MAROC
20/05/2019 15h:49 CET

Des mesures seront prises pour non respect du règlement interne, annonce la porte-parole du PAM

Des mesures qui concernent les membres du parti ayant tenu la réunion du comité préparatoire du congrès national, alors que le secrétaire général venait de la reporter.

PAM.ma

PARTI - “Nous sommes déterminés au PAM, au niveau du bureau politique et de toutes les instances nationales du parti, à prendre toutes les mesures contre ceux qui ne respectent pas les règlements juridiques et organisationnels de notre parti et portent atteinte à l’éthique politique”. C’est ce qu’annonce avec fermeté la porte-parole du parti et membre du bureau politique, Khadija El Gour, dans une vidéo publiée, ce lundi, sur le portail du parti

Sa sortie intervient après la publication de communiqués interposés hier, l’un émanant du secrétaire général du parti, Hakim Benchamach, l’autre de la présidence du comité préparatoire du 4e congrès national du PAM à l’issue de sa première réunion programmée le 18 mai à Rabat. Durant celle-ci, le secrétaire général a annoncé qu’il a dû lever la séance et la reporter à une date ultérieure suite à “des difficultés et des obstacles” l’ayant empêché d’ouvrir les  candidatures à la présidence du comité préparatoire. “Certains ont commencé à semer le désordre (...) il n’y avait plus de conditions objectives et saines pour continuer les travaux de cette réunion”. Pire, Benchamach estime que certains ont également “empiété sur les attributions du secrétariat général”, précisant que cela fera l’objet “d’une réunion urgente du bureau politique”. 

La présidence du comité préparatoire, elle, a publié un communiqué annonçant l’élection de Samir Koudar, premier vice-président du bureau fédéral du parti, à sa tête. Et d’estimer que Benchamach “s’est retiré” parce qu’il “n’acceptait pas la volonté du comité”. Cependant, la question de la légitimité de cette élection est à présent brandie contre ce comité qui a mené ses travaux en l’absence du secrétaire général du parti et contre sa décision de reporter la réunion à une date ultérieure.

Rappelant que le “parti passe par une étape décisive”, Khadija El Gour précise que le secrétaire général fait du “consensus” un principe fondamental pour la réussir. Sur les faits, elle explique qu’au cours des travaux de ce comité, plusieurs “violations” ont été commises notamment par l’intégration à ce comité des personnes qui n’en faisaient pas partie. Elle ajoute que le climat a été marqué par “l’agitation” dès le début des travaux en raison de “pratiques ne respectant pas le minimum déontologique du travail d’un parti”.   

Reprenant les propos de Benchamach dans son communiqué, El Gour rappelle que la discussion autour de la procédure à suivre pour l’élection du président du comité, du vice-président et des assesseurs, ainsi que celle des présidents des comités fonctionnels, conformément au statut du parti, n’a pas abouti à un compromis. “Nous n’avons pas pu nous mettre d’accord sur les critères de candidature au comité préparatoire du congrès”, dit-elle, justifiant ainsi la levée de la séance par le SG. Au départ de ce dernier, la majorité des membres lui ont emboîté le pas, affirme-t-elle, soulignant que “le président du bureau fédéral s’est permis de donner le coup d’envoi d’une nouvelle séance sous sa présidence, en violation des attributions du SG”. Et de préciser qu’un “seul candidat a été présenté puis annoncé par de fausses allégations comme élu à l’écrasante majorité alors que le nombre des présents, à ce moment-là, ne dépassait pas 30”. 

Dans son constat de l’état des lieux, la porte-parole soutient que “la démocratie interne a été bafouée ainsi que la légitimé des institutions”. “Nous dénonçons ces pratiques qui portent atteinte à la mission partisane”, lance-t-elle. Quant à l’élection annoncée hier d’un membre comme président du comité préparatoire, c’est ni plus ni moins qu’une tentative visant à “induire l’opinion publique en erreur”, soutient-elle, rappelant qu’“on ne peut tenir d’élection dans une séance qui a été levée par le SG”.