MAROC
13/06/2018 17h:54 CET | Actualisé 13/06/2018 17h:54 CET

Des permis délivrés pour organiser l'exploitation minière à Jerada

Après des mois de drames et de manifestations.

FADEL SENNA via Getty Images

MINE - C’est l’une des revendications que scandaient les protestataires de Jerada. Le gouvernement vient de s’attaquer à l’exploitation anarchique minière par la régularisation. Des licences d’exploitation de charbon ont été délivrées, hier, par le ministère de l’Energie, des Mines et du Développement durable (MEMDD) au profit de cinq sociétés et d’une coopérative.

Selon un communiqué de la province de Jerada, relayé par la MAP, cette opération a été supervisée par le gouverneur de la province de Jerada, Mabrouk Tabet et le directeur des mines au MEMDD, Ali Mellouki. 

Répondre aux revendications des habitants

Son entrée en vigueur s’inscrit, ajoute la même source, dans le cadre des mesures de concrétisation des engagements pris par les autorités publiques envers le dossier revendicatif des habitants de la province. Ce dernier porte sur la promotion de la situation socio-économique des ouvriers qui exploitaient les puits de charbon (cendriers) de manière anarchique, précise la même source.

Ces licences permettront aux six bénéficiaires d’être producteurs et vendeurs. Les sociétés et la coopérative auront ainsi droit de commercialiser leur production auprès de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), branche électricité. Pour cela, chaque bénéficiaire devra signer une convention garantissant aux ouvriers une couverture médicale et sociale ainsi qu’une assurance travail.

Les conditions de travail, dont le respect des règles de sécurité, sont également précisées dans cette convention, ajoute le communiqué. Et de rappeler que quatre coopératives avaient d’ores et déjà profité de cette licence d’exploitation du charbon à Jerada octroyée par le même département.

Après plusieurs drames et manifestations

Annonçant une série de mesures, au mois de février dernier, pour calmer la tension qui s’était emparée de la ville, le chef du gouvernement Saad-Eddine El Othmani a fait savoir qu’une étude relative au secteur minier a révélé l’existence d’autres minerais inexploités dans la province, comme le zinc, le plomb et le cuivre. Ces minerais seront assujettis à une exploitation “rationnelle et réglementaire” par la voie d’une autorisation. Une mesure qui “sera bénéfique pour les habitants en termes d’emploi et de développement”, avait-il promis.

Dimanche 3 juin, l’effondrement partiel d’une galerie de mine de plomb clandestine a provoqué la mort de deux personnes à Jerada. Un drame qui survient quelques mois après la mort, en décembre dernier, de deux jeunes frères dans un puits clandestin d’extraction de charbon et qui avait réveillé la colère des habitants de la région.

À travers des manifestations qui ont duré plusieurs jours, 20.000 hommes et femmes espéraient faire entendre leurs revendications qui concernent principalement la création d’emploi dans la région et d’alternatives à l’activité d’extraction du charbon de ses anciennes mines, ainsi que la baisse du coût de l’électricité et de l’eau.