MAROC
09/04/2018 14h:13 CET

"Déclaration de Laâyoune": Voici comment les partis politiques se mobilisent pour le Sahara

L’union fait la force.

Saad-Eddine El Othmani/Facebook

PARTIS - L’union fait la force. Majorité et opposition, les partis politiques ont laissé de côté leurs querelles pour s’unir autour de l’intégrité territoriale. Et c’est à Laâyoune qu’ils ont choisi, ce lundi 9 avril, de réaffirmer ce principe fédérateur au cours d’une visite que les secrétaires généraux effectuent dans la ville sous la présidence du chef du gouvernement Saad-Eddine El Othmani.

Ils y ont ainsi tenu une rencontre nationale de mobilisation qui se veut être une réaction unanime contre les provocations et manœuvres du Polisario dans la zone tampon. El Othmani l’a, d’ailleurs, souligné en précisant que le rassemblement des partis politiques représentés ou non au Parlement traduit “un message fort”. “Ce consensus national est l’unique réponse contre toutes les manœuvres”, a-t-il estimé. Et d’insister sur l’importance, pour ce rassemblement politique, d’avoir lieu à Laâyoune: “C’est l’expression de la cohésion et de la solidarité autour de la cause nationale (...) Les élus de ces régions ont un rôle important à jouer face aux provocations des séparatistes”.

Pour marquer cette réunion de mobilisation, les partis politiques ont publié, à l’occasion, “La Déclaration de Laâyoune”. Dans celle-ci, ils qualifient leur engagement unanime pour la défense de l’unité nationale et l’intégrité territoriale de “devoir national”. Des dirigeants, cadres, élus du Parlement et des collectivités territoriales ainsi que des militants de plusieurs provinces et régions du royaume, en particulier des régions de Laâyoune Sakia El Hamra et Dakhla Oued Eddahab, ont adhéré à l’unanimité à cette déclaration.

Auprès des chioukhs, des notables et de nombreux cadres sahraouis militants, ils annoncent à l’opinion publique nationale, régionale, continentale et internationale leurs engagements et recommandations en 15 points dont le maître mot reste: mobilisation. Parmi celles-ci, l’engagement de mettre en place un front politique en vue de défendre l’intégrité territoriale et la conviction de la nécessité de renforcer davantage le front intérieur, aux niveaux démocratique, social et de développemental. Les efforts de tous les acteurs et composantes de la société doivent être fédérés, estiment les signataires de la déclaration arguant l’importance de maintenir “la mobilisation et la vigilance pour faire échouer toute forme de manœuvres systématiques et grandissantes ourdies par les adversaires du Royaume”.

Et dans cette mobilisation, les partis s’engagent “d’œuvrer à la création de groupes d’influence et de lobbying en vue d’adopter et appuyer la position de notre pays et contrecarrer les thèses des adversaires”. Ils estiment également “impératif d’intensifier la cadence de la coordination” des efforts entre la diplomatie officielle et celle des partis, syndicats et associations afin de “diversifier les mécanismes de communication” avec les parties influentes dans la prise de décisions, notamment en Europe, aux Etats-Unis, en Asie et en Afrique.

Les signataires de la déclaration considèrent, par ailleurs, “que la seule option pour résoudre ce conflit artificiel est l’autonomie sous souveraineté marocaine telle qu’elle a été proposée par le Maroc comme cadre de négociation et qui a été qualifiée par la communauté internationale comme étant une solution sérieuse et crédible”.

Ils exhortent également la communauté internationale ”à œuvrer pour mettre fin aux souffrances de nos frères séquestrés dans les camps de Lahmada, loin de leur terre et de leurs familles dans des conditions lamentables et privés de leurs droits les plus élémentaires, et à faire pression sur l’Algérie et le polisario pour permettre au HCR de les recenser selon les standards internationaux”. 

Sur le plan local, les signataires de la déclaration mettent l’accent sur la nécessité d’accorder la priorité aux provinces du sud dans la mise en œuvre de la régionalisation avancée et son accélération en perspective de consacrer l’autonomie dans ces provinces.