MAROC
29/08/2018 16h:21 CET | Actualisé 29/08/2018 16h:26 CET

Confrontés à de nouveaux cas de viande verte, le ministère de l'Agriculture et l'ONSSA certifient un bon déroulement de l'Aïd al Adha

3.300 appels en trois jours et de nouveaux cas de viande verte.

2M

AÏD AL ADHA - Les contrôles et mises en garde n’auront pas évité leur ré-apparition. Cette année encore, plusieurs Marocains se sont plaints de l’apparition d’une couleur verte sur leur viande fraichement découpée, le tout accompagné de mauvaises odeurs, après le sacrifice de l’Aïd. 

Du côté du ministère de l’agriculture et de l’Office national de la sécurité sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA), un communiqué émis mardi 28 août au soir affirme que les mesures prises “ont permis le bon déroulement de l’Aid Al Adha avec environ 2.600 carcasses et abats examinés à cette occasion pour s’assurer de leur sanité”, rapporte la MAP.

“Suite à cet examen, il s’est avéré que la majorité des cas ne concernent que des maladies parasitaires et des inflammations qui n’impactent nullement la santé des bêtes”, poursuit le ministère, qui affirme qu’un total de 50 carcasses a été soumis à des analyses en laboratoire pour s’assurer de leur qualité.

 3.300 appels en trois jours

L’ONSSA a répondu à plus de 3.300 appels entre le 22 et le 25 août 2018, dont 900 ont porté sur des conseils et des renseignements aux citoyens, relève le ministère, notant que les services vétérinaires de l’Office se sont déplacés chez plus de 400 familles, réparties sur l’ensemble du territoire national, afin d’examiner les bêtes objets de plaintes.

La numérotation du bétail a permis d’identifier les fermes que des comités de l’Office devront visiter pour des examens approfondis et des prélèvements des échantillons de fourrage, ainsi que pour le contrôle des médicaments vétérinaires pour s’assurer de leur qualité et de leur origine, souligne le ministère, qualifiant d’exceptionnelles dans le monde musulman, les mesures prises cette année pour assurer un bon déroulement de Aid Al Adha.

6,7 millions de têtes numérotés

Ces mesures, détaille le ministère, ont porté sur l’enregistrement des unités d’élevage du bétail et de l’engraissement, ainsi que sur la numérotation des bêtes destinées à l’abattage lors de l’Aid Al Adha. Un total de 6,7 millions de têtes ont été numérotés à cette occasion pour des raisons de traçabilité, précise la même source.

Des mesures prises par le ministère après le scandale de la viande verte survenue l’année passée, lorsque plusieurs familles se sont plaintes après avoir constaté un changement de la couleur de leur viande quelques heures seulement après l’abattage.

En 2017, après l’apparition de plusieurs cas de viande putréfiée, l’ONSSA était resté plusieurs mois sur la défensive, annonçant d’abord que ces cas étaient le résultat d’un “non-respect des conditions d’hygiène lors de l’abattage, du dépeçage et de la conservation qui sont responsables de la prolifération rapide de certaines bactéries, donnant ainsi sa couleur verdâtre à la viande contaminée”, avant de mettre en place, dès avril dernier, des mesures préventives pour assurer la traçabilité de la viande de l’Aïd.