LES BLOGS
18/05/2015 14h:23 CET | Actualisé 18/05/2016 06h:12 CET

Diaspora tunisienne en France, l'autre jeunesse oubliée

SOCIÉTÉ - Ils sont environ 700.000 Tunisiens vivants en France, une population majoritairement jeune et dynamique qui pourrait être un atout de taille pour la Tunisie. Seulement voilà, les jeunes tunisiens de France sont oubliés par leur pays d'origine, notamment à cause du manque d'intérêt et de moyens qui leur sont accordés.

Ils sont environ 700.000 Tunisiens vivants en France, une population majoritairement jeune et dynamique qui pourrait être un atout de taille pour la Tunisie. Seulement voilà, les jeunes tunisiens de France sont oubliés par leur pays d'origine, notamment à cause du manque d'intérêt et de moyens qui leur sont accordés.

Une stratégie très défavorable pour la Tunisie sur le long terme car sans attache, ces jeunes oublient peu à peu leurs racines et se désintéressent de la vie sociale, économique et politique du pays. Le faible taux de participation aux élections tunisiennes de la part de cette partie de la population en est le meilleur reflet.

Aujourd'hui, être jeune tunisien vivant à l'étranger c'est être obligé de rompre partiellement avec le pays de ses parents, car livrés à eux-mêmes ces jeunes n'ont qu'un très faible soutien de la part des instances censées les représenter. Par exemple, les services mis à disposition par l'ambassade tunisienne se font rares et sont très méconnus par la majorité des Tunisiens (sur les 15.000 étudiants tunisiens en France, seuls 1.000 bénéficient d'une bourse).

Dans un contexte social parfois compliqué, ces jeunes perdent leurs repères et ne tentent même plus de chercher la force dont ils ont besoin pour livrer leurs batailles quotidiennes, du côté de leur patrie.

La Tunisie ne disposant pas de centre culturel à Paris, les jeunes de la deuxième et de la troisième générations n'ont donc quasiment plus aucune attache avec leur pays si ce n'est ce beau pays ensoleillé qui les accueille de juillet à août avec des jasmins et une tasse de thé. Si notre culture est réduite à cela dans la tête de nos jeunes, comment espérer la promouvoir et la diffuser dans le monde?

D'autres pensent garder un lien avec leur pays d'origine grâce à la religion qu'ils apprennent majoritairement sur internet ou de par leur entourage, alors qu'en réalité la vision tunisienne de l'Islam est dans certains cas abandonnée au profit d'un Islam plus rigoriste qui n'est donc pas en adéquation avec le but recherché et qui peut conduire aux dérives que l'on connait.

Il est donc dans l'intérêt de la Tunisie de protéger ses enfants, qu'ils vivent à l'intérieur ou à l'extérieur de ses frontières. Un site internet regroupant les différentes informations concernant les tunisiens résidents à l'étranger doit être créé et régulièrement mis à jour, des évènements regroupant l'ensemble des Tunisiens des grandes villes françaises sont primordiaux pour la mise en place d'une réelle cohésion et entraide, la création d'un centre culturel tunisien semble aussi déterminante dans la nature de la relation que ces jeunes auront avec leur pays d'origine.

Nous en avons assez de la politique de l'autruche pratiquée par les différents anciens gouvernements successifs tunisiens, il est temps de prendre en compte tous les Tunisiens et de leur donner les moyens pour réussir et pour entretenir leur relation passionnelle avec la Tunisie.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.
Galerie photo Tunisie: L'année 2014 en photos Voyez les images