MAROC
13/04/2019 16h:20 CET | Actualisé 13/04/2019 16h:22 CET

Donald Trump accusé d'inciter à la violence contre une élue musulmane avec cette vidéo

Ilhan Omar est accusée par l'extrême droite américaine de minimiser les attentats du 11-Septembre, une accusation récupérée ce vendredi par Donald Trump.

DR

ÉTATS-UNIS - “NOUS N’OUBLIERONS JAMAIS!” Le président américain Donald Trump a publié un montage vidéo, ce vendredi 12 avril, rappelant des commentaires -sortis de leur contexte- d’une élue musulmane du Congrès américain sur le 11-Septembre, et laissant croire qu’elle minimisait les attentats. Elle a immédiatement reçu le soutien de collègues et associations.

La vidéo en question montre un court extrait de propos tenus par Ilhan Omar, élue démocrate du Minnesota, s’exprimant sur le 11-Septembre le mois dernier. Ses propos sont entrecoupés d’images (particulièrement anxiogènes) des tours du World Trade Center en train de s’effondrer. 

Comme le soulignent nos confrères du HuffPost américain, difficile de savoir si le montage a été fait par la Maison Blanche ou si Donald Trump l’a récupéré d’un autre compte Twitter -ce qu’il a déjà fait par le passé.

Une phrase tronquée

Sur la vidéo, extraite d’un discours tenu par l’élue devant le CAIR, une ONG américaine dont le nom pourrait être traduit par “Conseil des relations entre les États-Unis et l’islam”, on entend Ilhan Omar dire: “Le CAIR a été créé après le 11-Septembre parce qu’ils ont reconnu que certaines personnes avaient fait quelque chose”. La vidéo insiste sur ces derniers mots, comme pour accuser l’élue, l’une des premières femmes musulmanes élues au Congrès lors des mid-terms fin 2018, de considérer cette tragédie avec légèreté, voire avec mépris. 

Cette accusation est véhiculée depuis plusieurs semaines par l’extrême droite américaine et certains médias conservateurs. Jeudi, le New York Post a même publié en Une une image des tours jumelles s’effondrant sur New York, en titrant: “voilà votre ‘quelque chose’”.

En réalité, la phrase d’Ilhan Omar a été tronquée. Dans son discours, cette mère de famille de 37 ans souligne que le CAIR a été créé pour lutter contre l’islamophobie après les attentats, et dit: “Le CAIR a été créé après le 11-Septembre parce qu’ils ont reconnu que certaines personnes avaient fait quelque chose, et que nous étions tous en train de perdre accès à nos libertés civiles”.

Ilhan Omar s’est défendu sur Twitter, avant même l’attaque du président américain, en citant des propos tenus par George W. Bush après le 11-Septembre: “Les personnes qui ont fait tomber ces immeubles vont entendre parler de nous!”. “Bush minimisait-il les attaques terroristes (en disant cela)? Et s’il avait été musulman?” a-t-elle interrogé sur Twitter.

Ilhan Omar menacée de mort

La semaine dernière, un New-Yorkais a été interpellé pour avoir menacé de mort Ilhan Omar en téléphonant à son bureau. Lors de son arrestation, il a dit aux agents fédéraux “adorer Donald Trump” et “détester les musulmans radicaux au gouvernement”. 

Dans ce contexte, la diffusion de la vidéo vendredi par le président américain a suscité de nombreuses réactions outrées, notamment du côté des démocrates.

“Les membres du Congrès ont le devoir de répondre à l’attaque explicite du président aujourd’hui. La vie d’Ilhan Omar est en danger. Les collègues qui resteront silencieux seront complices d’un ciblage dangereux d’une membre du Congrès. Nous devons parler”

 “Ilhan Omar est un leader plein de force et de courage. Elle ne cèdera pas au racisme et à la haine de Trump, et nous non plus. Les attaques dégoûtantes et dangereuses contre elle doivent cesser.”

“Trop c’est trop. Plus de silence, avec le New York Post et maintenant Trump qui sort les propos d’Ilhan de leur contexte pour inciter à la violence contre elle, il est temps que les démocrates prennent la parole. Les républicains sont clairement à l’aise avec ce coup de pub honteux, mais nous ne pouvons pas regarder cela sans rien faire.”

“Le président incite à la violence contre une élue en poste au Congrès -et tout une partie du peuple américain, basé sur leur religion. C’est dégoûtant. C’est honteux. Et n’importe quel leader élu refusant de condamner cela en partagera la responsabilité.” 

“Nous sommes aux côtés d’Ilhan Omar” 

Ce n’est pas la première fois que Donald Trump s’en prend à Ilhan Omar, tout comme l’extrême droite américaine, en lui prêtant des sympathies avec l’extrémisme islamiste.

Cet article a initialement été publié sur le HuffPost France.