LES BLOGS
27/10/2014 19h:49 CET | Actualisé 27/12/2014 06h:12 CET

Egalité des sexes au Maroc: Parlons des femmes!

PARITÉ - Pourquoi y a-t-il encore si peu de femmes aux postes à hautes responsabilités au Maroc? Pourquoi lorsqu'une femme est ministre, elle est forcément ministre des femmes ou de l'artisanat, ou simplement ministre déléguée?

PARITÉ - 10 octobre. C'était la journée nationale de la femme, alors parlons des femmes. En attendant le 8 mars prochain où on leur donnera encore une fois la parole. Je n'aime pas trop ces coups d'éclairages ponctuels parce que j'y vois une forme sournoise et très certainement involontaire de discrimination, un contresens de la volonté même de défendre l'égalité des genres.

Ceci étant dit, c'est peut-être finalement aussi une occasion de plus de montrer qu'elles sont là, présentes, actives, dynamiques, capables. Les femmes marocaines sont capables d'avoir des opinions et de les exprimer, capables de travailler et d'endosser des responsabilités, capables de se battre et d'essayer de faire valoir leurs droits, capables aussi de gérer le quotidien et d'illuminer le foyer familial. Petit clin d'oeil au passage à notre Premier ministre dont la sortie, je dois avouer, ne m'avait pas choquée. Cette métaphore du lustre aurait été chantée par Aznavour qu'on l'aurait trouvée poétique.

S'il est incontestable que lorsqu'un des deux parents est disponible pour élever ses enfants la famille ne s'en porte que mieux, j'ai en revanche regretté que M. Benkirane ait considéré d'emblée que ce rôle-là devait être celui de la femme. Là je ne suis pas d'accord. Cela pourrait aussi être le rôle de l'homme. Si la femme est épanouie dans son travail et qu'elle peut subvenir aux besoins de son foyer, pourquoi le mari ne pourrait-il pas jouer le rôle de l'éducateur ? C'est une décision de couple.

La question intéressante selon moi était de se demander comment rendre possible le fait que le père ou la mère puisse être père ou mère au foyer. Comment valoriser le statut de père et mère au foyer? Comment contribuer à l'augmentation du pouvoir d'achat? A compétences égales, comment améliorer l'accès des femmes aux emplois et aux postes les plus rémunérateurs? Comment faire appliquer l'égalité des salaires? Parce que soyons clair: être père ou mère au foyer coûte cher, c'est un luxe que de moins en moins de foyers peuvent se permettre aujourd'hui. Un salaire ne suffit plus.

Alors cessons de nous ulcérer à cause de broutilles, de malentendus ou de maladresses. Être féministe, ou tout simplement être pour l'égalité entre les hommes et les femmes, ne signifie pas nécessairement être une chienne de garde soupe-au-lait. Ne nous braquons pas pour un oui ou pour un non et mobilisons-nous pour des sujets qui fâchent vraiment. Car malheureusement il y en a encore un certain nombre.

Par exemple, pourquoi y a-t-il encore si peu de femmes aux postes à hautes responsabilité ? Pourquoi lorsqu'une femme est ministre, elle est forcément ministre des femmes ou de l'artisanat (oui, dans le gouvernement actuel ce sont les deux seuls ministères confiés à des femmes), ou simplement ministre déléguée? N'y a-t-il donc pas de femme marocaine capable d'être ministre de l'éducation, des affaires étrangères, de la justice ou de l'économie? J'en doute.

La vérité c'est que la société marocaine est encore une société d'hommes gérée par des hommes. Des lois existent mais peinent à être appliquées, comme l'égalité des salaires. Car le problème, c'est encore une fois nos mentalités.

Nous ne sommes, je crois, pas encore capables d'envisager qu'une femme soit vraiment l'égale de l'homme. Pas l'égale dans la littérature, les bonnes intentions, les discours ou les abstractions. L'égale pour de vrai, concrètement, dans la vie publique, dans les entreprises, dans la fiche de paie, dans les foyers, dans les séries télévisées, dans les esprits, dans les cœurs. Le jour où ce sera le cas, il n'y aura sans doute plus de journée de la femme.

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.