LES BLOGS
20/06/2019 18h:39 CET | Actualisé 20/06/2019 18h:39 CET

De la cime à l'abîme, souvent, il n'y a qu'un pas!

Une opportunité s’offre au président pour une sortie honorable de son mandat, un dernier combat contre ses détracteurs, une sorte de baroud d’honneur.

AFP Contributor via Getty Images

Au regard de leurs âges avancés, certaines personnes sont plus près de la justice divine que de celle des hommes, à plus forte raison, quand il se trouve qu’elles ont en charge la destinée du pays parce qu’alors, on ne peut que leur témoigner de la déférence et de l’indulgence, de pure courtoisie.

Le respect des bienséances exige qu’on doit se garder d’employer des adjectifs vigoureux et incisifs pour décrire leurs actions ou plutôt leur inaction. Quel jugement porter sans dépit amer, sur l’action d’un président parvenu à la dernière saison de la vie, spectateur muet et probablement amusé de toute cette cohue politique et des soubresauts du pays?

Celui-là même qui a réussi à berner plus d’un million d’électeurs de la gent féminine et un grand nombre de jeunes qui l’ont porté au firmament et, en glissant leurs bulletins dans une urne qui s’est avérée être trop petite pour contenir tous leurs rêves et toutes leurs espérances, ont cru à tort que son expérience serait utile et voyaient en lui, le saint sauveur et l’unique rempart contre l’invasion islamiste, comme, il l’a bruyamment clamé allant jusqu’à se prendre par un subtile artifice vestimentaire et un discours rabâché, la réincarnation du combattant suprême.

Ils l’ont fichtrement bien cru et au final, il s’est galvaudé avec les islamistes qui finiront par gérer le pays par procuration et qui n’ont jamais eu, de leur propre aveu, autant de privilèges tenaces et de consolidation de leurs positions que dans son mandat présidentiel.

Que retiendra l’histoire de son rôle durant ces années charnières? Un peuple ballotté, balancé entre des joies éphémères et des souffrances lancinantes, s’accrochant à l’espoir d’entrevoir la plus petite lueur qui les arrachera d’un quotidien douloureux!

Quel message porteur d’espoir a t-il laissé à la jeunesse pour l’avenir? Cette jeunesse qui, en 2011, a brisé les chaines de la peur, descendue dans la rue, défier la pire machine répressive, affronter les balles et rencontrer la mort ...

Qu’a t-elle obtenu cette jeunesse? Il faut dire que comme toujours, les généraux triomphent, les soldats tombent!

Renouant avec la piètre pratique du règne par le clan familial, il était près à vilipender un peuple entier, marchander les intérêts du pays pour satisfaire les caprices de son fils. C’est en voulant le gratifier pour des bons et loyaux services rendus à son fils, qu’il nous a d’ailleurs flanqué d’un jeune chef de gouvernement dont on ignorait jusqu’à son nom, imaginant erronément que toute son action dépendrait du simple bon vouloir ou du bon plaisir de son seigneur et bienfaiteur, qu’il lui serait totalement dévoué et qu’il serait, en somme, purement et simplement à sa merci.

Il y avait du mécompte dans son calcul car, ce chef de gouvernement dont on a vu les oeuvres depuis plus de deux ans, qui a brillé par l’absence de vision, se contentant de gérer les crises, attendant le passage des tempêtes et souvent, agissant pour soigner les maux par un cautère emporte-pièce; est devenu récalcitrant et incontrôlable, manifestant un appétit vorace de pouvoir ... Que de versatilité, de fourberie et de perfidie!

Cependant, une opportunité s’offre au président pour une sortie honorable de son mandat, un dernier combat contre ses détracteurs, une sorte de baroud d’honneur.

Ne pas signer le texte portant la modification de la loi électorale car je suis foncièrement et farouchement opposé à toute forme d’ostracisme et que pour moi, cette pratique d’exclusion s’inscrit dans la droite ligne des pratiques grotesques de l’ère “zabaique”.

Non que les partis ou personnes visés par cette mesure sont d’un intérêt capital pour la nation ou qu’ils ont des projets mirobolants pour le pays mais seulement pour le principe de l’égalité des chances pour tous les prétendants et du libre choix des citoyens sans biaiser le jeu.

Il est grand temps que l’Assemblée du peuple s’affranchisse de la mainmise des partis traditionnels, à court d’idées novatrices et des députés interchangeables, engraissés et stériles.

Elle doit cesser de refléter une image dont les traits marquants sont l’opulence, la carence morale, l’absence d’éthique et la déliquescence des valeurs.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.