MAROC
23/12/2018 12h:14 CET

Démission de l'envoyé spécial américain à la lutte contre l'État islamique

Quelques jours à peine après la démission du ministre de la Défense.

ASSOCIATED PRESS

TERRORISME - Encore une démission qui vient ébranler l’administration Trump. Brett McGurk, l’envoyé spécial du département d’Etat américain pour la coalition internationale contre le groupe Etat-Islamique (EI), a présenté sa démission en signe de protestation contre la décision du président Donald Trump de retirer les troupes américaines de Syrie, qui sera effective le 31 décembre prochain, rapportent samedi plusieurs médias américains.

Le départ de McGurk intervient à quelques jours de la démission surprise du ministre de la Défense, Jim Mattis, qui avait annoncé jeudi son départ de l’administration américaine suite à un désaccord sur la politique étrangère et militaire de la Maison Blanche. 

Mercredi dernier, Donald Trump avait annoncé sa décision surprise d’un retrait total des soldats américains stationnés en Syrie (près de 2000 soldats), estimant que le groupe Etat islamique était vaincu. Le même jour, il indiquait que la préparation d’un désengagement partiel d’Afghanistan était lancée.

Lors d’un point de presse la semaine dernière, le diplomate américain de 45 ans, nommé par Barack Obama en 2015, avait alors critiqué cette décision indiquant qu’il “serait imprudent de dire que si le califat est vaincu, alors nous pouvons partir”, soulignant que “que la menace terroriste restait importante à cause des ‘cellules clandestines’”.

Comme à son habitude c’est sur son réseau social préféré que le président américain a choisi de commenter la démission de son envoyé Spécial. “Brett McGurk, que je ne connais pas, a été nommé par le président Obama en 2015. Il devait partir en février, mais il a démissionné avant de partir. Veut-il impressionner? La Fake News fait une grosse affaire à propos de cet événement anodin!” 

En effet, McGurk, avait décidé de quitter son poste en février prochain mais il a choisi d’avancer cette échéance suite à l’annonce inattendue du retrait des soldats américains en Syrie.