MAROC
08/03/2019 10h:48 CET

Dans le milieu rural, 60% des Marocaines sont analphabètes

Des écarts flagrants persistent entre milieu rural et milieu urbain.

FADEL SENNA via Getty Images
Marocaines cueillant des fleurs de safran dans un champ de la région de Taliouine au sud-ouest du Maroc, le 7 novembre 2018.

INÉGALITÉS - À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes célébrée le 8 mars, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a publié une note d’information reprenant les principaux indicateurs concernant la situation des Marocaines, notamment en matière d’autonomisation, d’amélioration de leurs conditions de vie, d’éducation, de formation, de soins de santé, de violence, d’activité économique ou encore de prise de décision.

Si les femmes ont globalement connu de nettes améliorations concernant l’ensemble de leurs droits ces trente dernières années, des disparités flagrantes entre hommes et femmes ou milieu urbain et rural persistent. Ainsi, dans le milieu rural, six femmes sur dix sont encore analphabètes, contre 35,2% d’hommes ruraux et 30,5% de femmes citadines.

En matière d’alphabétisation et de scolarisation, les femmes sont en effet désavantagées dès le plus jeune âge. Malgré les progrès accomplis ces dernières années pour assurer une éducation aux plus jeunes, une fille de 7-12 ans sur dix est toujours non scolarisée en milieu rural et 14,8% des jeunes filles de 15 à 24 ans sont analphabètes contre 7,2% des garçons du même âge, souligne le HCP.

En matière de maternité et d’accès aux soins de santé, des inégalités subsistent également entre milieu rural et urbain. Le taux de mortalité maternelle en milieu rural est deux fois plus important qu’en milieu urbain. En cause notamment: la carence de consultations prénatales en milieu rural, où 20,4% des femmes enceintes n’en ont pas bénéficié en 2018, contre seulement 4,4% en milieu urbain, souligne le HCP. Aussi, 73,7% des femmes rurales ont accouché dans un établissement de santé, contre 96% en milieu urbain, selon les résultats de l’enquête nationale sur la population et la santé familiale de 2018.

En matière de fécondité, milieu rural et urbain se rejoignent. La fécondité rurale a chuté de 5,95 enfants par femme en 1987 à 2,5 en 2014, et celle urbaine est tombée à 2 enfants par femme, se situant ainsi en dessous du seuil de remplacement des générations, précise le HCP. La moyenne nationale est de 2,2 enfants par femme.

Autre donnée significative: le potentiel de la main d’oeuvre féminine reste sous-exploitée. Selon les données de l’enquête nationale sur l’emploi de 2018, le taux d’activité des femmes est d’à peine 22,2% au niveau national. Il représente, en terme relatif, un peu moins que le tiers de celui des hommes (70,9%), souligne le HCP. Les disparités se ressentent également dans le taux de chômage, subi beaucoup plus intensément par les femmes que par les hommes (14% contre 8,4% respectivement).

Aussi, plus de 40% des femmes actives occupées (contre 9% d’hommes) sont des aides-familiales qui ne touchent aucune rémunération. Et 80% des jeunes âgés de 15 à 24 ans (soit 1,7 million) qui ne travaillent pas, ne sont pas à l’école et ne suivent aucune formation sont des femmes. Ce qui ne veut pas dire qu’elles sont inactives. Au contraire, elles consacrent 7 fois plus de temps que les hommes aux activités domestiques, et les plus jeunes ne sont pas épargnées: les filles de 7 à 14 ans consacrent en effet 3,4 fois plus de temps que les garçons aux tâches domestiques.

Les femmes sont aussi toujours aussi peu représentées aux postes supérieurs ou de responsabilité au sein de l’administration publique (environ 22% en 2016, selon le ministère de la fonction publique et de la modernisation de l’Administration). Au parlement, sur 395 députés, 81 sont des femmes.

Enfin, que ce soit dans le contexte conjugal ou dans les lieux publics, plus de six femmes sur dix ont déjà été victimes de violences (67,5% en milieu urbain et 56% en milieu rural), et 23% des femmes ont subi un acte de violence sexuelle à un certain moment de leur vie. Selon le HCP, les jeunes femmes âgées de 18 à 24 ans sont les plus touchées par les violences, toutes formes confondues: 70,3% au niveau national, 79,3% en milieu urbain et 60,4% en milieu rural.