ALGÉRIE
08/11/2018 14h:55 CET

Des étudiants de grandes écoles en visite d’immersion chez Djezzy

Des étudiants et diplômés de l’ESAA, du MDI Business School et de l’Ecole Nationale Polytechnique d’Alger ont eu l’opportunité de découvrir, avec engouement et enthousiasme le modèle de management de Djezzy et son coeur de métier.

HuffPost Algérie

Tout a commencé par un simple post sur le réseau social professionnel “LinkedIn ”, dans lequel Djezzy invite des jeunes diplômés à venir “prendre un café avec Matthieu” (Galvani), le DG de Djezzy. Une semaine plus tard, une trentaine de personnes, en fin de cursus ou fraîchement diplômées, étaient accueillies au siège social de l’opérateur, à Dar El Beida (Alger-Est), pour une totale immersion.

Des étudiants et diplômés de l’ESAA, du MDI Business School et de l’Ecole Nationale Polytechnique d’Alger ont eu l’opportunité de découvrir, avec engouement et enthousiasme le modèle de management de Djezzy et son coeur de métier.

“La Djezzy Academy vous propose une visite d’une journée au cours de laquelle, vous pourrez rencontrer et échanger avec nos employés, comprendre les différents métiers de l’entreprise et ses enjeux”, disait le post de LinkedIn.

Une trentaine de participants ont été retenus pour cette journée du 31 octobre 2018, sur plus de 250 candidatures. Une opportunité, pour ces jeunes, de comprendre comment fonctionne un opérateur de téléphonie mobile. mais aussi une occasion, pour Djezzy, “de se rapprocher des jeunes diplômés ou futurs diplômés” de différentes écoles et facultés, voire même d’expérimenter une nouvelle forme de recrutement.

“La meilleure manière de s’assurer d’un bon recrutement est de passer du temps à le faire”, estime M. Galvani.

La journée découverte de Djezzy a commencé par une allocution de bienvenue de Mathieu Gagnard, le Directeur Général Adjoint en charge de l’Administration et des Ressources Humaines. “Vous êtes les bienvenus chez Djezzy. Merci d’avoir été nombreux à répondre à notre invitation à venir découvrir l’entreprise”, leur lance-t-il avant de présenter brièvement le programme qui comportait des présentations sur la “partie digitale de l’entreprise”, du “volet finances”, et “ressources humaines” au sein de Djezzy, ainsi qu’une visite du “Data Center”. Mathieu Gagnard invite les étudiants à ne pas hésiter à “poser toutes les questions” qu’ils souhaitaient pendant les différentes étapes de la journée.

A succédé à cette brève allocution, celle du DG de Djezzy qui a mis en avant le modèle de management de l’opérateur et son parcours en Algérie. Devant un jeune auditoire, M. Galvani, a qualifié le modèle de gestion de Djezzy de : “principalement axé sur des valeurs humaines”, et pas seulement sur le diplôme ni sur le titre ou le poste occupé.

“Vous découvrirez le temps d’une journée une société qui travaille avec un modèle selon lequel aucun employé n’a un bureau fixe”, expliquait-il aux étudiants, attentifs et curieux de découvrir un management différent de ceux étudiés durant leurs cursus. “Chez Djezzy, les titres sont là pour définir des responsabilités, mais aucunement une position sociale. Nous avons cassé cette culture pour travailler sur un nouveau mode, plutôt collaboratif”.

Un modèle qui séduit les jeunes diplômés

Il s’agit d’un “modèle de management” où “vos diplômes vont fortement vous aider à démarrer avec un certain niveau mais ne constituent pas l’unique clé de votre réussite”, explique Matthieu Galvani aux étudiants. Ajoutant que l’opérateur priorise surtout “les profils équilibrés entre les compétences et qualités humaines”.

 

“Les valeurs humaines sont fondamentales et Djezzy se nourrit de ces valeurs. C’est essentiellement les valeurs humaines qui permettent de faire la différence. Avec un personnel méchant, arrogant même sur-diplômé, une entreprise n’ira nulle-part”, rajoute-t-il.

Un modèle de management qui séduit Mohamed Mustapha Benlahreche, fraîchement diplômé en Génie Industriel à l’Ecole nationale polytechnique.

“L’initiative de ramener des étudiants, tout juste diplômés dans un domaine académique très restreint comme le notre, et les initier à d’autres compétences non techniques, est très bonne. Nous avons également été surpris par le concept de management de la compagnie, qui nous donne l’impression d’être dans une startup et non pas dans une aussi grande corporate”, a-t-il témoigné.

La transformation chez Djezzy

Mais ce qui a marqué Mohamed Mustapha Benlahreche est sans aucun doute la reconversion professionnelle des cadres de Djezzy qui passent, pour certains, de postes techniques à d’autres métiers du digital, du management ou des ressources humaines. “Certains pensent que nous sommes tenus de travailler dans une filière précise en raison de notre diplôme. C’est complètement faux, surtout dans le monde digital d’aujourd’hui”, a expliqué M. Galvani qui a rappelé que cette année “près de 400 postes ont été concernés par la mobilité interne” impliquant un changement de poste et une formation adéquate.

Le jeune diplômé de l’ENP semble convaincu que de telles reconversions soient possiibles après avoir rencontré plusieurs cadres de l’entreprise. “Plusieurs responsables chez Djezzy ont suivi initialement des cursus techniques. J’ai discuté avec des responsables des ressources humaines qui ont évoqué des concepts de management très intéressants pour

mon profil. Je suis même très intéressé par une expérience dans les ressources humaines”, affirme-t-il, enthousiaste, manifestant son intérêt de rejoindre la société.

Initiation au financement digital

La journée portes ouvertes a également permis à ces étudiants d’acquérir de nouveaux concepts, notamment sur le financement de projets digitaux. Ils ont ainsi pu découvrir des projets de Djezzy en matière de paiement mobile, présentés Sid Ali Stiti, Mobile Finance Services Director (MFS), et prendre connaissance de la politique de l’opérateur en matière de financement, grâce à Yacine Nacer-Khodja, Directeur du Corporate Finance.

“Une opportunité pour les étudiants de découvrir le marketing, la finance et la comptabilité, chez l’opérateur”, affirme Samira Boureghda, future diplômée de l’ESAA. “Nous avons trois spécialités qui sont étroitement liées aux télécommunications et nous pourrons s’inspirer de ces deux conférences pour développer nos projets personnels”, poursuit-elle.