MAROC
13/06/2019 12h:20 CET

Deux pétroliers auraient été pris pour cible par des torpilles en mer d'Oman

L'incident a entraîné une flambée de 4% des cours du pétrole.

Capture d'image de la télévision iranienne IRNN le 13 juin 2019 montrant deux pétroliers, cible d'une attaque dans le Golfe d'Oman|-

INTERNATIONAL - Deux pétroliers ont été touchés lors d’attaques présumées au large du golfe d’Oman, annoncent ce 13 juin l’agence de presse Reuters, de sources maritimes et industrielles, soulignant que les équipages des deux pétroliers ont été évacués. 

Les cours du pétrole ont brusquement grimpé après l’annonce des “attaques” par un service d’information sur la navigation commerciale géré par la Royal Navy britannique. Selon l’AFP, les prix du pétrole ont gagné 3%, ce jeudi au début des échanges européens, face à l’inquiétude des opérateurs devant de la situation dans le Golfe après ce nouvel incident, tandis que Reuters évoque “une flambée de 4% des cours du pétrole”.

L’événement survient dans un climat de tension dans la région, un mois après un incident similaire au cours duquel quatre pétroliers de la région avaient été touchés. L’Iran avait alors été accusé par l’Arabie saoudite et les Etats-Unis d’être à l’origine de ces “actes de sabotage”.

Tôt dans la matinée, ce jeudi 13 juin, la Ve Flotte américaine, basée à Bahreïn, a indiqué avoir reçu des “S.O.S”, l’un à 06h12 (heure locale) et l’autre à 7h. Des appels de détresse, émanant de pétroliers en mer d’Oman où deux navires auraient été pris pour cible, dont l’un touché par une torpille au large de Fujaïrah, aux Emirats arabes unis. Selon le journal Tradewinds, il s’agirait d’un pétrolier de la compagnie norvégienne Frontline, citant des sources industrielles.

La compagnie BSM Ship Management (Singapour), l’autre cargo, le Kokuka Courageous, avait à son bord, 21 membres d’équipage, a indiqué qu’un de ses navires, avait été la cible d’un “incident de sécurité” et que la totalité des membres de l’équipage avaient abandonné le bateau et qu’ils avaient été secourus.

La réponse de l’Iran

De son coté, l’Iran a réagit en parlant d’“accident” et indiqué avoir porté secours à “deux tankers étrangers” en mer d’Oman, via l’agence officielle Irna citant “une source informée”.

“Quarante-quatre marins ont été sauvés des eaux par une unité de secours de la Marine de la province d’Hormozgan et transférés au port de Bandar-é Jask”, l’Agence officielle iranienne Irna .

Selon la même source officielle, le premier “accident” a eu lieu à 8h50 (heure locale) à 25 mille nautiques de Bandar-é Jask à bord d’un navire battant pavillon des île Marshall et transportant une cargaison d’éthanol chargée au Qatar et à destination de Taïwan, ajoutant qu’une heure plus tard, à 9h50, le deuxième navire a pris feu à 28 milles nautiques de Bandar-é Jask”.  Irna souligne enfin que ce deuxième navire transportait du méthanol chargé dans un port saoudien et à destination de Singapour.

“Un cinquième de la demande mondiale de pétrole transite par le détroit d’Ormuz, où quatre navires de commerce avaient déjà été les cibles ‘d’actes de sabotage’, le 13 mai”, rappelle Reuters. “John Bolton, conseiller à la sécurité de la Maison blanche, a jugé le 29 mai que ces incidents étaient ‘très certainement dus’ à des mines iraniennes”, poursuit l’agence de presse.