ALGÉRIE
24/05/2018 10h:46 CET | Actualisé 24/05/2018 10h:46 CET

Des Algériens solidaires lancent un appel: “Nous sommes tous des migrants”

Cet appel est suivi d’une pétition signée par de nombreux militants et activistes du paysage associatif et politique algérien.

Zohra Bensemra / Reuters

“Nous sommes tous des migrant-e-s” est un appel lancé par des militants et militantes d’associations algériennes, partis politiques, ligue des droits de l’homme, en solidarité avec les migrants sub-sahariens qui subissent des opérations d’expulsions musclées en Algérie.

Cet appel est suivi d’une pétition comportant plus d’une centaine de signatures de personnalités algériennes qui représentent un large éventail du paysage militant, politique et associatif algérien, allant de la Ligue de défense des droits de l’homme à RAJ, au RCD, à des militants de syndicats autonomes, féministes, etc.

“Depuis le début de l’année, une campagne généralisée d’arrestations arbitraires, suivies d’expulsions collectives et massives, a frappé l’ensemble des migrant-e-s originaires de l’Afrique sub-saharienne, se trouvant sur le territoire national”, écrivent les signataires, “les migrant-e-s de diverses nationalités africaines sont refoulé-e-s aux frontières sans aucune décision de justice et au risque de leur vie”.

Les signataires de l’appel dénoncent “fermement ces opérations d’expulsions arbitraires” et appellent le gouvernement au “respect de ses engagements” internationaux, à “mettre en place en urgence un cadre légal national respectant les droits des travailleurs migrants”, à “cesser de faire l’amalgame entre la lutte contre le trafic et le terrorisme” et “à cesser les opérations d’expulsions collectives des travailleurs migrants et demandeurs d’asile”.

L’appel est conclu par un appel aux citoyens algériens à se joindre à la solidarité envers les migrants en signant la pétition.

Rappelons que la campagne d’arrestations et d’expulsions dure entamée par le gouvernement algérien contre les migrants venus d’Afrique sub-saharienne n’a en réalité pas commencé “depuis le début de l’année 2018” mais à l’automne 2017, précisément le 5 octobre 2017, date donnée par les services consulaires maliens en Algérie qui suivent de près les pérégrinations subies par leurs compatriotes en Algérie.

Les agents consulaires maliens ayant été empêchés de rencontrer des migrants maliens qui ont été transportés de force à Tamanrasset en octobre 2017 et détenus dans des containers en attendant l’expulsion d’Algérie.

(Pour signer la pétition, adresser un email à Saïd Salhi et Fouad Hassam : sathamdz@yahoo.fr)

Lire aussi: