ALGÉRIE
08/10/2018 13h:07 CET

"Débats et imaginaires algériens", la littérature algérienne sous le regard Max Vega-Ritter

“Débats et imaginaires algériens” est un ouvrage de 500 pages qui recense plus de 90 romans et essais d’auteurs algériens contemporains.

HuffPost Algerie
Présentation de l'ouvrage "Débats et imaginaires algériens" de Max Vega-Ritter

Une année après sa parution en France, l’ouvrage “Débats et imaginaires algériens” de Max Vega-Ritter, a été présenté à Alger vendredi 5 octobre, par les membres de l’association France Algérie-Pays d’Auvergne éditrice de l’ouvrage.

“Débats et imaginaires algériens” est un ouvrage de 500 pages qui recense plus de 90 romans et essais d’auteurs algériens contemporains. Un travail minutieux auquel s’est donné l’auteur pendant plus d’une année. Selon Mireille Lacombe présidente de l’association France Algérie, l’auteur a lu, analysé et résumé ces 90 ouvrages.

Elle ajoute que cet  ouvrage est avant tout né d’une amitié née entre l’auteur Max Vega-Ritter et le Lounes Ramdani fondateur du site DZLIT. fr. Ce site recense différents livres d’auteurs traduits en arabe, français et Tamazigh. Ce site avait également un espace forum ou lecteurs et écrivains débattaient de la littérature.

Selon l’épouse de l’auteur grâce à ce site, Max Vega-Ritter a découvert de plus près la littérature algérienne. Elle raconte qu’il aimait particulière l’utilisation de la langue française par les écrivain algérien qu’il trouvait original.

L’auteur ne manque pas dans cet ouvrage de montrer son admiration pour la littérature algérienne. Pour lui “la littérature algérienne fait partie de la République mondiale des lettres”.

Cette recension est aussi un long travail de recherche et de réflexion selon Mireille Lacombe. Cette dernière fait savoir que la partie la plus difficile dans la réalisation de cet ouvrage était le classement des livres dans les catégories roman ou essai.

“L’ouvrage aborde dans sa première partie les romans et la seconde les essaie. Là encore c’est un challenge de taille pour l’auteur car au-delà de la lecture de l’ouvrage il faut également connaitre l’auteur. La tâche s’est avérée ardue particulièrement avec les ouvrages de Wassila Tamzali . Max Vega-Ritter a beaucoup hésité pour enfin les classer dans essai” souligne la présidente de l’association.

Dans “Débats et imaginaires algériens” le lecteur redécouvre certains auteurs connus comme Samir Toumi, Kamel Daoud, Malek Chebel, Maissa Bey et bien d’autres. Mais il y a également des auteurs moins connus. Fatiha Lesnine dont le premier roman a été recensé dans cet ouvrage, confie que les recensions sont comme un second souffle pour un auteur, car il est très difficile de faire carrière dans le milieu littéraire algérien.