MAROC
13/03/2019 11h:39 CET

Dans un village des Pays-Bas, une centaine de jeunes attaquent la maison d'une famille de Marocains

Deux hommes ont été arrêtés.

Capture d'écran

INTERNATIONAL - La police néerlandaise a arrêté, mardi 12 mars, deux hommes âgés de 18 et 21 ans à Urk, une petite commune des Pays-Bas située au nord-est d’Amsterdam. Ils sont suspectés d’être impliqués dans l’attaque massive, la veille, d’une maison de la ville dans laquelle réside une famille de Marocains.

Lundi soir, une “centaine de jeunes”, selon les médias néerlandais, ont encerclé le domicile de la famille Boukhizzou, situé dans ce village de pêcheurs très conservateur et ancré dans la religion protestante. Certains des agresseurs seraient entrés de force dans la maison et aurait légèrement blessé la mère, âgée de 36 ans, son fils Soufyan, âgé de 18 ans, et sa fille Ilham.

Les troubles auraient débuté dans un snack-bar de la ville aux alentours de 19 heures, où les jeunes se seraient réunis avant de se rendre au domicile de la famille Boukhizzou. Selon le journal local De Stentor, certains agresseurs auraient scandé le nom de Geert Wilders, le fondateur et dirigeant du parti d’extrême-droite PVV, alors qu’ils encerclaient la maison familiale. Certains ont lancé des pierres, d’autres des feux d’artifice.

Des officiers de police, armés de matraques et accompagnés de chiens, sont intervenus pour rétablir l’ordre et le calme serait revenu vers 23 heures. Ce n’est que le lendemain que la police a pu arrêter deux des agresseurs après avoir bouclé la ville pour empêcher de nouveaux troubles.

Selon la police, le jeune homme de 18 ans arrêté mardi s’est rendu à un poste de police tard dans l’après-midi. L’homme de 21 ans a été arrêté le même jour vers 19h45. Il a été vu sur une vidéo circulant sur les médias sociaux, dans laquelle il profère des menaces envers Soufyan et montre une arme, a déclaré la police dans un communiqué.

Selon des jeunes de la ville interviewés par NOS, la radio-télévision néerlandaise, tout aurait commencé par une dispute. Soufyan aurait apparemment dit quelque chose d’insultant à propos de la petite amie d’un autre jeune. Ils se sont affrontés au snack-bar, après quoi les jeunes se sont rendus à son domicile après un appel lancé sur les médias sociaux.

Certains d’entre eux ont réussi à entrer dans la maison et se sont disputés avec les résidents, rapporte la même source. La mère de famille a déclaré au média local Omroep Flevoland que des propos racistes avaient été proférés contre sa famille. Selon d’autres jeunes, l’adolescent marocain serait la cible d’attaques depuis plusieurs années.

Il y a deux ans, Soufyan a été agressé par des habitants de la ville et avait signalé cette attaque à la police. “Maintenant, les gens pensent qu’on m’a indemnisé parce que mon père a acheté une Mercedes il y a quelque temps”, a-t-il déclaré au site local De Stentor. Une idée fausse, selon son père Saïd. “J’ai travaillé dur pour cette voiture! Nous n’avons plus jamais entendu parler de la police après avoir signalé cette agression”, a-t-il indiqué.

Le maire d’Urk, Pieter van Maaren, a qualifié l’incident de “complètement inacceptable” et des députés de tous les bords politiques ont appelé à des réponses. La branche du PVV à Urk a déclaré qu’il n’y avait aucun lien entre cette attaque et le parti, et a appelé tout le monde à attendre les résultats de l’enquête de la police.