MAROC
28/05/2019 11h:38 CET

Derrière le bijou d'Alicia Keys et Naomi Campbell, une longue tradition sénégalaise

Sa créatrice, Sarah Diouf, puise dans les rites et cultures de son pays pour imaginer les vêtements et accessoires de sa marque Tongoro.

MODE - Quelques jours après avoir célébré son anniversaire, Naomi Campbellpoursuit les festivités à Dakar, au Sénégal. La mannequin de 49 ans a retrouvé la chanteuse Alicia Keys à l’occasion de l’inauguration, ce lundi 27 mai, du “Black Rock”, nouveau complexe artistique implanté dans la capitale sénégalaise.

Une rencontre que l’interprète de “No One’” n’a pas hésité à capturer puis à partager sur son compte Instagram. Sur ladite photo, on aperçoit les deux femmes. Un détail attise notre curiosité. Il s’agit d’un bijou. Il est fin, doré, longiligne et sépare leur visage de manière symétrique.

Il est le fruit du travail d’une créatrice de mode sénégalaise, Sarah Diouf. C’est à elle qu’on doit la jeune marque de vêtements Tongoro, une enseigne que Beyoncé affectionne tout particulièrement si l’on en croit les photos d’elles, au mois de décembre dernier, arborant plusieurs combinaisons à motifs de la maison. Le bijou en question provient, lui, d’une nouvelle collection qui a été présentée lors de l’événement où étaient présentes les deux célébrités.

Rendre hommage aux artisans locaux

Fondée en 2016 à Dakar, Tongoro s’inspire directement de certains éléments de la culture du pays d’Afrique de l’Ouest d’où vient Sarah Diouf. Interrogée par Refinery 29, la couturière explique vouloir rendre hommage aux artisans locaux en célébrant la richesse des imprimés et des tissus avec lesquels ils travaillent au quotidien.

 

“La confection sur mesure est un élément important de notre culture. Mais en dehors des festivités culturelles, la plupart des tailleurs ont de faibles revenus instables. La couture reste une compétence sous-estimée”, assure la jeune femme au site d’information avant d’expliquer vouloir permettre aux artisans d’être correctement formés et de gagner en professionnalisation au travers d’une structure qu’elle souhaite mettre en place.

Sur son compte Instagram, Sarah Diouf partage régulièrement des images du savoir-faire des habitants de son pays, mais aussi ce qui l’inspire. Récemment, elle a publié une photo d’une femme Wodaabe, un peuple présent entre autres au Sénégal. On la voit se maquiller et tracer un trait doré en plein milieu de son visage. 

“Ce maquillage traditionnel (qui peut prendre jusqu’à 6 heures) est emblématique de cette tribu, commente la créatrice en légende. Il est fait au moment de la cérémonie du Gerewol, une compétition annuelle organisée sous la forme d’une parade nuptiale au cours de laquelle les hommes sont jugés sur leur beauté pour être ensuite choisis par des femmes, prêtes à se marier.”

Elle poursuit: “Le maquillage le long du nez est fait pour mettre en avant les beaux traits du visage. [...] Quand on y pense, nous disposons de tant de belles cultures et de rites dont on peut s’inspirer.” Même si ce n’est pas précisé de but en blanc, difficile de ne pas y voir un parallèle avec l’accessoire aperçu sur Alicia Keys et Naomi Campbell.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost France.