareil électronique, dont les téléphones portables. 

Quant à la sixième et dernière mesure, elle porte sur la mise en place, à l’instar des années précédentes, de comités de veille et de suivi. Leur mission consiste à suivre le déroulement de l’examen sur les plans régional et national et intervenir en cas de besoin.    

Cette année, 440.000 candidats, soit 9,8% de plus que l’an dernier, passeront le baccalauréat. Ceux qui passeront un bac libre, au nombre de 100.534 candidats, représentent 23% du total. Quant au milieu scolaire, l’écrasante majorité des candidature (70%) a été enregistrée dans le secteur public, contre 7% dans le privé (le reste représente les candidats libres). 

En chiffres, El Khalfi a précisé que la plupart des candidats, soit 245.732 du total, sont inscrits dans les branches scientifiques et techniques, précisant que ce chiffre est en augmentation de 8% par rapport à l’an dernier. Dans les branches littéraires et de l’enseignement traditionnel, ils sont 191.980 candidats, ce qui représente aussi une augmentation de 2% en comparaison avec 2017. La filière où le nombre de candidats a connu la plus importante hausse est celle du baccalauréat professionnel qui compte 2.159, soit 15 fois plus que l’an dernier. Les branches internationales, pour leur part, enregistrent 18.326 candidats.

El Khalfi annonce, par ailleurs, que cette année marque l’entrée en vigueur de la “Vision 2030” de l’éducation nationale qui compte plusieurs nouveautés. Il cite, entre autres, la création de nouvelles branches dans le baccalauréat international et professionnel avec respectivement, 8 et 14 branches supplémentaires.

Quant aux moyens humains déployées pour cet examen, le ministre annonce la mobilisation de 41.660 personnes devant assurer la surveillance et environ 40.000 enseignants pour corriger les 3,6 millions de copies. 20.830 salles ont été préparés pour accueillir les candidats le jour “J” à travers 1.500 centres d’examen à travers les régions. 

Le 22 juin, les résultats du bac seront annoncés. La séance de rattrapage est, quant à elle, prévue du 10 au 13 juillet. Les résultats seront connus trois jours plus tard, le 16 juillet.

LIRE AUSSI: