MAROC
08/04/2019 18h:34 CET

Détenus du Hirak: Nasser Zefzafi et Mohamed Haki auraient "cousu leurs lèvres"

Au lendemain du verdict en appel rendu vendredi dernier.

Getty Editorial

HIRAK - “Nous avons été choqués d’apprendre par les détenus que nous avons pu rencontrer, ce lundi, que Nasser Zefzafi et Mohamed Haki ont littéralement cousu leurs lèvres”, déclare au HuffPost Maroc le coordinateur de la défense de ces détenus, l’avocat Mohamed Aghnaj. Rapportant les témoignages des détenus, ce dernier décrit un climat d’agitation mais aussi de tristesse au lendemain du verdict en appel rendu vendredi dernier, qui “resserre leur lien de solidarité”. “Certains se disent prêts à en faire de même”, ajoute-t-il.

Sur sa page Facebook, le père de Nasser Zefzafi le confirme, de son côté, indiquant avoir “reçu un message” de son fils “par la voix d’un des détenus à Oukacha” dans lequel il lui explique les raisons de son geste. Il l’assimile à une nouvelle manche de son “combat” pour sa liberté mais aussi comme un signe de contestation du “refus de l’administration pénitentiaire de lui donner son dossier médical”.   

Dans ce climat de tension, que décrit Me Aghnaj, l’avocat nous précise aussi que certains détenus comptent déposer un avis de grève de la faim auprès de la direction de la prison. “Pour le moment, c’est Karim Amghar qui en a déposé un, ce matin, et  Rabie Al Ablak a repris la grève de la faim”, assure l’avocat. 

Quant au pourvoi en cassation, les détenus du Hirak s’y refusent toujours, d’après le même avocat qui se dit prêt à poursuivre ses tentatives pour convaincre les détenus. “On cherche encore les arguments légitimant la confirmation du verdict”, confie-t-il. 

Vendredi dernier, la Chambre criminelle près la cour d’appel de Casablanca a confirmé les jugements prononcés en juin dernier à l’encontre des détenus du Hirak et du journaliste Hamid El Mahdaoui. Des peines allant de 20 ans de prison ferme à un an de prison avec sursis avaient été prononcées, le 26 juin 2018. Sur le pourvoi en cassation, El Mahdaoui n’a pas encore pris de décision non plus, d’après sa soeur Asmae El Mahdaoui.