MAROC
07/11/2018 18h:51 CET | Actualisé 07/11/2018 18h:51 CET

Deux cimetières juifs restaurés au Cap Vert avec l’aide du roi Mohammed VI

La dernière contribution du roi pour ce projet s'est élevée à 100.000 dollars.

Cape Verde Jewish Heritage Project
Un cimetière juif restauré en 2013 à Praia par le Projet de l’héritage juif au Cap-Vert.

INTERNATIONAL - Après des années de restauration, deux cimetières où reposent des Marocains juifs ont été inaugurés mardi au Cap Vert. La cérémonie d’installation de plaques de bronze sur les tombes a eu lieu en présence de plusieurs diplomates et personnalités juives à l’île Santo Antão où se trouvent sept des douzaines de tombes juives de l’île, rapporte l’agence Associated Press (AP).

Plusieurs donateurs privés ont contribué à la restauration, portée par le Projet de l’héritage juif au Cap-Vert, de ce cimetière où reposent de nombreuses familles juives séfarades qui ont immigré au Cap-Vert du Maroc et de Gibraltar au milieu du 19e siècle. Cette restauration a également été en partie financée par le roi Mohammed VI dans le cadre de la préservation du patrimoine culturel juif qu’il a initié dans plusieurs villes du Maroc.

Si l’on ignore le montant exact de la dernière contribution du roi, la présidente du projet, Carol Castiel, a précisé que son don s’était élevé, en 2013 à Praia, à 100.000 dollars pour la restauration de deux autres cimetières au Cap-Vert. Cette dernière s’était rendue plusieurs fois au Maroc pour présenter son projet au conseiller du roi, André Azoulay, ainsi qu’à la communauté juive de Casablanca.

La restauration, qui a démarré en 2007, a visé quatre cimetières pour lesquels les tombes juives marocaines on été utilisées comme modèles. Des gravures en hébreu et en portugais ornent les pierres blanches horizontales de chaque lieu de sépulture, précise Moment Mag.

“Il s’agit d’un projet initié par une organisation juive, soutenue par un pays musulman, le Maroc, dans un pays chrétien, le Cap-Vert”, a déclaré à AP Carlos Wahnon Veiga, ancien Premier ministre du Cap-Vert et ambassadeur actuel aux États-Unis en ajoutant que ce projet était “un très bon exemple de tolérance dans le monde”.