MAROC
30/03/2018 15h:13 CET

De vendeur ambulant à ingénieur diplômé en Italie, Rachid Abdelmoula revient sur son étonnant parcours

La clé de son succès? Un peu de système D et beaucoup de travail.

Rachid Abdelmoula Khadiri/Facebook

PORTRAIT - “J’ai quitté le Maroc à l’âge de 11 ans pour rejoindre mes frères à Turin (Italie). Mais à aucun moment, je n’ai cru que je deviendrai un jour ingénieur”. Ému, Rachid Abdelmoula Khadiri, natif de Khouribga, est depuis quelques jours sur un nuage. Le 27 mars dernier, il a obtenu son master en génie civil (construction) à l’Ecole polytechnique de Turin. Un projet qui lui semblait bien loin de la réalité et qu’il a pourtant réussi à concrétiser. 

“Au tout début, je voulais juste travailler, mais la loi me l’interdisait parce que j’étais trop jeune”, raconte-t-il au HuffPost Maroc. C’était il y a 20 ans. Rachid Abdelmoula Khadiri décide alors de s’adonner au commerce ambulant. “Dans les rues, je vendais à la sauvette un peu de tout: des chapeaux, des cache-cols, des briquets... Je dépannais!”, confie-t-il, expliquant qu’il ne voulait surtout pas devenir un fardeau pour sa famille.

Le vendeur ambulant souhaitait par ailleurs mettre de côté des économies pour pouvoir faire des études. “Mes trois frères, mes amis et des enseignants m’ont beaucoup encouragé. Je me suis inscrit au consulat et j’ai entamé mon parcours scolaire”, dit-il. Baccalauréat en poche, ses enseignants, fiers de lui, lui conseillent de poursuivre ses études. “Ils m’ont dit que je travaillais bien à l’école et que je devais aller à l’université. J’ai toujours été admiratif des grandes structures comme les tours et les ponts. Alors, sans hésiter, je me suis dirigé vers l’Ecole de polytechnique de Turin pour déceler les secrets des constructions”, confie-t-il. 

Lorsque l’enthousiasme et la passion fusionnent, elles mènent à la réussite. C’est, en tout cas, la recette de Rachid Abdelmoula Khadiri qui pas à pas, soutenu par les siens et le corps professoral, a déjà “construit” sa vie. “Je n’imaginais pas pouvoir un jour réaliser mon rêve: pouvoir non seulement regarder des constructions mais y contribuer”, reconnait-il.

A 30 ans, diplôme d’ingénieur en poche, Rachid Abdelmoula Khadiri a suscité l’admiration de la presse locale, dont LaStampa Torino qui lui a consacré un reportage le jour de la remise des diplômes. Entouré de sa famille, de ses amis et de ses encadrants, l’ingénieur a eu le droit à une couronne sur la tête. “Ma maman est venue pour l’occasion du Maroc juste pour me féliciter”, dit-il encore joyeux, avec un seul regret toutefois: que son père, décédé en 2013, n’ait pas pu assister à sa réussite. 

Son avenir? “Je ne sais pas encore”, répond-t-il. Après une expérience dans une société en Suisse pour ses recherches de master, Rachid Abdelmoula Khadiri a découvert de nouveaux horizons. Pour lui, la carrière professionnelle pourrait se décider entre la Suisse, l’Italie ou son pays natal, le Maroc. Un nouveau projet qui se prépare. 

 LIRE AUSSI: