TUNISIE
04/04/2018 15h:48 CET

D'après le FMI, pour relancer l'économie, le dinar tunisien doit encore chuter

L’écart entre la valeur actuelle du dinar et sa valeur réelle, est de l’ordre de 10 à 20%.

EnginKorkmaz via Getty Images

Dévaluer davantage le dinar pourrait sembler aberrant, bien qu’il y ait une explication logique aux recommandations formulées par le Fonds Monétaire International (FMI).

Cité par le journal financier Bloomberg, Björn Rother, qui dirige une mission d’experts du FMI en Tunisie, évalue de l’ordre de 10 à 20% l’écart entre la valeur actuelle du dinar et sa valeur réelle, estimant par cette marge qu’il n’y aura pas de travail de régulation important à faire pour “atteindre l’équilibre”, et encore moins un “ajustement brutal.”

Selon lui, un ajustement à la baisse du dinar rendra celui-ci plus compétitif, attirera les investisseurs et accordera plus de place aux exportations tunisiennes dans les marchés mondiaux.

“Le moyen le plus simple de parvenir à ces objectifs, est de s’appuyer sur un taux de change réel.” a-t-il déclaré. 

Il a par ailleurs indiqué que la balance commerciale de la Tunisie commence à se remettre, lui assurant plus de marge de manœuvre dans la dépréciation du dinar.

Bloomberg souligne également la régression de la note souveraine de la Tunisie, qui avait été abaissée le mois dernier de B1 à B2, par l’agence de notation Moody’s, laquelle avait également estimé que les réserves en devises ne devraient pas rebondir significativement dans les prochaines années.

Moody’s avait toutefois été optimiste quant à une hausse du taux de croissance, qui devrait selon elle passer de 2,3% en 2017 à 2,8% en 2018.

Selon le FMI cité par Bloomberg, le dinar a reculé en un an de 19% face à l’euro l’année dernière, mais le déficit commercial a diminué de près d’un quart en janvier et février 2018, en comparaison à la même période de l’année écoulée. S’ajoute à cela une augmentation de 43% des exportations, selon la même source.

La valeur du dinar n’a cessé de dégringoler face aux devises étrangères, provoquant un vent de panique auprès de plusieurs opérateurs économiques.

Frôlant actuellement la barre d’un tiers de l’euro, le dinar tunisien a perdu 49% de sa valeur pour s’échanger au début de l’année 2018. Il est ainsi évalué à près de 41% de la valeur du dollar américain, atteignant un de ses plus bas niveau face à cette devise.

LIRE AUSSI

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.