TUNISIE
13/09/2019 19h:13 CET

Dream City: De l’Art dans la cité, de la liberté dans l’air

Rendez-vous du 04 au 13 octobre...

Dream City
Affiche de Dream City

La Médina plongera bientôt ses habitants et ses passants dans un rêve éveillé. Un rêve qui revient tous les deux ans, depuis 2007.

Si vous êtes adeptes des festivals d’Art, vous l’aurez compris. Il s’agit de Dream City, le festival porté par l’association L’Art Rue, qui se tiendra du 4 au 13 octobre 2019, dans les ruelles de la Medina de Tunis et ses alentours.

Une programmation riche, c’est le moins qu’on puisse dire : arts visuels, arts plastiques, installations urbaines, installations interactives, musique, danse, théâtre, cinéma, en plus de l’organisation d’ateliers et de débats de rue, qu’on découvrira pour la première fois ici, et qu’on ne reverra probablement plus ailleurs. C’est dans leur contexte, dans leur cité, que ces créations naissent et demeurent. 

Les artistes invités, de Tunisie, d’Afrique Sub-saharienne, d’Europe et d’Asie, ont pensé leurs créations artistiques en s’imprégnant de la Médina, du vécu de ses habitants, de son histoire, mais aussi des cités qui l’entourent, tout au long de résidences artistiques, qu’ils entament quelques mois à une année avant le début du festival.

En effet, si les expositions et les spectacles se mettent en place tous les deux ans, Dream City, lui, ne sommeille jamais. Dès qu’une édition s’achève, la suivante commence.

En tout, 17 spectacles payants et 17 spectacles non-payants ont été réfléchis et conçus par les artistes pour la Medina, pour ses jeunes, pour son histoire et pour son avenir.

L’Art dans la cité : Dream City occupe l’espace public

Dream City, c’est de l’Art dans la Cité, mais c’est aussi une réflexion autour du rôle de l’artiste dans la société et le rôle de l’art dans l’installation d’une vraie démocratie. On y contemple l’art comme un outil de citoyenneté et de transformation sociale.

“Dream City est un espace de dialogue. Il a confisqué l’espace public pour l’expression libre, pour la liberté de penser”, souligne Sofiene Ouissi, organisateur et directeur artistique, “Avec Selma, nous avons toujours travaillé sur cet axe et nous avons fini par gagner un véritable espace”.

Créateur de dialogue, Dream City, à travers ces créations artistiques, abordera le vivre-ensemble, la liberté d’expression et de création, la dignité, les droits humains et la jeunesse plurielle de la Tunisie.

“Les libertés, c’est aussi le respect de l’autre, c’est d’associer un grand nombre de tunisiens avec des idées totalement diverses autour d’un commun, d’un temps de partage et de l’acceptation de l’autre”, continue Sofiene Ouissi.

Dream City “rapproche les gens et crée un vértable dialogue, contrairement à l’espace politique, qui divise les gens”.

La liberté au coeur de cette édition

Pour la 7e édition, le public pourra désormais composer librement son parcours, contrairement aux éditions précédentes, où chaque parcours correspondait à une couleur et à des oeuvres données. 

“Dream City a été pensée comme une création chorégraphique, dans la cité, un espace qui était complètement confisqué par le politique. souligne Sofiene Ouissi.

Les visiteurs arpentaient alors les ruelles de la Médina en suivant un parcours d’une même couleur, correspondant à des oeuvres artistiques données, au risque d’en rater d’autres. C’est pour laisser aujourd’hui le public choisir son parcours librement qu’une nouvelle méthode de billetterie a été instaurée.

“Quand c’est la direction artistique qui compose les parcours, c’est selon sa vision cadrée, qui ne correspond peut-être pas à celle du public. Cette année, nous avons voulu tester cette nouvelle approche. Cela nous donnera une idée précise de la vision de ce public et nous permettra d’avoir son retour ”, explique-t-il.

Des prix démocratiques pour un festival ouvert à tous, avec 17 spectacles payants et 17 spectacles non-payants, l’heure est à la culture, l’art et au partage.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.