ALGÉRIE
05/12/2015 08h:48 CET | Actualisé 05/12/2015 08h:51 CET

Dénonçant un "coup d'état institutionnel", Zohra Drif-Bitat accuse de trahison "ceux qui prennent leurs directives chez l'ancien colonisateur"

Archives

Zohra Drif-Bitat, une des 19 signataires de la demande d’audience introduite à la présidence de la République ne mâche plus ses mots. Ce qui s’est passé à la chambre basse du parlement est un « véritable coup d’état institutionnel », n’hésite pas à dire Zohra Drif-Bitat dans un entretien publié aujourd’hui par le quotidien Le Soir d’Algérie.

"Ce qui s'est passé au niveau de la commission des finances et du budget de l'APN est un véritable coup d'Etat institutionnel". Mme Drif-Bitat donne plus de précisions en soulignant «une violation des travaux de la commission des Finances et du règlement intérieur» de l’assemblée nationale.

Interrogée sur les bénéficiaires de cette "forfaiture", elle répond d’emblée que ce "coup d'Etat" est au service de "la mafia politico-financière".

Mme Drif-Bitat ajoute que "même aux moments les plus sombres du parti unique jamais l'Algérie n'a pas vécu cela. C'est mon premier choc et le premier moment de révolte. Le deuxième, c'est ce qui s'est passé durant la plénière. Cela s'appelle un coup de force, un coup d'Etat".

Des évènements qui, selon elle, la confortent avec ses amis signataires "pour maintenir plus que jamais notre demande et en tant que parlementaire, en tant que juriste, en tant que moudjahida j'interpelle mon frère président de la République, frère de combat, pour lui dire sais-tu qu'il y a un vrai coup d'Etat dans notre pays? Pour les intérêts de qui ? La mafia."

Interrogé sur ce qui ont fomenté "le coup de force", Mme Bitat soutient que ce qui s’est passé à l’APN est "une mise à nu" d’une partie de "la mafia politico-financière" appelée "très justement par Louisa Hanoune l'oligarchie".

LIRE AUSSI: Les députés de l'opposition entravent la séance de vote de la LF2016 à l'APN

Se disant choquée par les derniers propos du secrétaire général du FLN, Amar Saadani, Mme Drif-Bitat se demande "comment sommes-nous arrivés dans notre pays à avoir des responsables politiques aussi vulgaires ? Aussi scandaleusement misogynes, irrespectueux de ces femmes, et même de l'Algérie et de son peuple ? Je tiens à préciser que l'attaque contre Louisa Hanoune est une attaque contre toutes les femmes de l'humanité".

LIRE AUSSI: Violente charge de Saadani contre Louisa Hanoune accusée d'être un "agent" du général Toufik

Mme Drif-Bitat indiquera, dans ce sillage, "le Bouteflika que je connais, celui de la révolution. Si Abdelkader ne peut pas admettre que le FLN ait à sa tête un homme qui n'hésite pas à traiter les femmes de cette manière. Qui n'hésite pas à traiter des militantes de cette façon".

Interrogée sur l’inertie du chef de l’Etat dans une conjoncture aussi délicate, elle avoue son incompréhension. Ce qui l’amène à rappeler le pourquoi de la lettre du groupe des 19.

"Jusqu'à l'heure, il ne nous a pas répondu et nous n'avons aucune preuve qu'il ait reçu la lettre alors nous maintenons notre demande d'être reçus par le Président".

Réaffirmant la mise en route d’un coup d’état institutionnel par une mafia politico-financière , Mme Drif-Bitat dira "ceci renseigne sur la nature du pouvoir si jamais ils le prenaient entièrement. Ce sera la pire des dictatures. Ils tirent sur tout ce qui bouge, ils violent les règlements intérieurs du Parlement, ils font des coups de force pour faire passer ce qu'ils veulent... "

Faisant valoir son ancien statut de combattante pour l’indépendance du pays, Zohra Drif-Bitat accusera de trahison suprême ceux qui "prennent leur directives chez l’ancien colonisateur".

Mettant en exergue son statut de juriste, elle souligne "je suis moudjahida, ancien membre de l'ALN et militante de la démocratie. Je fais partie de ces millions d'Algériens et Algériennes aujourd'hui prêts à mourir pour que le pays ne retombe pas entre les mains de l'ancien colonisateur. Ces mafieux qui veulent s'emparer de la totalité du pouvoir prennent leurs directives chez l'ancien colonisateur. Mon message est clair".

LIRE AUSSI: Réplique de Hanoune à Saadani: "Je dis Bismillah" et "Allah me préserve du diable, à chaque fois que je le vois"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.