MAROC
09/09/2018 16h:16 CET

Darija: Le ministère de l'Éducation en croisade contre la désinformation

Le ministère continue de dénoncer les fake news.

ÉDUCATION - Alors que la polémique autour de l’introduction d’expressions en dialecte marocain (darija) dans les manuels scolaires du cycle primaire déchaîne toujours les passions, le ministère de l’Éducation nationale poursuit sa lutte contre les fake news, massivement partagées sur les réseaux sociaux et les messages diffusées via les applications mobile type whatsapp, à travers une véritable campagne destinée à démêler le vrai du faux. 

“Un certain nombre d’images et d’informations sur les nouveaux manuels de l’enseignement primaire publiés cette année sont actuellement diffusées sur les réseaux sociaux. Nous constatons, suite à l’examen de ces publications en ligne, qu’un certain nombre de ces images et pages ont été fabriquées de toute pièce, et n’ont aucun lien avec les nouveaux manuels marocains, mais les manuels d’autres pays”, assure le ministère de l’Éducation nationale sur son compte Facebook officiel, accompagnant ce court message d’avertissement de quelques exemples, en invitant les internautes à “s”assurer de la vérité avant toute diffusion”. En voici quelques-uns:

Facebook/Page officielle ministere de lEducation Nationale
Facebook/ministere Education nationale

Virales sur les réseaux sociaux et les applications de téléphonie mobile, l’une de ces images ci-dessous, représentant un couple nu au lit, a largement été dénoncée par des internautes crédules, inquiets de la présentation de ce texte et de cette illustration aux écoliers. 

Le texte surréaliste qui accompagne d’ailleurs l’illustration aurait pu leur mettre la puce à l’oreille. Extrait: “Wissam: je vais t’apprendre comment ils se marient... Au début, ils retirent leurs vêtements et ne ressentent pas de gêne l’un face à l’autre, puis ils se rendent dans la salle de bain pour bien se laver à l’eau et au savon, ils se parfument puis s’enlacent dans le lit, et le sperme passe de l’homme à un ovule dans l’utérus de la femme. Lorsque l’enfant est conçu dans l’utérus, et après 9 mois, l’enfant est prêt, et vient à la vie. Et toutes les anciennes histoires que racontaient les grands aux petits sur la façon de concevoir des enfants, ne sont que mensonges, et c’est de cette façon que je suis venue au monde et que je me marierai”.

Facebook/Page officielle ministere de lEducation Nationale

Concernant sa décision d’inclure quelques termes en darija, le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, évoque “des considérations purement pédagogiques”. Dans un long communiqué rendu public le jeudi 6 septembre, le département de Saaid Amzazi a tenu à tirer les choses au clair, soulignant que les passages pointés du doigt ne concernent que 8 mots en darija sur les 150 pages d’un manuel qui en contient 8000. Les mots en question n’ont aucune traduction en langue arabe, et certains se prononcent de la même manière dans toutes les langues, comme caftan et jellaba, par exemple, fait valoir le ministère 

“Le Comité d’évaluation et de validation n’a pas trouvé de justification organisationnelle ou pédagogique empêchant l’utilisation de noms marocains (habillement et alimentation) dans les manuels”, souligne le ministère.

“Concernant la page dans laquelle figure les mot ‘baghrir’ (crêpe mille trous), ‘briouates’ ou “gouriba’, est présentée l’histoire d’une famille installée autour de la table qui mange des gâteaux habituellement consommés par les Marocains et se place donc entre guillemets. Il s’agit de déterminer qui a préparé chaque plat et non de présenter ces plats aux élèves”, insiste le ministère.

Le ministère souligne également la notion dialectique de ces textes qui ciblent un objectif linguistique divisé en 3 champs lexicaux: le domaine de l’habillement, celui des membre de la famille et celui de l’alimentation.

En conclusion de ce communiqué, le ministère souligne qu’en apportant ces éclaircissements, il n’hésitera pas à recourir à des poursuites judiciaires envers toute personne qui publie ou falsifie des images ou des textes.

Le ministère a également formellement démenti que les nouveaux manuels marocains comportent une phrase présentant Al Quds comme capitale d’Israël, assurant que l’image partagée est fausse et n’a aucun lien avec le système éducatif marocain, tout en la partageant sur son site officielle accompagnée d’un communiqué pour tenter de faire taire les rumeurs.