TUNISIE
12/07/2018 18h:07 CET

De Tunis, les institutions financières internationales réaffirment leur soutien à la Tunisie

Les Institutions financières internationales ont affirmé avoir ont confiance en la capacité de la Tunisie à surmonter les difficultés conjoncturelles

Facebook/presidence Tunisie

Le Président de la République Béji Caied Essebsi, a invité, jeudi, les partenaires de la Tunisie à poursuivre leur appui, surtout durant cette conjoncture caractérisée par la multiplication des défis à relever, notamment celui du terrorisme.

Recevant une délégation de haut niveau regroupant des représentants des plus importantes institutions financières internationales et régionales, parmi les partenaires de la Tunisie, conduite par le Commissaire européen à la politique européenne de voisinage et aux négociations d’élargissement, Johannes Hahn, Essebsi a passé en revue les efforts déployés à l’échelle nationale afin de faire face aux difficultés actuelles.

 

“Le terrorisme qui guette tous les pays du monde, est un phénomène complexe qui exige la conjugaison des efforts de la communauté internationale”, a indiqué le président de la République, valorisant le rôle important joué par les forces militaires et sécuritaires tunisiennes pour assurer un climat de sécurité et de stabilité.

Il a, de même, souligné l’intérêt qu’accorde la Tunisie à la coopération avec ses partenaires internationaux et régionaux, et sa détermination de tirer profit de leur expertise, afin qu’elle puisse atteindre la croissance économique assignée, ce qui aura certainement des répercussions positives sur les conditions de vie du citoyen tunisien.

Essebsi a salué l’initiative de l’Union européenne et des principales institutions financières internationales et régionales partenaires qui tiennent à soutenir la Tunisie et à appuyer son processus démocratique et ses efforts de développement, et ce, en soutenant les grandes réformes économiques structurelles qu’elle a adoptées.

Les représentants des institutions financières internationales et régionales ont souligné, de leur côté, que cette première visite conjointe en Tunisie prouve l’engagement total de leurs institutions de continuer à soutenir l’expérience démocratique émergente, faisant état de leur volonté d’aider la Tunisie à parvenir à assurer une exploitation optimale de son potentiel.

Ils ont affirmé, en outre, qu’ils ont confiance en la capacité de la Tunisie à surmonter les difficultés conjoncturelles, surtout au vu de l’amélioration des indicateurs économiques réalisés, au cours du premier semestre 2018, appelant à la poursuite des réformes structurelles majeures, avec un rythme plus rapide et en coordination avec toutes les parties concernées.

La délégation de haut niveau comprend des représentants de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international, de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), de la Banque africaine de développement (BAD), de la Société financière internationale (SFI), de l’Agence française de développement (AFD) et de la Banque allemande pour le développement et la reconstruction.

Les partenaires de la Tunisie rassurent

“L’engagement de l’Union Européenne (UE) et des institutions financières à soutenir le processus démocratique en cours en Tunisie se poursuivra. Toutefois, des réformes nécessaires sont à réaliser, lesquelles ne seront pas faites pour nous plaire mais dans l’intérêt des citoyens tunisiens, parce qu’ils ont le droit à aspirer une vie décente et à avoir de bonnes conditions de vie”, a indiqué le Commissaire européen à la Politique européenne de voisinage et aux Négociations d’élargissement, Johannes Hahn, à l’occasion d’une réunion, jeudi, avec le chef du gouvernement Youssef Chahed à Dhar Dhiafa à Carthage,

Il a relevé, dans une déclaration à la presse, à l’issue de cette réunion tenue à huis clos, que l’UE essaie de contribuer à fournir ces conditions de vie décente et à assurer la stabilité dans le pays, précisant que l’UE continuera à travailler avec le gouvernement tunisien et toutes les parties prenantes.

 

Selon lui, cette entrevue qu’il a qualifié de fructueuse et constructive a permis d’explorer et identifier les voies de la coopération pour les deux prochaines années et de discuter des réformes à entreprendre, tout en mettant en évidence l’engagement de l’UE envers le processus démocratique en Tunisie.

Pour sa part, Chahed a fait savoir que les investissements totaux accordés à la Tunisie par ces bailleurs de fonds sont de l’ordre de 3500 milliards d’euros, soit 10 955 milliards de dinars. “L’UE et les bailleurs de fonds ont réaffirmé leur soutien à la Tunisie, notamment en faveur du programme de réformes socioéconomiques que le pays s’est fixé pour relancer la croissance et l’emploi. Ils ont mis en exergue l’expérience démocratique de la Tunisie qui est, aujourd’hui, menacée par les groupes terroristes, notamment avec la dernière attaque terroriste”.

Le Chef du gouvernement a mis l’accent sur l’impératif de préserver cette démocratie à travers, des moyens tunisiens et la coopération internationale.

D’après Chahed, l’appui des bailleurs de fonds aux réformes concerne principalement les entreprises publiques, les caisses sociales et le système de la subvention, ajoutant que ces réformes ne sont pas dictées mais émanent de la Tunisie, tout en s’inspirant des expériences de l’étranger.

Il a précisé que l’ambition est de relancer la croissance économique dans le pays qui connaît déjà une reprise importante, laquelle demeure cependant insuffisante pour la création d’emplois.

La relance de la croissance doit passer obligatoirement par des mécanismes de financement du secteur privé et des projets dans les régions intérieures dans de nouveaux secteurs, tels que les TIC (technologies de l’information et de la communication) et les ER (énergies renouvelables).

Il est aussi important de soutenir immédiatement les catégories vulnérables qui ne peuvent pas attendre la relance de la croissance. L’État devra être à côté de ces catégories démunies, à travers le lancement de plusieurs mécanismes, tels que l’élargissement de la sécurité sociale.

La situation économique du pays est en amélioration, notamment avec la reprise du tourisme, l’augmentation des exportations et même l’amélioration de la finance publique, dont les réformes ont commencé à donner leurs fruits, traduits par une hausse des ressources propres de l’Etat et l’amélioration du déficit budgétaire. 

Chahed a rassuré que l’inflation qui s’est établie à 7,8% en juin 2018, régressera à partir du début de l’année prochaine, expliquant que son renchérissement est dû aux mesures contenues dans la loi de finances 2018.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.