MAROC
10/03/2016 06h:27 CET | Actualisé 10/03/2016 06h:49 CET

Des parlementaires de pays arabes lancent un appel pour lutter contre les violences faites aux femmes

DR
A Rabat, un appel lancé pour lutter contre la violence à l'égard des femmes

DROIT DES FEMMES - Alors que le projet de loi relative à la lutte contre les violences faites aux femmes verra bientôt le bout du tunnel, un appel à été lancé, mercredi 9 mars à Rabat, pour la création d'une convention arabe pour lutter contre la violence à l'égard des femmes.

L'appel a été lancé par des parlementaires de pays arabes, africains et asiatiques qui participaient à un séminaire autour du "rôle des parlements dans l'autonomisation des femmes et sa relation avec le développement durable".

Garantir une participation efficiente des femmes

Dans leurs recommandations, présentées par la directrice régionale de la Fondation Westminster pour la région MENA et l'Asie, Dina Melhem, les participants ont plaidé pour la mise en place de lois visant à protéger la femme de la violence.

A l'issue de ce séminaire de deux jours, organisé par la Chambre des représentants en collaboration avec la Fondation Westminster pour la démocratie, les participants ont également recommandé de veiller à garantir une participation efficiente des femmes et une égalité des chances dans la vie politique et au sein des instances de prise de décision.

Le vice-président de la Chambre des représentants, Chafik Rachadi, a appelé à assurer un suivi de la mise en oeuvre des différents engagements internationaux relatifs au statut des femmes.

Un projet de loi bientôt adoptée

Au Maroc, le projet de loi sur les violences faites aux femmes pourrait être adopté lors du prochain Conseil du gouvernement, après avoir longtemps été relégué aux oubliettes. C'est ce qu'a indiqué la ministre de la Solidarité, de la femme et de la famille Bassima Hakkaou, mardi 8 mars lors d'un passage au journal télévisé de 2M.

Selon elle, un consensus a été trouvé, concernant la version finale du texte de loi, qui a déjà été finalisé par son département, et qui sera bientôt présenté aux membres du gouvernement. Le texte de loi prévoit notamment des peines de prison d'un à trois mois et des amendes de 2.000 à 5.000 dirhams à l'encontre des hommes qui répudient leurs épouses du domicile conjugal.

Les chiffres alarmants des violences faites aux femmes

Au Maroc, les chiffres sur les violences faites aux femmes sont alarmés. EN 2014, la Fédération de la ligue démocratique des droits des femmes (FLDDF) a enregistré 2.472 plaintes et 8.432 actes de violences. Parmi elles, la violence psychologique (insultes, critiques permanentes, humiliation...) est prépondérante, totalisant 47 % des cas.

Vient ensuite la violence économique (confiscation du salaire, des documents administratifs ou encore le non-versement des pensions alimentaires) avec 27 % et la violence physique, 15 %. Enfin, la violence juridique, qui englobe notamment le mariage des mineurs et la polygamie (7 %) et la violence sexuelle (4 %).

LIRE AUSSI :
Galerie photo Campagne "Ils, elles, nous... féministes" Voyez les images