06/06/2018 11h:40 CET | Actualisé 06/06/2018 11h:40 CET

Daoudi participe au sit-in des salariés de Centrale Danone (et les internautes s'insurgent)

La présence du ministre n'est pas passée.

AIC PRESS

ÉCONOMIE - Les salariés de Centrale Danone ont fait entendre leur voix hier soir. Une centaine d’employés de la filiale marocaine du groupe agroalimentaire français ont organisé un sit-in mardi 5 juin à 21h30 devant le Parlement à Rabat, pour protester contre le boycott des produits laitiers par les consommateurs marocains qui risque de leur faire perdre leurs emplois.

“Nos emplois sont menacés” et “Nous réclamons une intervention du gouvernement pour trouver une solution”, ont-ils scandé, selon l’AFP. La manifestation, organisée par deux centrales syndicales, la Confédération démocratique du travail (CDT) et l’Union générale des travailleurs marocains (UGTM), a vu la participation de Lahcen Daoudi, ministre chargé des Affaires générales du gouvernement.

″Ça ne se fait pas (le boycott, ndlr), l’économie est en danger”, a-t-il scandé avec les manifestants, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous.

La présence du ministre n’est pas passée auprès des internautes, qui ont été nombreux à condamner cette immiscion dans un sit-in organisé par une entreprise privée.

El Othmani veut des explications

Selon Médias24, le chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, n’aurait pas apprécié non plus la participation du ministre à ce sit-in. Il aurait ainsi appelé Lahcen Daoudi pour lui demander des explications, qualifiant son acte de “pas convenable”. El Othmani “a été surpris de voir le ministre rejoindre un groupe de manifestants devant le parlement sans prévenir le Chef du gouvernement”, selon les services de la primature, cités par Médias24.

De son côté, Lahcen Daoudi a indiqué, dans une déclaration à la presse mardi soir en marge de travaux de la commission parlementaire sur le lait, qui se tenait juste après le sit-in, que le chef du gouvernement l’a en effet appelé, tout en niant avoir reçu des réprimandes de sa part, rapporte Hespress.

AIC PRESS

Depuis le lancement fin avril du mouvement de contestation contre la cherté des prix, qui touche particulièrement les produits de Centrale Danone, le ministre s’est exprimé à plusieurs reprises contre ce boycott qu’il avait considéré comme “dangereux pour l’économie et le secteur agricole” lors d’une interview télévisée.

Au cours d’une séance de questions orales au Parlement, le ministre du PJD avait également déclaré qu’il craignait que Centrale Danone “quitte le royaume” à cause du boycott. Une inquiétude démentie rapidement par l’entreprise de produits laitiers.

Baisse du chiffre d’affaires de Danone

Dans un communiqué publié ce lundi 4 juin, Centrale Danone prévoit “une baisse significative” de son chiffre d’affaires et du résultat net au premier semestre 2018 et, par conséquent, pour toute l’année. La société “a connu depuis le début du mouvement commencé le 20 avril dernier un repli de son activité représentant une baisse du chiffre d’affaires consolidé d’environ -50%”, rappelle-t-elle dans le communiqué.

Elle prévoit ainsi, pour le premier semestre 2018, “une baisse d’environ -20% de son chiffre d’affaires et un résultat net négatif d’environ -150 millions de dirhams par rapport à un résultat net de 56 millions de dirhams à la même période de l’année précédente”, poursuit-elle.

Cette annonce fait suite à la décision de l’entreprise de diminuer de 30%, à partir du 29 mai, ses volumes de collecte de lait cru auprès de ses 120.000 éleveurs partenaires. Centrale Danone a également mis fin à 886 contrats d’intérimaires de courte durée sur les 6.200 employés travaillant sur les différents sites du groupe.