MAROC
30/06/2019 09h:24 CET

Donald Trump et Kim Jong Un improvisent une troisième rencontre après une invitation sur Twitter

Le président américain a proposé cette rencontre à Kim Jong Un dans un tweet publié samedi.

Le HuffPost

INTERNATIONAL - La rencontre a été organisée au dernier moment. Le numéro un nord-coréen Kim Jong Un a accepté de rencontrer le président américain Donald Trump ce dimanche 30 juin à la frontière intercoréenne, a annoncé le président sud-coréen, Moon Jae-in, qui participe également à l’événement.

“Les dirigeants des États-Unis et de la Corée du Nord vont se serrer la main pour la paix à Panmunjom, le lieu symbole de la division”, a déclaré devant la presse le président Moon, lors d’une conférence de presse conjointe avec Donald Trump.

“Nous allons dans la Zone démilitarisée (DMZ) et je vais rencontrer le président Kim. Je m’en réjouis beaucoup”, a déclaré ensuite Donald Trump, qui avait lancé samedi une invitation de dernière minute au dirigeant nord-coréen à venir lui serrer la main et lui dire “bonjour”.

“Après beaucoup de rendez-vous importants, notamment avec le président chinois, je quitte le Japon pour la Corée du Sud (avec le président Moon). Pendant que je serai là-bas, et si le président Kim voit ce message, je pourrais le rencontrer à la frontière/DMZ juste pour lui serrer la main et dire bonjour (?)!”

 

 Une rencontre historique

La rencontre a eu lieu peu avant 9 heures ce dimanche. Trump a serré la main de Kim Jong Un en zone démilitarisée entre les deux Corées, espace aussi appelé DMZ. 

Jusqu’à maintenant, aucun président américain n’avait rencontré le plus haut dirigeant du Nord à la frontière héritée de la guerre froide. D’ailleurs, Donald Trump est allé plus loin puisqu’il a franchi la frontière pour se rendre du côté de Pyonyang à pied, devenant de fait le premier président américain à fouler le sol de Corée du Nord. “C’est l’expression de sa volonté d’éliminer l’agression du passé et d’ouvrir un nouveau futur”, s’est félicité Kim Jong Un.

Le rapprochement entre les deux pays semblait ces derniers mois dans l’ornière depuis l’échec du deuxième sommet Trump-Kim, au Vietnam, en février dernier.

À l’exception de George Bush père, tous les présidents américains ont effectué une visite chargée de symboles sur la DMZ. Donald Trump aurait dû sacrifier à la tradition lors d’une première visite en Corée du Sud en 2017, mais le brouillard avait empêché son hélicoptère d’atterrir. 

Cet article a été initialement publié par le HuffPost France.