TUNISIE
12/02/2019 17h:19 CET | Actualisé 12/02/2019 17h:21 CET

Dès leur remise à leurs parents, les élèves de l' "école" coranique de Regueb ont subi "pressions" et "agressions": Le ministère de la Femme, de la famille, de l’enfance porte plainte

Les élèves de l' "école" coranique de Regueb ont été remis, mardi, à leurs parents.

Le ministère de la Femme, de la famille, de l’enfance et des seniors a décidé, mardi, de porter plainte auprès du procureur de la République contre toute personne confrontée par l’enquête, pour “agression” contre les enfants de l’ ”école” coranique de Regueb après leurs remises à leurs parents, mardi.

Selon le communiqué publié par le ministère, dès leur remise à leurs parents, les enfants ont été filmés à visage découvert et ont subi des pressions afin de livrer, face caméra des déclarations “orientées”.

En effet, plusieurs vidéos ont été publiées sur les réseaux sociaux montrant les enfants de l’ ”école” coranique de Regueb quittant le centre d’accueil qui les hébergeait faire des déclarations sous la pression de certains parents et journalistes réputés proches des mouvements islamistes, dans lesquels ils nient en bloc les “mauvais traitements” subis à l’ ”école” coranique de Regueb et diabolisant la manière dont ils ont été accueillis au centre d’accueil. 

Dans l’une de ces vidéos, l’on peut également voir un parent demande à son fils de retirer des “vêtements impurs” offerts par le centre d’accueil pour porter un “Qamis” afghan.

Le ministère a également affirmé qu’un suivi serait fait par les délégués régionaux de l’enfance avec les juges pour enfants territorialement compétents. En effet, l’affaire a été remise par le Tribunal de Première Instance de Sidi Bouzid aux juges pour enfants du lieu où ces derniers habitent explique le ministère.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes se sont indignés de voir ces enfants remis à leurs parents:

 

Lundi, le juge d’instruction chargé des enfants, près du Tribunal de premier instance de Sidi Bouzid a ordonné à ce que les enfants de l’ ”école” coranique de Regueb, placés dans un centre d’accueil étatique, soient remis à leurs parents.

L’affaire de l’ ”école” de Regueb a éclaté après la diffusion par la chaine El Hiwar Ettounsi d’un reportage sur une ”école” coranique anarchique ouverte dans la délégation de Regueb où séjournaient 42 enfants âgés entre 10 et 18 ans et 27 adultes âgés entre 18 et 35 ans partageant le même internat sans les moindres conditions de sécurité et d’hygiène. 

Ces derniers ont été victimes de maltraitance et d’exploitation dans des travaux agricoles et de bâtiment, déplore un communiqué du ministère de l’Intérieur. 

Ils seraient, également, endoctrinés puisqu’on y inculque des idées et des pratiques extrémistes.

À la suite de cette affaire, le chef du gouvernement a décidé de limoger le gouverneur de Sidi Bouzid ainsi que le délégué de Regueb.

Jeudi, l’animateur de l’émission “Les 4 vérités” Hamza Belloumi a demandé, dans son émission diffusée sur la chaine El Hiwar Ettounsi, des explications au ministère de l’Intérieur après des pressions subies par son équipe après le tournage du reportage sur l’ ”école” coranique de Regueb.

Au cours de l’émission l’animateur a expliqué qu’après le tournage et en route vers Tunis, son équipe a été poursuivie par le directeur de l’école voulant faire arrêter la voiture de l’équipe de l’émission. Ce dernier était accompagné par une voiture de la Garde Nationale. Après un passage au poste où l’identité des journalistes a été communiquée aux autorités, un proche du directeur de l’école s’était rendu au domicile de l’un des journalistes.

“Nous ne parlons plus donc d’une école coranique qui connait des dépassements mais d’une école qui est protégée par certaines personnes” avait alors déclaré Hamza Belloumi.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.