MAROC
03/06/2019 18h:25 CET

Crise au PAM: Le groupe "l'appel pour l'avenir" saisit la justice pour contrer Benchamach

Et faire appel suite aux limogeages voulus par le secrétaire général du parti.

Facebook/ PAM

POLITIQUE - La crise au Parti Authenticité et Modernité (PAM) perdure et prend un nouveau tournant. Rassemblé dimanche soir dans un hôtel de Rabat, le groupe “l’appel pour l’avenir”, qui réunit les “jeunes” de la formation politique, dirigé par Abdellatif Ouahbi, membre du Bureau politique et poids lourd du parti, passe à l’offensive et saisit la justice après les récents agissements de son secrétaire général, Hakim Benchamach.

De limogeages en décisions contestées, Benchamach continue sa purge contre ses adversaires au sein du PAM, créant une crise qui menace l’avenir du parti du tracteur. Depuis quelques mois, neuf des douze coordinateurs et secrétaires généraux régionaux ont été renvoyés par le SG du parti. Le dernier en date? Aziz Benazzouz renvoyé par Benchamach, dimanche 2 juin, à l’issue d’une réunion du bureau fédéral du PAM à Fès. Son poste de président du groupe à la Chambre des conseillers à également été suspendu, précise un communiqué du parti.

Des décisions jugées abusives pour bon nombre des membres, acteurs et partisans du PAM, qui décident de débarquer Benchamach par la voie juridique. 

Une plainte déposée à Rabat

Devant des journalistes et des membres du parti, Abdellatif Ouahbi a annoncé, dimanche soir, le plan du groupe “l’appel pour l’avenir” pour ramener l’ordre au sein du parti: premièrement, recourir à la justice pour faire appel aux décisions prises par le SG, avec une plainte déposée auprès du tribunal de première instance de Rabat ce lundi 3 juin, puis soumettre à nouveau à Fatima Zahra Mansouri, présidente du Conseil national du PAM, une demande d’organisation d’une session extraordinaire du conseil, voulue par 33 des 64 membres du Bureau fédéral. Ce, avant la réunion de la Commission préparatoire du congrès national du PAM, le 15 juin prochain à Agadir. 

Car depuis la tenue de la première réunion du comité préparatoire du congrès national, le 18 mai, c’est une cascade de rebondissements qui se succèdent au PAM. La décision du secrétaire général du parti d’invalider l’élection du président du comité préparatoire élu à l’issue de cette réunion qu’il venait de reporter et de sanctionner toute atteinte commise contre le statut du parti a divisé le PAM entre “les pour et les contre cette élection” créant un parti dans le parti.

Ilyas El Omari toujours dans les affaires du PAM?

Si Benchamach en a pris pour son grade lors de cette réunion en petit comité, l’ancienne figure du PAM Ilyas El Omari, président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, a également fait l’objet de critiques de la part d’Abdellatif Ouahbi. C’est sur le ton de la menace que ce dernier a intimé à l’ex-secrétaire général du PAM, officiellement hors du sentier politique, de “cesser de s’immiscer” dans les affaires internes du parti.

“Ilyas El Omari tire les ficelles depuis Tanger, nous l’appelons vivement à rester neutre et à ne plus franchir la limite du raisonnable, a déclaré devant l’assemblée, Abdellatif Ouahbi, (...) ou bien vous arrêtez Si Ilyas en restant loin de nos problèmes, ou bien je vais dévoiler beaucoup de choses (sic)”. Selon lui, l’ancien numéro 1 du PAM “appelle des membres pour les menacer, demande à certains de publier des communiqués et à d’autres de rester neutres”, intervenant pour le compte de Benchamach, a-t-il souligné lors de la conférence.“S’il recherche un rôle central dans le parti, El Omari devrait rejoindre le comité des anciens Secrétaires généraux”. 

Des membres du bureau politique ainsi que certains de la jeunesse du PAM, signataires de “l’appel pour l’avenir” ont pris part à cette conférence de crise.  Mehdi Bensaid, signataire de “l’appel pour l’avenir” et membre du bureau fédéral, avait insisté, il y a quelques jours sur la volonté des membres de se “montrer unis quelle que soit la situation”.

Au HuffPost Maroc, il précisait que plusieurs leaders du parti adhèrent désormais à l’appel de la jeunesse visant à redonner un nouveau souffle au PAM. Ahmed Akhchichine, membre du Bureau politique, limogé récemment, a assisté à la conférence mais n’a pas souhaité donner de déclarations à la presse.