TUNISIE
02/01/2019 14h:56 CET

Dissonances sur les prix des voitures populaires entre le ministère du Commerce et la Chambre des concessionnaires automobiles relevant de l'UTICA

Il n'y aura aucune baisse des prix des voitures populaires selon la Chambre des concessionnaires automobiles relevant de l'UTICA, le ministère du Commerce réagit.

Grafissimo via Getty Images

La baisse des droits et des taxes sur l’importation des voitures populaires décidée par le gouvernement dans la loi de Finances 2019, ne va en aucun cas permettre une baisse des prix de vente de ces dernières, selon Monêm Boussarsar, vice-président de la Chambre des concessionnaires automobiles relevant de l’UTICA

“Une baisse des prix de vente est impossible” a-t-il déclaré au micro de Mosaique FM.

Boussarsar explique que bien que la taxe sur l’importation ait baissé, le dinar lui continue sa dégringolade, rendant impossible une quelconque baisse des prix.

Selon lui, le taux de glissement du dinar a dépassé le taux de la baisse des taxes d’importation. “Ce que nous avons gagné dans cette baisse des taxes, nous l’avons perdu avec la chute de la valeur du dinar” explique-t-il.

“Dans le meilleur des cas, nous maintiendrons les prix actuels, et la baisse de prix de 5000 dinars est impossible” a-t-il ajouté, faisant référence aux nouveaux prix annoncés des voitures populaires.

En réponse à la déclaration de Boussarsar, le directeur du commerce extérieur au ministère du Commerce, Fethi Boudour, a affirmé qu’une notable baisse des prix de vente des voitures populaires sera observée.

“Quel que soit le taux de glissement du dinar, les prix des voitures populaires diminueront. En tout cas, c’est son avis et nous le respectons, mais on verra si oui ou non les prix baisseront dans les prochains jours” a déclaré Boudour à Mosaique FM.

Selon lui, les prix des voitures qui coûtent actuellement entre 22 et 23 mille dinars, se situeront en dessous des 20 mille dinars après cette baisse des taxes.

“La marge de bénéfice sur les voitures populaires est fixée par l’État. Elle est de 1000 dinars. La baisse des taxes aura un impact automatique sur la baisse des prix de vente” a ajouté Boudour.

En septembre 2018, l’ancien secrétaire d’État auprès du ministre du Commerce chargé du commerce extérieur Hichem Ben Ahmed avait confirmé la baisse du prix de la voiture populaire à partir du 1er janvier prochain, et ce conformément aux dispositions de la loi de Finances 2019.

“Aujourd’hui, une voiture populaire coûte entre 21.500 dinars et 31.000 dinars. En baissant son prix de 15% ou 16%, elle sera entre 18.800 dinars et un peu moins de 30.000 dinars”, avait-il déclaré, confirmant l’annonce effectuée par le chef du gouvernement Youssef Chahed le 14 septembre 2018.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.