TUNISIE
10/03/2019 11h:42 CET | Actualisé 15/03/2019 13h:12 CET

Décès de 11 nouveau-nés: L'UGTT appelle à la mise en place d'un plan de sauvetage des hôpitaux publics

11 nouveau-nés sont décédés entre les 7 et 8 mars dans les services de gynécologie obstétrique de l’hôpital de la Rabta à Tunis.

Anadolu Agency via Getty Images

L’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) a appelé, samedi, à la mise en place d’un place de sauvetage “urgent” des hôpitaux publics, à la suite du décès de 11 nouveau-nés entre les 7 et 8 mars dans les services de gynécologie obstétrique de l’hôpital de la Rabta à Tunis à cause d’un agent infectieux.

 

La centrale syndicale a également appelé à ce que la lumière soit faite rapidement et en toute transparence dans l’enquête en cours, estimant que “toute la vérité doit être faite”. “Toutes les décisions judiciaires doivent être prises contre ceux qui seront impliqués par l’enquête” poursuit l’UGTT.

L’organisation syndicale a rappelé avoir déjà “tiré la sonnette d’alarme” sur la situation dans les hôpitaux publics appelant à un “plan de sauvetage” et à une réforme de la santé publique. 

“Le secteur de la santé en Tunisie est en train de s’appauvrir manquant de vision stratégique claire, de ressources humaines, de moyens matériels et financiers” a prévenu l’UGTT.

11 nouveau-nés sont décédés entre les 7 et 8 mars dans les services de gynécologie obstétrique de l’hôpital de la Rabta à Tunis.

Selon les résultats préliminaires publiés par le ministère de la Santé, un agent infectieux aurait été à l’origine d’un choc septique entrainant la mort des nouveau-nés.

En conséquence, le ministre de la Santé, Abderraouf Cherif a présenté, samedi, sa démission qui a été acceptée par le chef du gouvernement, et ce en marge d’une réunion de crise présidée par ce dernier.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.