LES BLOGS
17/03/2015 10h:04 CET | Actualisé 17/05/2015 06h:12 CET

Daech, l'Etat satanique!

RELIGION - L'islamisme est une idéologie politique qui instrumentalise la religion musulmane. Bien entendu, il ne faut pas confondre l'islamisme et l'Islam, religion monothéiste qui compte plus de 1.6 milliards d'adeptes.

L'islamisme est une idéologie politique qui instrumentalise la religion musulmane. Bien entendu, il ne faut pas confondre l'islamisme et l'Islam, religion monothéiste qui compte plus de 1.6 milliards d'adeptes.

Certains préfèrent utiliser le terme générique "Islam politique" qui désigne l'ensemble des courants idéologiques qui ont pour but ultime l'établissement du Califat et l'instauration de la charia.

L'idéologie islamiste est un large éventail qui va des Frères Musulmans, organisation panislamiste fondée en 1928 par Hassan El-Banna, jusqu'à Daech. C'est pour dire qu'autant la famille islamiste est hétérogène autant l'objectif ultime reste le même. Le rejet de l'Etat-nation, du régime républicain et du droit positif est unanime au sein de cette famille qui considère ces notions comme étranges au monde musulman et comme étant des résidus du colonialisme. La haine de l'Occident est également fédératrice au sein de cette large famille.

Cet article s'intéresse à l'organisation la plus extrémiste, la plus violente, celle qui incarne une menace globale par son terrorisme islamiste à savoir Daech.

La genèse d'une organisation terroriste: De Zarqaoui à Daech

De son vrai nom, Ahmed Fadhel Nazzal al-Khalayleh alias Abou Mousaab Al-Zarqaoui par référence à sa ville natale d'al-Zarqa, ville jordanienne au nord-est d'Amman, était l'archétype du voyou basculant dans le salafisme djihadiste. Ce caïd de quartier s'est métamorphosé suite à sa rencontre avec "l'imam du jihad", Abdallah Azzam.

De là, il participera à la fin des années 1980 à la guerre d'Afghanistan contre les soviétiques. S'en suivra un long parcours dans le terrorisme islamiste qui l'amènera à créer son propre mouvement, Al Tawhid Wal Djihad. Après la chute de Saddam Hussein, l'Irak est devenu son nouveau théâtre d'opération.

En octobre 2004, Al Tawhid Wal Jihad déclare son allégeance à Al Qaïda, Zarqaoui devient ainsi le dirigeant de la branche irakienne d'al Qaïda, Al Qaïda en Mésopotamie (al-Qaïda fi biled al rafidayn).

Il est à signaler que Zarqaoui est le premier qui a décapité un otage en se faisant filmer et en diffusant par la suite la vidéo. C'était la décapitation de l'américain Nicholas Berg en 2004.

Le 8 juin 2006, Abou Mousaab al-Zarqaoui est tué lors d'un raid américain près de Bakouba. Quatre mois plus tard, Al Qaïda en Mésopotamie et cinq autres groupes djihadistes s'unissent et proclament l'Etat Islamique d'Irak. Le 9 avril 2013, l'EII devient l'Etat Islamique en Irak et au Levant, l'EIIL. Son acronyme arabe est Daech. L'organisation terroriste se sépare officiellement d'al-Qaïda en 2013.

Le 29 juin 2014, Daech annonce le rétablissement du califat et proclame l'irakien natif de Samarra Abou Bakr Al Baghdadi calife. Daech se fait désormais appeler l'Etat Islamique. Nombre d'organisations terroristes islamistes de par le monde lui font allégeance à l'instar de Jund al-Khilafah, actif en Algérie qui a fait scission d'AQMI en septembre 2014 ou Ansar Bayt Al-Maqdis au Sinaï. Mais également Abou Sayyaf aux Philippines ou ce mois-ci Boko Haram.

Restons prudents et ne tombons pas dans la paranoïa

Concernant Daech, on a eu droit à toutes les légendes, elle serait la création de la CIA, du Mossad ou du MI6. Pour d'autres, Daech a été créé de toutes pièces par les services syriens pour maintenir au pouvoir Bachar al-Assad et mettre les occidentaux face à un choix difficile: ou bien Bachar et son régime ou bien les terroristes de Daech. Par conséquent, chaque camp et chaque mouvance a sa propre version des événements.

Estimer que Daech est infiltré par ces services ou par d'autres serait une piste toute à fait plausible, crédible et logique. Cependant affirmer que Daech est la création de ces services ou d'autres relèverait de l'exagération. Et quand on analyse ce genre de sujets sensibles, il faut faire preuve de la plus grande prudence et ne pas basculer facilement et rapidement dans la théorie du complot.

Daech, la barbarie sous toutes ses formes

Daech commet quotidiennement des actes barbares qu'on croyait d'un autre âge. Hélas, au XXIème siècle, de nombreuses atrocités sont commises par cette organisation terroriste.

La liste de ces actes paraît interminable. Personne n'est prêt d'oublier le pilote de chasse jordanien Moouath al-Kasasbeh, brûlé vif début janvier ou les vingt-et-un coptes égyptiens décapités en Libye.

La souffrance de la population prise en otage en Irak et en Syrie continue tous les jours et les crimes ne s'arrêtent pas. Musulmans, Chrétiens et yazidis ont subi et continuent de subir meurtres, tortures, viols, enlèvements et cette organisation terroriste enrôle les enfants pour en faire des combattants.

Dans un article édifiant paru début décembre 2014 dans les colonnes de Libération intitulé "Le but de Daech était de ne laisser aucune fille vierge", Celia Mercier rapporte le récit de deux femmes yézidies qui ont fui les abominations des terroristes de Daesh et qu'elle a rencontré dans le Kurdistan irakien. Les yézidies, surtout les femmes, vivent un enfer au point que certaines préfèrent se suicider que subir les atrocités de leurs bourreaux.

Daech est responsable de crimes contre l'humanité. Ces crimes sont répertoriés dans l'article 7 du Statut de Rome qui est le Statut de la Cour pénale internationale, juridiction permanente chargée de sanctionner ces crimes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.