TUNISIE
19/06/2018 16h:26 CET | Actualisé 05/07/2018 16h:00 CET

Downtown Vibes, ou le collectif de DJs qui va vous transporter!

À la rencontre des Downtown Vibes, un collectif qui rassemble des jeunes DJs tunisiens très talentueux, afin de vous faire découvrir le monde de la House music en Tunisie.

downtown vibes

Fondé en mai 2013 par Hamdi Ryder, de son vrai nom Hamdi Toukabri, ainsi qu’Aymen Ghanoudi, le collectif est constitué de Yassine Hammar, le responsable de la communication ainsi que Rchid Ben Othmen, le responsable de la logistique.

Une pléiade de jeunes artistes forme le noyau du collectif. Il est composé de Hamdi Ryder, Ghassen Yahyaoui (Lil Jack), Yacine Fertani (ferta) et Skander Essaidi (Saadoon) qui se spécialisent principalement dans la musique House et Funk ainsi que Youssef Chouibii (Youstaaz) qui maitrise le Hip-Hop et l’art du “Scratching”.

Le collectif comporte aussi d’autres membres qui contribuent à leur succès tels que le danseur urbain Sameur Hamrouni, ou encore Nadhir Cherif et Mouhamed Guediri.

L’idée du collectif

En 2013, Hamdi Ryder a eu l’idée de créer le collectif, car ses amis lui organisaient souvent des soirées pour lesquelles il faisait office de DJ. Le jeune homme confie : “C’est au Roof Stah, un petit bar à côté du Madison, en 2013, qu’on a commencé à penser à Downtown Vibes, qui utilise du Hip Hop et de la House en passant par diverses influences tel que le funk, disco, soul … le but de la soirée, c’était de se défouler, danser tout en évitant de tomber dans les ambiances Snob qu’on rencontre assez souvent à Tunis”.

Durant cette période, la techno et les chansons commerciales monopolisaient la scène musicale en Tunisie. Hamdi Ryder et ses amis ressentaient un certain manque de diversité sur la scène musicale. Ryder explique: “on a voulu faire quelque chose de différent et innovateur et quand le Roof Stah a fermé, on a commencé à organiser des soirées privées chez moi qu’on a appelé secret vibes… Petit à petit une petite communauté a vu le jour autour de ce concept et notre premier projet en tant que collectif est né. Aujourd’hui, nous en sommes à la 15 eme édition”.

"J’ai acheté mes premières platines à 13 ans". DJ Ferta

 

Graduellement, le collectif de DJ a commencé à gagner en popularité au sein de la communauté House et électro Tunisienne. Grâce aux évènements organisés par le collectif, une grande communauté d’adeptes du vinyle a vu le jour et Downtown Vibes a souhaité organiser des évènements autour de ceux-ci.

Nadia Ettreki

“Vu qu’on joue beaucoup avec les vinyles, on a pensé à créer un évènement intitulé Friday is a Wax Day, dans différents espaces culturels à Tunis, qui avait pour but l’échange de vinyles entre adeptes, et qui a pris de l’ampleur au point de devenir un évènement de vente et d’achat privé. Maintenant, cet évènement a lieu tous les ans le jour du Record Store Day”.

 

Ça a permis de connecter les gens qui ont le même intérêt pour le vinyle Dj Ferta

 

Les Soirées

Les soirées organisées par le collectif sont diverses. En effet, Dowtown Vibes affirme que celles-ci ont pour but précis d’être à l’image du collectif. Des secret vibes au Friday is a Wax Day, le but est de “faire connaître le House aux tunisiens”.

“Les soirées ne dépassent pas les 400 personnes, et on les préfère ainsi. On essaye aussi de ramener des guests de partout dans le monde. La soirée qui nous a le plus marqué c’est la soirée de ‘Bayron the Aquarius’ au Wax en Mars dernier” indique le collectif.

 

Ryder a également évoqué “Somewhere in Downtown”, un projet qui a commencé en septembre dernier et ayant place au Marengo Club au centre-ville de Tunis dont le but est de regrouper les artistes du collectif avec d’autres afin de créer une ambiance artistique éclectique.

Le Collectif a prévu d’organiser un autre événement le 21 Juillet avec au menu un set live de Paul Cut au Wax.

Les membres ont collaboré avec beaucoup d’artistes internationaux. “On a collaboré à Paris avec Les Chineurs De Paname et on a aussi mixé au soirées-off de Sónar à Barcelone. Maintenant, et tout comme autre collectif qui vise à élargir les frontières de son activité, on est en train de poser les dernières pierres pour notre propre label qui va contribuer à notre propre promotion ainsi qu’à la recherche de jeunes talents”, Ajouta Hamdi.

 

Le collectif a aussi collaboré avec Subwax Barcelone pour un envoi et échange de vinyles.

Nadia Ettreki

Les difficultés rencontrées

Parmi les difficultés rencontrées, le collectif confie que l’organisation des soirées secret vibes n’ont pas été de tout repos. En effet, “tout est secret dans secret vibes”. Pour pouvoir faire du bruit les DJ avaient des licences de mariages à l’époque. La gestion de leur public leur pose aussi quelques difficultés, étant donné que la foule peut être de 220 personnes dans un petit espace.

“Quand on organisait secret vibes chez moi je n’avais pas de problèmes puisque je n’avais pas de voisins, mais après c’était autre chose. On devait avoir des autorisations légales et un ami à moi qui avait un groupe de Jazz nous en procurait” explique Hamdi Ryder.

J’ai commencé comme danseur B-boy. Dj Yoostaz

La scène musicale tunisienne

En analysant l’état actuel de la scène musicale tunisienne, Lil Jack confie qu’il y a encore des problèmes d’organisation et de marketing.

“Même au niveau des festivals, on commence à régresser, les gens n’ont plus envie de participer sous prétexte que la qualité du public s’est détériorée. Seul point positif, le public a quand même bien évolué. On sent beaucoup d’échanges entre le Dj et le public et ça nous fait plaisir. Beaucoup de Tunisiens commencent à apprécier la House, ce qui engendre une petite communauté de connaisseurs qui s’est formée de bouche à oreille”, affirme Hamdi.

Les membres du collectif restent toujours optimistes, insistants que la scène électronique tunisienne vit un chaos nécessaire qui va engendrer un ordre extraordinaire et que, tout comme à Berlin ou à Barcelone avant, les gens, et même la société, ont besoin de temps et de travail afin de pouvoir apprendre et s’adapter à cette culture universelle.

En ce qui concerne leurs inspirations musicales, Moodymann, Gil Scott-Heron, Jazzy Jeff, Mark Farina, Mr G et Tony Humphrey sont parmi leurs artistes préférés.

Nadia Ettreki