TUNISIE
06/11/2019 11h:33 CET | Actualisé 06/11/2019 11h:34 CET

Descente policière au domicile de Sami Fehri et au siège d'El Hiwar Ettounsi

Son avocat déplore des procédures illégales tant dans la mise en détention que dans les descentes au domicile de Sami Fehri et de ses proches.

Anis Mili / Reuters

L’avocat de l’animateur télé et homme d’affaires Sami Fehri, Abdelaziz Essid, a affirmé, mercredi, qu’une descente policière au domicile de son client ainsi que dans les locaux de la chaine, a eu lieu dans la soirée du mardi.

Dans un statut publié sur sa page Facebook, l’avocat a indiqué que des descentes similaires ont eu lieu aux domiciles de certains proches et certains amis de Sami Fehri: “Les recherches se sont poursuivies jusqu’à l’aube” a-t-il affirmé expliquant que selon lui les enquêteurs cherchaient des enregistrements du documentaire préparé par celui-ci sur les financements d’Ennahdha dont un extrait avait été diffusé par la chaine El Hiwar Ettounsi avant d’être retiré.

“Aujourd’hui, 06 novembre, les recherches et les auditions vont continuer sans qu’il n’y ait aucune affaire pendante officiellement devant la justice dans ce cadre, sans qu’il n’y ait de juge d’instruction saisi de l’affaire” assure Abdelaziz Essid ajoutant que le ministère public agit tout seul. “Nous n’avons pas vu cela même dans les plus grandes affaires de terrorisme” a-t-il conclu.

 

Une décision de mise en détention contre Sami Fehri, l’administrateur judiciaire de la société Cactus Prod. et du mandataire légal de la société a été prise mardi dans la soirée par le ministère public pour une durée de 5 jours.

Selon Abdelaziz Essid, son client a été auditionné pendant près de 13 heures et les questions ne tournaient pas autour de la situation de la société Cactus Prod. avant la révolution, dont Belhassen Trabelsi était actionnaire, mais sur les liens liant Sami Fehri à Slim Riahi.

Le 29 octobre dernier, le ministère public avait déjà décidé une interdiction de voyager contre Sami Fehri et son épouse ainsi que contre l’administrateur judiciaire de Cactus Prod. à la suite d’une plainte déposée par le chargé du contentieux de l’État pour le compte du ministère des Finances et plus précisément de la commission nationale de gestion des biens confisqués pour des soupçons d’irrégularités dans différents contrats.

Le 30 octobre, la chaine El Hiwar Ettounsi avait diffusé un teasing d’une série documentaire sur le financement d’Ennahdha et le rôle de la famille Ghannouchi au sein du parti et dont le premier épisode devait être consacré à l’affaire Rafik Bouchleka Abdesslam, avant finalement d’annuler la diffusion à la suite de pressions d’Ennahdha.

 

Samir Dilou a affirmé, le jour même, sur les ondes de Jawhara Fm que le journaliste et propriétaire de la chaine El Hiwar Ettounsi, Sami El Fehri a “déclaré la guerre à Ennahdha” à travers cette série documentaire.

Le lendemain, le parti avait envoyé à la chaine un courrier officiel lui demandant de retirer tout teasing de cette émission des réseaux sociaux sous peine de prendre des actions judiciaires contre celle-ci.

 

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.