MAGHREB
29/03/2014 05h:22 CET

Egypte: Plusieurs morts, dont une journaliste, dans des heurts entre policiers et manifestants

AFP
Plusieurs morts, dont une journaliste, dans des heurts entre policiers et manifestants

Des partisans du président déchu Mohamed Morsi défilaient contre la candidature à la présidentielle du maréchal Abdel Fattah al-Sissi.

Cinq personnes, dont une journaliste égyptienne, ont été tuées vendredi au Caire dans des heurts entre la police et des manifestants islamistes contre la candidature de l’ex-chef de l’armée, Abdel Fattah al-Sissi, à l’élection présidentielle, a indiqué un responsable de la sécurité.

En effet, Abdel Fattah al-Sissi, le militaire architecte de l'éviction de l'islamiste Mohamed Morsi, a annoncé mercredi qu'il se présenterait à la présidentielle prévue au printemps, une déclaration attendue depuis des semaines en Egypte, où il bénéficie d'une immense popularité.

"En toute humilité", a-t-il dit, "je me présente à la présidentielle de l'Egypte". Comme le prévoit la Constitution, il a dû abandonner ses fonctions au sein de l'armée et du gouvernement pour être éligible. Mais sa démission, a-t-il promis, ne l'empêchera pas de "continuer à combattre tous les jours pour une Egypte débarrassée du terrorisme".

La journaliste Mayada Achraf, qui travaillait pour le quotidien privé Al-Doustour, a été tuée d’une balle dans la tête alors alors qu’elle couvrait une manifestation dans le quartier de Aïn Chams, dans le nord du Caire, a précisé cette source, ajoutant que deux autres personnes avait péri lors du même rassemblement. Al-Doustour a confirmé sur son site internet la mort de sa journaliste.

Des partisans du président déchu Mohamed Morsi ont défilé dans plusieurs villes du pays vendredi après l’annonce deux jours plus tôt de la candidature de Abdel Fattah al-Sissi, artisan de l’éviction de Mohamed Morsi en juillet, à l’élection présidentielle pour laquelle il est donné grand favori.

Avant la mort de Mayada Achraf, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) avait affirmé que neuf journalistes avaient été tués en Egypte depuis le soulèvement populaire qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir au début de l’année 2011.

Lire :

Les nouvelles autorités dirigées de facto par l'armée se sont lancées dans une véritable guerre juridique contre les islamistes, en particulier les Frères musulmans, déclarés "organisation terroriste" et dont la quasi-totalité de la direction, à l'instar de M. Morsi en personne, encourt désormais la peine de mort.

Galerie photo La "Sissi-mania" Voyez les images