TUNISIE
04/04/2019 12h:00 CET

Des prémices de relance de la production de pétrole en Tunisie

Les prévisions du ministère de l'Industrie tablent sur une hausse de la production de pétrole en 2019

AFP via Getty Images

En 2019, la production de pétrole devra atteindre près de 16, 2 millions de barils, contre 14 millions en 2018, selon les données publiées par le ministère de l’Industrie et des PME.

Les prévisions du ministère tablent sur une évolution de la production globale de gaz qui atteindra, au cours de cette année, 2100 millions de m3, contre 2000 millions de m3, réalisés en 2018.

Idem, la production globale du gaz liquéfié devra dépasser 400 mille m3 contre près de 230 mille m3 réalisés en 2018. Selon la même source, l’entrée en exploitation du projet Nawara, permettra d’augmenter la production des hydrocarbures au cours du 2ème semestre pour s’établir à près de 7000 barils par jour, ainsi que celle du gaz naturel, soit près de 2,7 millions m3 par jour.

Hausse du nombre de nouveaux permis de prospection et d’exploitation

Le nombre global de nouveaux permis de prospection et d’exploitation devra atteindre en 2019 près de 30, contre 21 permis en 2018.

Le ministère œuvre à reprendre l’activité de prospection à travers la régularisation de la situation de certains permis bloqués, notamment, les permis Borj El Khadra et Zarat.

A la fin du mois de mars 2019, la situation de 06 concessions d’Exploitation a été réglée sur un total de 18 concessions, dont la durée de validité se termine à la fin de 2023, dans l’objectif de poursuivre les activités d’exploitation.

Dans un communiqué publié, mercredi, le ministère de l’industrie et des PME précise, qu’au cours du premier trimestre 2019, des tentatives de production ont été menées dans des gisements de prospection, dont les résultats sont avérés positifs.

La moyenne de production quotidienne enregistrée, au 18 mars 2019, atteint environ 2734 barils de pétrole et près de 200 mille mètres cubes de gaz et les préparatifs vont bon train pour démarrer le forage d’un nouveau puits de prospection.

S’agissant des puits de développement, les prévisions tablent sur le forage de 7, d’ici la fin de l’année 2019, contre le forage de 4 puits en 2018.

Les travaux de forage d’un puits de développement ont été achevés au cours du premier trimestre 2019 et les préparatifs sont engagés, actuellement, pour démarrer le forage d’un 2ème puits.

Le nombre de puits de développement et de prospection dont les ressources sont confirmées a atteint 13, outre 4 puits dont les ressources sont non confirmées.

“Un programme de forage de 20 puits de prospection de pétrole est prévu d’ici 2020 en Tunisie” a annoncé le directeur général adjoint de l’Entreprise tunisienne d’activités pétrolières (Etap), Abdelwaheb Khamassi, en marge d’une conférence sur l’exploration et la production d’hydrocarbures en Tunisie, tenue en octobre 2018. Un autre programme visant à développer entre 30 et 35 puits pétroliers est également en vue, a-t-il fait savoir. 

La Tunisie, une aubaine pour les compagnies pétrolières internationales?

Selon le ministre de l’Industrie, de l’énergie et des petites et moyennes entreprises, Slim Feriani, de nombreuses compagnies pétrolières et groupes internationaux opérant dans les énergies renouvelables lorgnent sur la Tunisie pour développer leurs activités. Il a affirmé qu’un grand groupe pétrolier britannique a manifesté son intérêt à investir en Tunisie.

Un sondage réalisé en 2011 par “The U.S. Geological Survey (USGS)” a estimé l’existence de ressources pétrolières et de gaz non découverts en Tunsie et en Libye, soit 3,97 milliards de barils de pétrole non découverts, 38,5 trillions de pieds cubes de Gaz naturel et 1,47 milliard de barils de liquides de gaz naturel non découverts dans deux provinces de l’Afrique du Nord à Syrte et le Bassin pélagien dans le Nord Ouest de la Tunisie”.

Or, en mai 2017, l’ancienne ministre de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables, Héla Cheikhrouhou, a coupé court à la doctrine qui dit que la Tunisie flotte sur le pétrole et a mis à nu la réalité amère du secteur pétrolier.

Elle a révélé que la moyenne de production du pétrole est passée de 81,4 mille barils en 2009 à 45,7 mille barils par jour en 2016 et à 44,3 mille barils par jour au terme du mois d’avril 2017.

Toujours selon les indicateurs présentés par l’ancienne ministre, la région de Tataouine s’accapare la part du lion des primes d’exploitation octroyées avec un total de 16 primes suivie de la région du Golfe de Gabès, Sfax et Médenine.

38 sociétés pétrolières (hors ETAP) bénéficient de ces primes dont 11 sociétés opérant dans le Golfe de Gabès, Sfax et Médenine et 10 sociétés opérant dans le gouvernorat de Nabeul et le Golfe du Hammamet.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.