TUNISIE
22/02/2019 20h:43 CET

Des partis politiques expriment leur refus à la décision de la BCT d'augmenter le taux d'intérêt directeur

Le conseil d’administration de la BCT a décidé mardi dernier l’augmentation du taux d’intérêt directeur de 100 points, passant de 6.75 à 7.75%.

Anadolu Agency via Getty Images

Des partis politiques ont exprimé vendredi leur refus à la décision de la Banque centrale de Tunisie (BCT) d’augmenter le taux d’intérêt directeur pour la troisième fois consécutive en moins d’un an.

Dans une déclaration, le Courant populaire a appelé à la suspension de cette mesure qui a “vidé de tout sens les récentes majorations salariales” et qui “aura des conséquences sur le pouvoir d’achat de la majorité du peuple ainsi que sur les entreprises économiques et les investissements”.

L’argument de la BCT selon lequel cette augmentation vise à juguler l’inflation ne prend pas en considération les véritables facteurs dont le déficit de la balance commerciale, l’inflation importée, la baisse de la production et la faiblesse de la productivité, estime le parti.

Selon lui, il faut réviser le statut de la BCT en particulier en ce qui concerne son indépendance.

Pour sa part, le parti Al-Irada a dit “rejeter catégoriquement l’orientation prise par la BCT”, mettant en garde contre “ses résultats catastrophiques” en termes de “repli de l’investissement, de la production et de la consommation et de la hausse de l’endettement et du chômage; outre la baisse des recettes fiscales de l’Etat”.

Selon Al-Irada, l’important est “d’adopter une politique économique équilibrée garantissant le minimum nécessaire pour une vie digne et préservant l’Etat des diktats des institutions financières internationales”.

Pour sa part, le Parti des patriotes démocrates unifié (Ppdu) a estimé que cette mesure s’inscrit dans le cadre de “l’exécution des exigences imposées par le Fonds monétaire international qui justifie, à tort, l’augmentation du taux d’intérêt directeur comme solution pour lutter contre l’inflation”.

Selon le Ppdu, l’augmentation du taux d’intérêt directeur freine l’investissement privé et alourdit les charges des tunisiens à travers l’augmentation du coût des crédits consommation et logement.

Le parti exhorte les forces vives et les organisations professionnelles et sociales à lutter contre cette politique et à se mobiliser pour exiger la révision de la loi consacrant l’indépendance de la BCT. Il s’agit également, selon le Ppdu, de barrer la route à toute tentative d’instrumentaliser cet établissement au service du lobby bancaire et aux dépens d’une large catégorie populaire et des investisseurs.

Quant au mouvement Echaab, il a exprimé son refus à cette mesure qui aura “des grandes conséquences sur les classes moyennes et les salariés ainsi que sur leur pouvoir d’achat et sur les investissements”. Echaab appelle la BCT à revoir cette décision dans l’intérêt de l’économie tunisienne qui a “souffert de l’échec des gouvernements successifs et des institutions concernées par ce dossier”.

Rappelons que le bureau de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a décidé jeudi de tenir une séance plénière lundi 25 février consacrée au dialogue avec le gouverneur de la BCT.

Le conseil d’administration de la BCT a décidé mardi dernier l’augmentation du taux d’intérêt directeur de 100 points, passant de 6.75 à 7.75%.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.