MAROC
19/03/2019 16h:49 CET | Actualisé 19/03/2019 17h:18 CET

Dans un vol Marrakech-Manchester, un steward presse un passager d'origine pakistanaise de sortir des toilettes

“J’ai l’impression que ma dignité a été violée".

Capture d'écran

POLÉMIQUE - Un passager d’un vol EasyJet entre Marrakech et Manchester accuse un steward de racisme. Alors qu’il se trouvait dans les toilettes de l’avion, Adil Kayani, 35 ans, Britannique d’origine pakistanaise, a entendu un membre de l’équipage de cabine frapper avec insistance à la porte et lui demander de sortir parce qu’il “prenait trop de temps”, a-t-il raconté à The Independent. L’incident s’est déroulé le 5 mars.

“J’ai crié: ‘Je sors bientôt, attendez une minute’. Mais le verrou est passé du rouge au vert. Quelqu’un l’avait ouvert de l’extérieur et s’était introduit de force”, explique le passager. “J’étais toujours assis sur les toilettes et j’étais complètement exposé. J’ai crié: ‘sortez!’ et il a immédiatement fermé la porte”, ajoute-t-il, affirmant que les membres de l’équipage n’avaient fait cela à aucun autre passager pendant le vol. “Ce n’est pas comme si j’étais resté dans les toilettes pendant longtemps. Je me sens complètement violé”, déplore Adil Kayani.

Selon la compagnie, l’homme était dans les toilettes depuis 15 minutes, alors que ce dernier affirme qu’il est resté 10 minutes. Pour lui, cet incident est “raciste” et “islamophobe”. Une fois de retour à son siège, un autre membre de l’équipage lui a expliqué que cela faisait partie de leur politique de sécurité.

Dans une vidéo prise par le passager à la suite de cet incident, on le voit demander des excuses au steward qui le prie de “se calmer”.

Lorsqu’il est rentré au Royaume-Uni, Adil Kayani s’est plaint auprès de la compagnie aérienne, qui lui a offert 500£ (environ 6.300 dirhams) en guise de dédommagement, mais il a refusé, indique The Independent.

“J’ai l’impression que ma dignité a été violée, et ma dignité est plus importante que l’argent. Je veux des excuses appropriées de la part de la personne qui, à mon avis, était non seulement dédaigneuse, mais aussi extrêmement impolie et arrogante”, a-t-il déclaré.

EasyJet a nié les allégations de racisme. Selon un porte-parole de la compagnie aérienne, “l’équipage de cabine a correctement suivi les procédures de sécurité en frappant à la porte des toilettes puis en l’ouvrant après qu’il n’y ait pas eu de réponse, craignant qu’un passager ne soit entré depuis quelque temps”, rapporte le quotidien britannique. “Cette procédure est en place pour assurer la sécurité de tous les passagers à bord, y compris le bien-être du client dans les toilettes. Il n’y a absolument aucune preuve suggérant que la race ait joué un rôle” dans cet incident, estime la compagnie.