ALGÉRIE
26/03/2015 15h:23 CET | Actualisé 27/03/2015 05h:40 CET

Développement durable: "Il est temps de passer de l'égo-citoyenneté à l'éco-citoyenneté" (SIDRA)

Ahmed Sahara pour le HuffPost Algérie

La transition énergétique urge! Il est temps de sortir de cette "égo-citoyenneté" et passer à l'éco-citoyenneté", cette attitude responsable et mature à l'égard de notre environnement.

C'est un message fort que l'association citoyenne et culturelle Sidra a lancé ce jeudi 26 mars lors d'une conférence à Alger autour du développement durable en Algérie organisée à l'occasion de la manifestation annuelle Earth Hour qui se déroulera samedi 28 mars et à laquelle l'Algérie participe officiellement pour la première fois.

Le Dr. Khellaf Abdellah, Directeur de recherche et responsable de division au CDER (Centre de Recherche des Énergies Renouvelables) a inauguré la parole, abordant le développement durable en Algérie et le rôle des énergies renouvelables. Khellaf Abdellah a tâché de mettre en exergue le potentiel du pays en termes de ressources renouvelables. Il a par la même occasion expliqué la stratégie de l'État pour leur promotion, citant notamment la formation et le renforcement des capacités, la recherche et développement ainsi que la consolidation des infrastructures.

Au sujet de l'exploitation du gaz de schiste, Mr. Khellaf a déclaré "oui, nous devrions exploiter cette ressource". Le "réel débat est quand exploiter le gaz de schiste (...) il faut une bonne gouvernance" dans cette problématique, a-t-il précisé.

Le Dr. Djebbar Réda, docteur d'état en Biologie et Directeur de recherche à l'USTHB, s'est quant à lui penché sur la "bonne" gestion des déchets, qui constituent une "réelle énergie", mais ne bénéficient pas de l'intérêt des Algériens.

Citant des statistiques avancées par des organismes et des offices étatiques, le Dr. Djebbar a souligné que 13.5 millions de tonnes de déchets sont annuellement générées en Algérie dont 6.1 millions seraient recyclables et pourtant 6% seulement sont récupérés.

Une négligence que le directeur de recherche à l'Université des Sciences Techniques Houari Boumediene a déploré. Djebbar Réda a ainsi affirmé que le recyclage et la "bonne" gestion des déchets permettrait de générer 30.5 milliards de dinars annuellement. "Ce qui n'est pas négligeable", a-t-il indiqué.

"De simples gestes"

Après l'intervention de Kadik Leila, directeur de recherche en biologie végétale à l'USTHB, qui a détaillé les menaces qui guettent la biodiversité, notamment le réchauffement climatique et la pollution, Zennoune Amira, ingénieur en génie chimique, a pris la parole.

La jeune conférencière a prôné l'éco-citoyenneté, soulignant la nécessité de se dégager de "l'égo-citoyenneté", qui n'impliquerait que "le gaspillage des ressources, dans une attitude "irresponsable et immature".

Dans son intervention, Zennoune Amira a promu des "gestes simples", dont l'impact est très lourd dans la protection des énergies renouvelables et la promotion de l'éco-citoyenneté. Selon elle, il suffirait tout simplement de "trier ses déchets, utiliser des piles rechargeables ou économiser de l'eau".

Les intervenants ont été honorés à la fin de la conférence, recevant des mains des membres de l'association SIDRA une attestation de reconnaissance.

Maqam E'chahid s'éteindra lors du Earth Hour

La manifestation Earth Hour, initée en 2007 en Australie, est organisée chaque année le dernier samedi du mois de mars, à l'initiative du World Wide Fund for Nature (WWF).

Earth Hour consiste à couper les lumières et débrancher les appareils électriques non essentiels pour une durée de 60 minutes, dans le but de sensibiliser à l'économie de l'électricité, à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et à la lutte contre le réchauffement climatique.

Alger participera pour la première fois "de manière officielle" à cette manifestation ce samedi 28 mars de 20H30 à 21H30, à l'initiative de Sidra, qui s'est rapproché du WWF, a indiqué Lamine Zellag, chargé de presse de l'association.

Le Mémorial des Martyrs sera ainsi éteint. Le monument a été choisi parce qu'il est le "symbole de la capitale et de tout le pays, surplombant une grande partie de la ville", a de son côté expliqué Hanane Kouane, chargé du projet chez la même organisation.

L'association Sidra, qui s'est approché de l'Office Riad El-Feth, a rapidement reçu l'aval de cette direction, et se mobilisera ce samedi pour assister à la première manifestation Earth Hour en Algérie.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.