MAROC
22/11/2018 10h:52 CET

Dernière ligne droite avant l'adoption de l'accord agricole Maroc-UE par le Parlement européen

L'accord a été adopté hier par la commission des affaires étrangères du Parlement européen.

Francois Lenoir / Reuters
La haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité de l'UE, Federica Mogherini, et le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita.

INTERNATIONAL - La commission des affaires étrangères du Parlement européen (AFET) a adopté, mercredi 21 novembre à Bruxelles, à une large majorité l’accord agricole entre le Maroc et l’Union européenne, rapporte la MAP.

Ce vote reflète la position des groupes politiques qui sont représentés au sein de cette commission en faveur de l’adoption, par le Parlement européen, de cet accord qui vise à étendre les préférences commerciales aux produits agricoles et de la pêche issus des provinces du sud du Royaume, rappelle l’agence de presse.

L’accord, déjà passé favorablement devant la commission de l’agriculture et du développement rural, devrait ensuite être adopté par d’autres commissions parlementaires, notamment celle de la pêche et celle du commerce extérieur (INTA), avant le vote final en session plénière qui doit avoir lieu en janvier 2019.

Selon l’eurodéputée Patricia Lalonde, à la tête de la commission INTA, le vote aura lieu le 3 décembre au sein de sa commission. “Pour l’instant, nous travaillons avec le Maroc à trouver les mots qu’il faut pour satisfaire le plus grand nombre”, nous confie Mme Lalonde, qui s’est rendue en août dernier à Laâyoune et Dakhla avec une délégation de députés européens.

“Nous sommes rentrés assez surpris par l’énorme développement des provinces du Sud”, confie-t-elle, estimant que “c’est important de pouvoir conserver cet accord pour que les populations locales puissent continuer à en bénéficier”. La commission INTA travaille actuellement avec le Maroc sur un système de traçabilité et d’authentification des produits des provinces du Sud “pour pouvoir identifier ceux qui proviennent du Sahara”, précise l’eurodéputée.

En février dernier, la Cour de justice européenne (CJUE) avait indiqué dans un arrêt que “l’accord de pêche conclu entre l’UE et le Maroc est valide dès lors qu’il n’est pas applicable au Sahara occidental et aux eaux adjacentes à celui-ci”.

Le 11 juin, la Commission européenne avait de son côté adopté un accord sous forme d’échange de lettres passé entre le Maroc et l’UE afin d’accorder des tarifs préférentiels aux produits du Sahara, notamment agricoles et de la pêche.