05/09/2018 12h:25 CET | Actualisé 05/09/2018 12h:25 CET

De retour au Maroc, Emmanuel Faber, PDG de Danone, s'apprête à dévoiler les nouveaux prix

Le groupe espère apporter des réponses à la campagne de boycott.

Nicolas Kovarik/IP3 via Getty Images

ENTREPRISE - De retour au Maroc, Emmanuel Faber, le PDG de Danone, s’apprête à dévoiler ses nouvelles décisions concernant le marché marocain lors d’une conférence de presse prévue ce mercredi 5 septembre à 14h30 à Casablanca. 

Dans la tourmente depuis avril dernier, principalement à cause du prix jugé trop élevé de son lait frais pasteurisé, Centrale Danone espère apporter des réponses à la campagne de boycott.

Quelques jours seulement après la fin de sa campagne “Ntwaslo w Nwaslo” (“Dialoguons pour aller de l’avant”), organisée du 31 juillet au 2 septembre, Centrale Danone s’apprête à annoncer son nouveau modèle commercial. L’objectif de cette campagne d’écoute et de dialogue étant de “trouver un prix juste et équitable” pour son lait frais pasteurisé qui fait l’objet d’une campagne de boycott par les consommateurs depuis avril dernier.

FADEL SENNA via Getty Images
Des employés de la compagnie Centrale Danone protestent devant le Parlement à Rabat le 5 juin 2018 contre le boycott de la marque au Maroc.

Lors de son précédent déplacement à Casablanca le 26 juin dernier, Emmanuel Faber, à la tête du groupe français de produits laitiers depuis 2014, avait annoncé trois grandes décisions prises par la compagnie. L’entreprise s’est notamment dite prête à ne plus faire aucun profit sur le lait frais pasteurisé.

“Notre objectif est de rechercher l’équité pour la marque, d’assurer un prix du lait le moins cher possible pour les commerçants et les consommateurs tout en protégeant au maximum le prix payé à nos éleveurs partenaires”, affirmait alors le président.

Autre décision avancée lors de ce précédent meeting: continuer à offrir “un lait frais pasteurisé aux meilleurs standards de qualité, produit exclusivement à partir du lait issu des éleveurs partenaires marocains”, avec promesse de “transparence totale sur les coûts supportés par Centrale Danone pour la collecte, les tests qualité, la pasteurisation, l’emballage, le transport et les coûts de commercialisation du lait frais pasteurisé Centrale”.

Enfin, Emmanuel Faber s’était engagé à rendre le prix du lait plus abordable, de façon durable. “Nous allons faire confiance aux commerçants et consommateurs, parties prenantes de la filière du lait frais pasteurisé, pour qu’ils décident ensemble de ce que doit être son ‘juste prix’, un prix qui soit à la portée de tous les ménages et équitable pour tous, y compris les producteurs de lait”, indiquait ainsi le PDG de Danone.