LES BLOGS
03/10/2019 08h:03 CET | Actualisé 03/10/2019 08h:04 CET

Dans le combat actuel, quelles sont les armes fatales ?

RYAD KRAMDI via Getty Images
Algerian demonstrators carrying national flags chant slogans as they take part in a rally in the streets of the capital Algiers on September 17, 2019. - Algeria is to hold a presidential election on December 12, five months into a political vacuum since longtime leader Abdelaziz Bouteflika resigned in the face of mass protests. (Photo by RYAD KRAMDI / AFP) (Photo credit should read RYAD KRAMDI/AFP/Getty Images)

C’est bien parce qu’il sait cela, et qu’il l’a toujours su, que le régime a d’emblée combattu la connaissance, celle de l’histoire en particulier,

C’est pour cela que l’histoire du pays, l’histoire de la société, l’histoire de la révolution n’ont pas été étudiées et enseignées aux Algériens qui pourtant en avaient un besoin vital pour se reconstruire et construire leur Etat,

C’est pour cela que le régime a fait, qu’il s’est autorisé à faire, et qu’il a pu faire les choix calamiteux qu’il a fait dans les domaines de l’éducation et de la culture en particulier,

C’est pour cela qu’au lieu de bâtir un Etat sur les fondations du combat libérateur de plusieurs générations et, à son apogée, une guerre de libération héroïque du peuple algérien, le régime, au contraire, s’est efforcé d’occulter, de tronquer, en un mot, de détruire ces mêmes fondations,

C’est bien parce que le régime sait que la mémoire et la conscience sont les armes fatales du peuple, qu’il a tout mis en œuvre pour l’empêcher de les acquérir, 

En vain, 

Parce qu’en dépit de tout, le peuple a réussi à garder l’essentiel de sa mémoire, grâce, surtout, à la transmission familiale, grâce à la résistance perpétuelle des Algériens, grâce à la colonne vertébrale de leur identité constituée par leur attachement aux valeurs de dignité, de justice et de liberté.