MAROC
22/06/2018 13h:34 CET | Actualisé 22/06/2018 14h:08 CET

Des Marocains profitent du Mondial en Russie pour tenter d'entrer illégalement en Finlande

La face sombre de la Coupe du monde en Russie.

Matthew Ashton - AMA via Getty Images

IMMIGRATION - Pour certains, la passion du foot n’est pas la seule motivation de se rendre en Russie pendant la Coupe du monde. Des “supporters” marocains profitent du Mondial pour tenter de se rendre illégalement en Finlande, pays membre de l’Union européenne, dans l’espoir d’y demander l’asile.

Munis d’un billet de match et surtout de leur “Fan ID”, le document officiel qui permet aux supporters étrangers de se rendre sans visa sur le territoire russe du 4 juin au 25 juillet, ils tentent de traverser la frontière au nord de la Russie pour entrer clandestinement dans le pays voisin. Certains auraient également essayé de passer de la Biélorussie en Lituanie.

MLADEN ANTONOV via Getty Images
Distribution de Fan IDs pour la Coupe du monde en Russie.

“Il existe un vrai réseau de passeurs”

Un supporter marocain présent actuellement en Russie pour le Mondial a ainsi confié au HuffPost Maroc avoir rencontré à plusieurs reprises lors de son voyage, notamment à Saint-Pétersbourg, des candidats marocains à l’immigration clandestine.

“J’ai rencontré cinq Marocains dans une auberge de jeunesse qui m’ont dit qu’ils étaient venus en Russie pour tenter de passer en Finlande”, raconte-t-il. “Ils s’en fichaient du Mondial. Ils avaient obtenu leur ‘Fan ID’ et avaient acheté un billet pour le match Uruguay-Arabie saoudite, pour lequel il y avait beaucoup de places disponibles contrairement à d’autres matchs, ce qui leur a permis de se rendre facilement en Russie”, précise le jeune homme, joint ce vendredi par téléphone.

Il rapporte également le cas de Marocains qui ont marché entre dix et douze heures dans la zone frontalière entre la Russie et la Finlande, dans la forêt, avant d’être arrêtés par des gardes russes armés. “Il existe un vrai réseau de passeurs, qui en ont fait un business”, estime le supporter.

“En leur parlant, j’ai compris qu’ils étaient vraiment déterminés à fuir en Europe, ce sont des vrais mou9ati3oune (boycotteurs), ils sont offusqués par la hausse des prix au Maroc et pensent trouver leur eldorado en Europe”, poursuit-il avant de lâcher: “combien des 45.000 Marocains fièrement annoncés par la presse ne reviendront pas du Mondial?”

Quatre Marocains arrêtés

Le 8 juin, près du petit village russe de Ketrovaara, dans la région de la Carélie, au nord de la Russie, quatre Marocains ont été arrêtés dans la zone frontalière. Selon un communiqué du service fédéral des huissiers de justice de la Carélie, publié le 14 juin, les quatre “supporters” étaient en possession de Fan ID et de billets électroniques pour le match Maroc-Iran, qui se tenait le 15 juin.

Google Maps
Le village russe de Ketrovaara, où ont été arrêtés les quatre Marocains clandestins le 8 juin 2018.

“Tous les étrangers ont été arrêtés par les gardes-frontières lorsqu’ils ont tenté de franchir illégalement la frontière de la Fédération de Russie avec la Finlande”, précise le communiqué. Passés devant un tribunal accompagnés d’un interprète, ils ont avoué que leur but n’était pas d’aller à la Coupe du monde mais de passer la frontière pour se rendre en Finlande. 

Les quatre Marocains ont écopé d’une amende de 2000 roubles (environ 300 dirhams) et ont été placés dans un centre de détention pour ressortissants étrangers dans l’attente d’être expulsés.

Une situation “sérieuse” bien que marginale

Selon Marko Saareks, à la tête de l’unité des gardes-frontière en Finlande, les quatre Marocains ont formulé une demande d’asile. “Notre service des migrations s’occupera de l’affaire et leur expulsion dépendra du résultat de ce processus. Ils seront expulsés s’ils ne bénéficient pas de l’asile, ce qui est très probable, mais ils ne seront pas renvoyés immédiatement à la frontière à cause de cette demande d’asile”, a-t-il confié dans une interview accordée le 21 juin au média russe Sputnik.

Cette situation, bien que sérieuse, reste encore marginale. “Bien sûr, nous devons suivre cette situation et l’analyser très attentivement. Ce genre de mode opératoire consistant à utiliser les compétitions sportives pour immigrer est assez récent, mais jusqu’à présent, les chiffres ont été assez bas”, a-t-il indiqué, précisant cependant que cette situation risque de durer encore “quelques semaines”, étant donné que les touristes munis d’un Fan ID ont jusqu’au 25 juillet pour quitter la Russie. 

Des candidats à l’immigration clandestine d’autres nationalités, tels que des Pakistanais, un Nigérian et un Chinois, ont également été arrêtés par les autorités russes et biélorusses, selon plusieurs sources médiatiques.