21/01/2015 08h:40 CET | Actualisé 22/01/2015 10h:27 CET

Économies pour le consommateur, essor du marché de l'automobile, bouffée d'air pour l'Etat... Quel sera l'impact de la baisse du prix de l'essence?

Wikipedia
Carburants

PÉTROLE - Pour la première fois en 14 ans, le prix du litre d’essence passe en dessous de la barre des 9 dirhams. Cette baisse bénéficie aux consommateurs et à l’économie nationale. Le HuffPost fait le point.

Ça roule

Depuis la dernière baisse, opérée le 16 janvier, le litre d’essence ne coûte plus que 8,98 dirhams, soit 4,58 dirhams de moins qu’il y a six mois. En clair, pour un plein de 45 litres, on économise 200 dirhams. Une telle baisse n’a pas eu lieu depuis 14 ans. Selon des experts, contactés par le HuffPost Maroc, les cours internationaux devraient continuer de chuter, entrainant ainsi une nouvelle baisse des prix des carburants. Au grand bonheur des automobilistes.

Auto-satisfaction

Cette baisse du prix de l’essence a un impact évident sur le marché de l’automobile. Depuis 2014, avec la décompensation, les ventes de voitures sont influencées par la chute des prix des carburants. Mais si l’évolution a bénéficié jusque-là aux voitures diesel, la tendance va probablement s’équilibrer et profiter aussi aux ventes de voitures essence, nous expliquent des concessionnaires. Les clients, réticents jusque là face au prix du plein, devraient ainsi ne plus hésiter à acheter des automobiles de ce type si le prix à la pompe continue de chuter.

C’est bon pour les poches de l’Etat

“Les cours vont encore baisser. Selon des études, le prix du baril pourrait descendre à 35 dollars alors qu’il est aujourd’hui de 48 dollars. Cela ne peut qu’être bénéfique pour l’économie nationale, d’autant plus que le Maroc n’est pas producteur”, explique au HuffPost Maroc Mohamed Louafa, ministre chargé des Affaires générales. Grâce à cette chute, l’Etat pourra économiser plusieurs milliards de dirhams en 2015, qui iront à l’investissement en 2016. Pour rappel, les dépenses de compensation ne sont plus que de 23 milliards pour l’année 2015, au lieu de plus de 50 milliards en 2012.

LIRE AUSSI:

  • Carburant: Dès janvier 2015, les distributeurs fixeront eux-mêmes leurs propres marges
  • La stagnation du prix du gasoil (malgré la baisse du prix du pétrole!)
Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.