MAROC
10/01/2019 13h:18 CET | Actualisé 10/01/2019 14h:46 CET

Deux chercheuses marocaines parmi les lauréates du programme Maghreb "For Women In Science" de L'Oréal-UNESCO

Houda Taimourya et Hasnaa Chaabi ont remporté chacune une bourse de 10.000 euros pour poursuivre leurs projets scientifiques.

L'Oréal Maroc FWIS

SCIENCES - Mercredi 9 janvier, le travail de cinq femmes scientifiques maghrébines émérites a été célébré à l’hôtel The View à Rabat. Chacune d’entre elle a reçu, lors de la cérémonie annuelle du programme “For Women in Science” (Pour les femmes dans la science, ndlr) de la Fondation L’Oréal en partenariat avec l’UNESCO, une bourse pour mener à bien son projet et récompenser la qualité de ses recherches.

“Nous n’avons pas de candidates libyennes en raison notamment de la situation actuelle du pays”, indiquait lors de la précédente édition Abdelaziz Benjouad, président du jury. Cette année, elles sont toujours aux abonnés absents. Toutefois, trois pays du Maghreb étaient à nouveau représentés cette édition chez les lauréates, avec deux Marocaines, deux Tunisiennes et une Algérienne.

Le programme, qui fêtera ses 20 ans en 2019, octroie (depuis douze éditions au Maroc et cinq au Maghreb), des bourses d’une valeur de 10.000 euros à de talentueuses chercheuses dans les domaines de la biologie, de la biochimie, de la génétique, de la physiologie, de la biotechnologie, de l’écologie et de la chimie appliquée à la vie et science de la matière. 

L'Oréal Maroc
Golda El Khoury, Directrice du Bureau de l’UNESCO à Rabat et Représentante de l’UNESCO Maghreb et Houda Taimourya.

La Marocaine Houda Taimourya, première lauréate récompensée par le jury, a développé un projet de recherche biologique qui entre dans le cadre de la vision du plan Maroc Vert et contribuera à l’élaboration de techniques et de bases de données importantes pour la phytoremédiation des rejets miniers et industriels à l’échelle nationale et internationale. Sensible aux problématiques environnementales, cette chercheuse spécialisée en agronomie et agro-alimentaire ambitionne de réhabiliter les sites pollués nationaux et lutter contre la contamination des sols et des eaux.

“Je suis très émue et honorée d’être parmi les cinq lauréates maghrébines de la bourse L’Oreal-UNESCO 2018. Cette bourse représente pour moi une récompense vis-à-vis de mon parcours universitaire et mes travaux de recherche. Elle représente également une aide financière pour pousser plus loin mes travaux de recherche et travailler dans de meilleurs conditions” déclare-t-elle au HuffPost Maroc. 

L'Oreal Maroc

L’autre Marocaine qui a fait sensation auprès du jury est Hasnaa Chaabi, jeune doctorante en ingénierie informatique décisionnelle. Spécialisée dans la pédagogie innovante et TICE (Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement), elle a pour but ultime d’améliorer le système éducatif marocain par une approche innovante, soit la conception d’une plateforme numérique pour l’enseignement élémentaire et primaire, qui proposerait divers modules et unités d’enseignements en s’appuyant sur les TICE. Le tout, en développant et promouvant une culture numérique positive et l’apprentissage des langues étrangères. Son rêve? “Que la science conduise à réduire l’ignorance dans toutes ses formes et bannir la médiocratie dans nos systèmes décisionnaires et le choix de nos leaders et nos Top managers, permettant ainsi une meilleure éducation”.

Les sujets post-doctoraux des Tunisiennes Olfa Ben Braiek et Zohra Dhouafli, chercheuses en microbiologie et neurosciences, portaient respectivement sur la valorisation des huiles essentielles endémiques et l’extraction/purification à grande échelle d’une molécule naturelle présentant des effets anti-Alzheimer très puissants. L’Algérienne Lilia Zaidi, chercheuse en sciences nucléaires, s’est intéressée à l’optimisation d’un dispositif de radiothérapie pour la Boro neutron thérapie et délivrer un faisceau thérapeutique pour le traitement des tumeurs profondes.

L'Oréal Maroc FWIS

L’initiative “Men for Women in Science” lancée au Maroc

En mars 2018, la fondation L’Oréal lançait à Paris une nouvelle initiative sous le nom de “Men for Women in Science” (“Les hommes pour des femmes dans la science”, ndlr). Une charte qui a pour vocation d’encourager l’engagement des hommes à une science mieux équilibrée en termes de représentation des genres. Lancée hier soir à Rabat, cette initiative engage les scientifiques masculins associés au projet à promouvoir, main dans la main avec les femmes, l’accès aux financements de recherches, et à agir pour l’égalité des chances en matière de recrutement, entre autres. 

Dans une déclaration à l’assistance, le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Saïd Amzazi, a indiqué que le programme de la fondation L’Oréal-Unesco est un soutien non-négligeable à la femme chercheuse afin qu’elle puisse progresser dans ses recherches et avoir des postes de responsabilité. Il a par la suite présidé la signature de la charte “Men for women in science”, signée dans la foulée par le secrétaire général du gouvernement, Mohamed Hajoui, le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’Etranger et des Affaires de la Migration, Abdelkrim Benatiq et le secrétaire perpétuel de l’Académie Hassan II des sciences et techniques, Omar Fassi Fehri. 

Parmi les moments forts de cette soirée, l’annonce du changement de direction à la tête du bureau marocain de L’Oréal. Et encore une fois, la femme marocaine est à l’honneur: c’est Laila Benjelloun, directrice générale de la division des produits grands publics, qui succèdera le 1er février prochain au français Philippe Raffray. Une grande première puisque à ce jour, la filiale marocaine du numéro un mondial des cosmétiques a toujours été dirigée par des patrons non-marocains.